Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesFFields Of The Nephilim › The Nephilim

Fields Of The Nephilim › The Nephilim

cd • 9 titres

  • 1Endemoniada
  • 2The watchman
  • 3Phobia
  • 4Moonchild
  • 5Chord of souls
  • 6Shiva
  • 7Celebrate
  • 8Love under will
  • 9Last exit for the lost

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Justice Room, produit par Pat Buchanan avec Fields of the Nephilim

line up

Carl Mc Coy (chant), Tony Petitt (basse), Paul Wright (guitare), Nod Wright (batterie), Peter Yates (guitare)

remarques

chronique

Impossible dans l’histoire de la musique sombre de ne pas mentionner le ‘cas Fields of the Nephilim’. Ces derniers ont en effet la particularité de figurer parmi les rares groupes postérieurs à la toute première vague gothique à être devenus des classiques, voire des inspirations au même titre que leurs prédécesseurs. Descendants directs de formations aux vocaux graves comme Red lorry Yellow lorry et Sisters of mercy, les ‘Nefs’ ont très vite de par leur imagerie ‘cyber western gothique’ et leur rock gothique puissant et âpre, pas toujours si éloigné du métal, conquis et affirmé une identité unique. Après le prometteur mais assez classique ‘Dawnrazor’, Fields of the Nephilim enregistrent ce superbe deuxième album qui reste, à mon avis, le meilleur. Conservant l’aspect énergique du précédent opus, nos cowboys semblent avoir travaillé davantage le côté atmosphérique et mélodique de leur musique. Les trois premiers titres sont certes efficaces, avec jeu de basse et de guitare technique et dynamique, timbre guttural, lourdeur toute gothique, mais c’est véritablement à partir du quatrième morceau, l’excellent ‘Moonchild’, que le groupe dévoile réellement tout son potentiel, notamment au niveau de la mélodie. ‘Love under will’ et surtout le fabuleux ‘Last exit for the lost’ qui clôt l’album en apothéose témoignent de cette capacité à tisser des climats sonores subtiles, profonds, sans jamais perdre cette puissance rock sous-jacente. Carl Mc Coy sait à l’occasion se montrer poignant, notamment sur ‘Last exit…’ ou ‘Celebrate’, ballade calme assez inhabituelle dans le répertoire Nephilien, et ne pas se contenter d’aboyer comme il aura un peu tendance à le faire par la suite. C’est cet album également qui lancera réellement la légende du groupe, ce qui est fort compréhensible vu sa qualité.

note       Publiée le mercredi 26 février 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The Nephilim".

notes

Note moyenne        23 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Nephilim".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Nephilim".

Rastignac › mardi 13 août 2019 - 22:03  message privé !
avatar

Ya pas à chier : c'est beau ! oué la voix grave, et vice versa et tout, mais en fait je suis vieux et je kiffe quand même.

zugal21 › mardi 21 janvier 2014 - 21:15  message privé !

Vous avez raison tous les deux. Tant il est vrai que chacun voit midi à sa porte.

Note donnée au disque :       
novy_9 › mardi 21 janvier 2014 - 17:27  message privé !

stankey_lubrick › + 1 ! ado je trouvais cela chouette cette voix grave d'outre tombe, mais avec l'age je la trouve un peu ridicule désormais ... Les Fields font partie de ces groupes que je n'arrive plus a écouter .. un morceau de temps en temps, mais un cd entier je ne peux plus du tout .. pourtant j'avais tout, même vu en concert ...

stankey › lundi 20 janvier 2014 - 19:23  message privé !

Never Enough...Tellement décalé que ça en est complétement immersif. Pas d'accord sur les vocaux parfaits par contre...Je trouve un mec comme Eldricht beaucoup plus convaincant, sans avoir à forcer. Là des fois....

zugal21 › mercredi 23 octobre 2013 - 22:37  message privé !

Mais c'est bon, ça ; vocaux parfaits, sinon. Et grande cohésion.

Note donnée au disque :