Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAArno & The Subrovnicks › Water

Arno & The Subrovnicks › Water

  • 1994 - Delabel, DE724384007027 (1 cd)

cd | 13 titres

  • 1 Meet The Freaks [3:06]
  • 2 A Eux Je Montre Mon Derrière [4:04]
  • 3 I COuldn't Get Up [4:36]
  • 4 Hot Head [2:54]
  • 5 Freddy [3:38]
  • 6 The Smell of Roses [4:36]
  • 7 Watch Out Boy [3:40]
  • 8 Chicken Song [3:13]
  • 9 What The F... is Going' On [3:21]
  • 10 I Am Still Allright [3:49]
  • 11 Rock Them Out [3:48]
  • 12 Women Beat [2:50]
  • 13 Mathilda [6:38]

enregistrement

Studio Mobile, Bergerie de Montpezat, Quilhan, France, 1993

line up

Arno (Arno Hintjens) (chant, harmonica), Geoffrey Burton (guitare, banjo, mandoline, guitare douze cordes), Ad Cominotto (claviers, programmation), François Garny (basse), Rudy Cloet (batterie), Philippe De Chaffoy (violon), Beverly Jo Scott (choeurs), Kathleen Vantenhoudt (choeurs), Mike Butcher (choeurs)

chronique

Styles
rock

J'ignore si d'autres après moi vont se charger de donner une suite à la critique discographique de la carrière d'Arno, mais il me plaît à l'idée de m'attarder personnellement sur ce "Water" de 1994, un album passé quasi sous silence, exercice futile et défouloir, une parenthèse, avant le grand saut Parisien. C'est que l'ex-chanteur de T.C.Matic tente ici de renouer avec l'esprit trouble de ce groupe rock obscur dont il partageait autrefois la destinée avec Jean-Marie Aerts (qui se cache depuis derrière le projet électro JMX) et Rudy Cloet. Et ce après que Aerts et Cloet aient participé avec lui aux sessions d'"Idiots Savants". Sur "I Couldn't Get Up", l'illusion est presque parfaite ; un rock boîteux avec des notes de claviers qui renvoient au sentiment de malaise engendré jadis par l'accordéon d'"Elle Adore le Noir". Typique. "Water" démarre en trombe avec son tir groupé de quatre premiers titres (la basse ronflante de "Meet the Freaks", l'impertinent "A Eux Je Montre Mon Derrière"), se concluant par un "Hot Head", repris à Don Van Vliet aka Captain Beefheart. Le choix n'est certainement pas innocent, l'harmonica et la slide guitare se taillant une place de choix, mais malgré une solide dose de bonne volonté à pratiquer la même discipline, Arno et ses Subrovnicks ne jouent définitivement pas dans la même catégorie. Alors on s'essaye à singer les ambiances rythmiquement moites du Tom Waits post-"Swordfishtrombone" sur "Watch Out Boy", le décalage et l'humour en plus. On a beau vouloir déconner, on peut le faire sérieusement. Et ce n'est pas pour rien que les services de Mike Butcher, producteur du mythique "Sabotage" de Black Sabbath, seront réquisitionnés. Le résultat, c'est un disque de rock poisseux, décalé, désespéré par moment, désespérant parfois, mais toujours entier. Arno nous fait ses émulations habituelles entre Beefheart, Waits, Dylan et Dury, et bien que rien de vraiment décisif puisse s'en échapper, "Water" demeure son disque le plus convulsif depuis "Yé Yé", dix ans plus tôt.

note       Publiée le vendredi 14 février 2003

partagez 'Water' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Water"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Water".

ajoutez une note sur : "Water"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Water".

ajoutez un commentaire sur : "Water"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Water".

The Gloth › lundi 3 janvier 2011 - 13:17  message privé !

Je conseille aussi "French Bazaar", "A la Française" et l'unique et fabuleux album de "Charles et les Lulus" avec Roland Van Campenhout, du folk blues déglingué avec accordéon, chant de poivrot et même une reprise de Beefheart. Et au fond, toute sa discographie mériterait des chroniques, depuis le duo "Tjens-Couters" en passant par TC Matic.

Twilight › mercredi 22 décembre 2010 - 19:04  message privé !
avatar

Arno ? je vote pour !

Raven › mercredi 22 décembre 2010 - 17:35  message privé !
avatar

Arno a une très bonne côte de popularité en France depuis plusieurs années, presque à égal avec Bashung (j'ai prévu de m'y coller pour les chros; du moins Ratata et le petit dernier, Brussld, qui m'a collé une bonne claquasse façon Léotard, avec des morceaux pop bien frais pour aérer le trop plein de larmiches, parce que 'Elle pense quand elle danse' et 'quelqu'un a touché ma femme', c'est mauvais pour les yeux tout ça)

Thierry Marie › mercredi 22 décembre 2010 - 16:49  message privé !

Oui: à quand Arno sur Guts? Arno est est un interprète extrèmement émouvant, un géant. Arno, c'est le blues des gilles de Binche. Arno, c'est la Belgique, quelque chose d'indéfinissable, un peu comme un cadavre exquis. Arno, c'est l'auteur de textes Beaux et bêtes à pleurer ("Dans les yeux de ma mère", "Je suis un homme" et tant d'autres). Et oui, Arno, c'est un monument... en Belgique (mais je ne désespère pas: il semble que la France l'ait découvert... donc, bientôt, Arno, ce sera un chanteur français, peut-être presque à succès, comme Brel par exemple...)

The Gloth › jeudi 15 mai 2008 - 23:49  message privé !
Jamais entendu cet album-ci, mais je pense que certains autres auraient bien leur place sur Guts : "Charlatan", "Ra ta ta" et "French Bazaar" par exemple. Et TC Matic, c'était pas un groupe si obscur en Belgique, on dansait sur "Putain, putain !" dans toutes les soirées de jeunes...