Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSopor Aeternus And The Ensemble Of Shadows › Todeswunsch, sous le soleil de Saturne

Sopor Aeternus And The Ensemble Of Shadows › Todeswunsch, sous le soleil de Saturne

cd • 18 titres

  • 1Flesh crucifix
  • 2Die Bruderschaft der Schmerzes
  • 3Shadowsphere
  • 4Saltatio Crudelitatis
  • 5Just a song without a name
  • 6Sorror sui excidium
  • 7Le théâtre de la blessure sacrée
  • 8The devil's instrument
  • 9Todeswunsch (verse)
  • 10Drama der Geschlechtslosigkeit part I
  • 11Freitod Phantasien
  • 12Drama der Geschlechtslosigkeit part II
  • 13Saturn Impressionen
  • 14Somnambulist's secret Bardo life
  • 15Not dead but dying
  • 16Only the dead in the mist
  • 17This profane finality
  • 18Cage within a cage

enregistrement

enregistré et mixé en 1995 par Roman Rütten

line up

Sopor Aeternus and the ensemble of shadows

remarques

chronique

Styles
gothique
Styles personnels
gothique / mélancolie médiévale

A groupe à part, démarche à part. Après un premier cd prometteur mais manquant encore de consistance, voilà que Sopor Aeternus nous livre une galette surprenante très influencée par les sonorités médiévales. Exit les relents de rock gothique et les orgues, bonjour flûtes, harpes et tambourins. Au niveau vocal, Anna Varney nous surprend également en ajoutant à son registre un ton élevé proche de celui d’une chanteuse d’opéra. Ce qui ne l’empêche nullement de nous charmer également avec son timbre plus grave et posé. Pour couronner le tout, voilà que le livret nous annonce que la ligne de basse du ‘Under the sun’ de Black sabbath a servi de base à deux morceaux, ‘Burderschaft des Schmerzes’ et ‘Shadowsphere’ et qu’une ligne de piano de Cat Stevens a influencé ‘Todeswunsch’ ! Pour en revenir à la musique elle-même, on peut dire que ‘ Todeswunsch’ est un album faussement sautillant et paisible. Pas question ici de lourdeur caverneuse ou de noirceur ténébreuse, plutôt d’une sorte de tristesse impalpable, insidieuse qui se glisse tel un serpent entre les arrangements tranquilles, contaminant peu à peu l’auditeur jusqu’ à un point de mélancolie sans retour. Entre fifres, luths et tambourins, ballades et farandoles lentes, les titres de ‘Todeswunsch’ composent la bande sonore d’une danse macabre baignée d’un humour tragique et cruel que n’aurait pas renié Saint-Saens. Une chose est certaine, que l’on apprécie ou non leur travail, Sopor Aeternus and the ensemble of shadows s’affirment définitivement comme une formation à nulle autre pareille.

note       Publiée le vendredi 31 janvier 2003

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Todeswunsch, sous le soleil de Saturne" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Todeswunsch, sous le soleil de Saturne".

notes

Note moyenne        17 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Todeswunsch, sous le soleil de Saturne".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Todeswunsch, sous le soleil de Saturne".

Richter Envoyez un message privé àRichter

On dirait qu'Anna Varney a piqué ton goûter à la récré...:/

Note donnée au disque :       
Medusa Envoyez un message privé àMedusa

Globalement très mauvais... Les deux seuls morceaux passables, comme par hasard, sont des plagiats mélodiques de Black Sabbath (Die Bruderschaft der Schmerzes/Under The Sun) et de Cat Stevens (Todeswunch/I Think I See The Light). Le reste de l'album n'est que remplissage, bâti sur des schémas harmoniques et sonores indigents. En ce qui concerne la chanson "Todeswunch", rien à dire, la musique et la production sont excellentes. Elle est malheureusement gâchée par un texte qui n'est rien d'autre qu'une sordide, irresponsable et grossière apologie du suicide. Bref, Sopor aeternus apparait ici comme un projet bien plus fondé sur des postures (voir l'imagerie morbide cultivée par le chanteur Anna Varney) que sur une réelle créativité musicale.

Note donnée au disque :       
stankey Envoyez un message privé àstankey

Ceci dit je trouve Poetica le dernier en date pas mal du tout, faudrait que je me penche un peu plus sur les paroles, le contraire serait dommage avec un pavasse pareil (surtout à ce prix)...mais qu'est ce que j'ai perdu en anglais ! Seulement je me sens rarement d'humeur à tenir le book dans une main et le Harraps dans l'autre :))) Pourtant, les fois ou je l'ai fait, j'ai trouvé ça encore plus beau Sopor Aeternus...Mais là c'est du Poe.

novy_9 Envoyez un message privé ànovy_9

j'ironise et je suis un peu extrême, mais la voix ne passe pas c'est comme Elli Riehl qui m'insupporte ou Neva avec qui j'ai vraiment du mal désormais alors que j'adorai à l'époque, la voix ne passe plus .

taliesin Envoyez un message privé àtaliesin

Archhh, ça fait mal de lire ça...

Note donnée au disque :