Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBAlain Bashung › Confessions publiques

Alain Bashung › Confessions publiques

cd1 | 14 titres

  • 1 Les grands voyageurs [4:14]
  • 2 Un âne plane [3:24]
  • 3 A Ostende [4:26]
  • 4 Elvire [4:55]
  • 5 J'écume [3:50]
  • 6 Osez Joséphine [3:24]
  • 7 A perte de vue [5:07]
  • 8 Étrange été [4:28]
  • 9 Les lendemains qui tuent [2:34]
  • 10 J'avais un pense bête [4:51]
  • 11 Les petits enfants [0:49]
  • 12 Martine boude [4:21]
  • 13 Bombez ! [3:10]
  • 14 L'apiculteur [7:47]

cd2 | 12 titres

  • 1 Volutes [3:40]
  • 2 Danse d'ici [4:44]
  • 3 Après d'âpres hostilités [4:14]
  • 4 Vertige de l'amour [3:00]
  • 5 Ma petite entreprise [4:04]
  • 6 Madame rêve [5:13]
  • 7 Happe [3:08]
  • 8 J'passe pour une caravane [3:26]
  • 9 Gaby oh Gaby [3:55]
  • 10 Rebel [4:10]
  • 11 Toujours sur la ligne blanche [4:48]
  • 12 Bijou Bijou [5:54]

enregistrement

Belgique et France, Tournée 1994

line up

Alain Bashung (chant, harmonica, guitare), Stéphane Belmondo (trompette), François Bodin (guitares), Xavier Géronimi (guitares), Dominique Grimaldi (basse, guitare acoustique), Jean-yves Lozac'h (pedal-steel), Jean-pierre Pilot (claviers, chœurs), David Salkin (battrie, guitare, basse), Dominique Grimaldi (basse, guitare acoustique)

chronique

Styles
blues
chanson
rock
Styles personnels
chanson française

Bon. Je n'ai pas de raisons (valables) d'être outrageusement vache avec ce live. On ne peut pas dire qu'il soit de mauvaise facture. Seulement, il sent par bien des points la commande forcée. D'abord il est double, comme il est convenu de le faire aujourd'hui. Ensuite, il n'oublie pas d'aller repêcher les vieux tubes que sont "Vertige de l'Amour" et "Gaby Oh Gaby", qu'on avait presque fini par oublier, ou les plus récents comme "Osez Joséphine", "Volutes" ou "Ma Petite Entreprise", histoire de bien se positionner comme l'ultime anthologie en concert plutôt que de retranscrire une ambiance, ce qui est l'intérêt premier d'un album en concert, dois-je le rappeler. Et cette ambiance, on en aurait eu grand besoin pour retranscrire le plus trouble des albums de Bashung, "Chatterton", dont dix des douze titres sont pourtant ici représentés, mettant (volontairement) sur le côté les pièces décisives que sont "Que N'Ai-Je" et "J'ai Longtemps Contemplé". Les musiciens font ce qu'ils peuvent pour transposer en concert ce que d'autres improvisèrent sur disque. A aucun moment, les idées d'origines ne sont trahies mais elles ne sont pas non plus sublimées. De fait, "Chatterton" reste inégalable. Pour couronner le tout, on n'a bien sûr pas oublié d'y adjoindre un inédit ("Les Lendemains Qui Tuent"), espérant par ce biais avoir trouvé l'argument ultime qui finira par convaincre les plus septiques de se ruer sur ce disque. Bien sûr, à l'heure actuelle, "Confessions Publiques" est le plus à jour des disques en concert de Bashung en regard de son répertoire. N'empêche, connaître ce disque n'est pas d'une importance cruciale et ne saurait être en aucun cas en tête de liste de vos priorités.

note       Publiée le samedi 25 janvier 2003

partagez 'Confessions publiques' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Confessions publiques"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Confessions publiques".

ajoutez une note sur : "Confessions publiques"

Note moyenne :        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Confessions publiques".

ajoutez un commentaire sur : "Confessions publiques"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Confessions publiques".

Les.Mondes.Gothiques › mardi 11 juillet 2006 - 15:41  message privé !
L'aYANt vU paR deux foIs, c'eSt tOUjoUrs la CLAsse BAshUNg
Note donnée au disque :       
Aiwass › mardi 11 juillet 2006 - 00:10  message privé !
Aucun live de Bashung ne vaut "La Tournée des Grands Espaces".
Note donnée au disque :