Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSiouxsie And The Banshees › Juju

Siouxsie And The Banshees › Juju

  • 1981 - Geffen, Gefd-24050 (1 cd)

cd | 9 titres

  • 1 Spellbound
  • 2 Into the light
  • 3 Arabian knights
  • 4 Halloween
  • 5 Monitor
  • 6 Night shift
  • 7 Sin in my heart
  • 8 Head cut
  • 9 Voodoo dolly

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Surrey Sound, Angleterre, mars-avril 1981

line up

Budgie (batterie, percussions), John Mcgeoch (guitare), Steven Severin (basse, guitare), Siouxsie (chant, guitare)

chronique

Cette fois, ça y est, avec ‘Juju’, Siouxsie and the banshees s’affirme définitivement comme l’un des groupes dark les plus importants de sa génération. On sent nos ex-punks très à l’aise et en pleine possession de leur art. Contrairement aux Cure auxquels ils ont souvent été à tort comparés, ils ont très vite trouvé leur ligne directrice transformant leur punk torturé en post punk gothique mêlée de new wave et de psychédélisme. Tout démarre très fort avec ‘Spellbound’, véritable farandole endiablée, rapide et incisive à coups d’accords plaqués. ‘Into the light’ et surtout le superbe ‘Arabian knights’ témoignent de leur indéniable talent mélodique. A partir de ‘Halloween’ qui reprend l’atmosphère de folie grinçante de ‘Spellbound’ en plus torturé, le climat malsain de l’album ne se dissipera plus alternant entre macabre (‘Nightshift’, ‘Head cut’) et accents plus désespérés (‘Monitor’, ‘Sin in my heart’), ce jusqu’ à ‘Voodoo dolly’, véritable cérémonial psychédélique, grinçant à souhait. Débutant assez calmement, il s’enfle progressivement et s’accélère comme un pouls capturant l’auditeur dans une transe quasi rituelle dont la tension ne s’apaise qu’une fois le morceau terminé; du grand art et une pierre indispensable de la carrière du groupe !

note       Publiée le jeudi 16 janvier 2003

partagez 'Juju' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Juju"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Juju".

ajoutez une note sur : "Juju"

Note moyenne :        33 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Juju".

ajoutez un commentaire sur : "Juju"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Juju".

Mithra › samedi 8 juin 2019 - 18:33  message privé !

N'ayant écouté que "The rapture" à sa sortie, j'avais un mauvais a priori sur ce groupe. J'avais eu du mal à voir son côté "banshee" (du moyen irlandais ben síde (« femme de la colline des fées »)). J'aurais dû commencer par "Juju", celui là tient du rituel, il y a de la recherche dans l'instrumentation, de la sorcellerie dans le chant, et, puisque ça discutait de la variétoche des années 80, ce dernier n'aurait-il pas influencé Catherine des Rita Mitsouko ? ;)

No background › vendredi 21 avril 2017 - 10:07  message privé !

Exact, même les faces B sont d'excellente facture, ce qui est quand même très rare.

Note donnée au disque :       
Richard › vendredi 21 avril 2017 - 09:39  message privé !

C'est vrai, le jeu de Mcgeoch est vraiment diversifié, prenant. Ce n'est sans doute pas un hasard si mes albums préférés des Anglais sont "Juju", le précèdent et le suivant avec pour point commun la présence de l'Ecossais. C'est fou de voir en simplement deux ans ce que ce groupe a pu proposer de si varié, riche (faces-B incluses). Je ne suis pas très objectif,mais les Banshees sont vraiment uniques !

Note donnée au disque :       
No background › vendredi 21 avril 2017 - 08:53  message privé !

Tiens justement je me le réécoutais. Le jeu de Mcgeoch est juste parfait sur l'ensemble de l'album. En fait, c'est ça qui est assez hallucinant sur ce Juju, c'est qu'il n'y a pas un seul morceau en-dessous, tout est au minimum excellent, varié et cohérent. Un chef d'oeuvre tout simplement. Sur la réédition des années 2000 est ajouté le morceau Fireworks, tout aussi indispensable que les 9 morceaux originaux.

Note donnée au disque :       
Richard › jeudi 20 avril 2017 - 09:45  message privé !

Un must dans le style sabbat sensuel.

Note donnée au disque :