Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesUUnleashed › Where no life dwells

Unleashed › Where no life dwells

11 titres - 36:51 min

  • 1/ Where no life dwells
  • 2/ Dead forever
  • 3/ Before the creation of time
  • 4/ For they shall be slain
  • 5/ If they had eyes
  • 6/ The dark one
  • 7/ Into glory ride
  • 8/ ...and the laughter has died
  • 9/ Unleashed
  • 10/ Violent exstacy
  • 11/ Where life ends

enregistrement

Avril 1991, Woodhouse studio, Dortmund, produit par Waldemar Sorychta

line up

Johnny Hedlund (basse/chant) Fredrik Lindgren (guitare)Thomas Olsson (guitare) Anders Schultz (batterie)

chronique

Eh oui, il y a toujours des classiques qui manquent sur guts, et toujours dans ce créneau que je porte si haut dans mon coeur, le death metal. Alors oui, comment pouviez vous continuer à lire ce site, sans jamais hurler à l'absence de Unleashed ? Vous me décevez m'sieurs dames... Sutout que ce premir album de ces suèdois fait un peu partie du "Top 3" du genre, avec le premier Entombed et Dismember... Certains me diront que j'oublie Grave, et ils n'auront pas tort d'ailleurs. Mais Unleashed, je ne sais pas, ça a un côté archétypal absolu quoi. Le vieux death suèdois, c'est un peu cet album. Je veux dire, le truc ultra boeuf, groovy, bien froid, speed, qui réfléchit pas avec ses gros refrains et ses structures toutes connes. Unleashed se place ainsi dans une mouvance death je dirai "primaire", héritier direct des groupes de thrash obscurs des années 80, ou de formations comme Carnage ou... Grave justement. Et si Unleashed se la joue trip viking/dieux anciens, cela permet aussi de bien les différencier de ses comparses plus poisseux et brutaux, et d'y ajouter une bonne dose "d'esprit guerrier". La guerre ! J'ai laché le mot, c'est un peu ça ce disque. Pas dans le sens ultra brutal à fond les ballons, non plus une successions de gros hymnes tout cons, 3min de moyenne, avec des riffs super simples et catchy, dont on se souvient longtemps.. Et c'est un peu la grande classe de cet album, bon nombres de morceaux y sont mémorables : "Before the creation of time", "Unleashed, "Into the glory ride", "Where life ends" et j'en passe... Le riffing alerne tremolo classiques, gros breaks en quinte, les rythmiques bourrent façon grand classique du genre.. Et puis il y a le chant de Johnny Hedlund. Pas Le chanteur de death ultime, mais ce type possède un grain qui lui est bien propre, rocailleux, agressif, intelligible, avec son lot de "yaaaa" obligatoire... Pour le reste, voici donc un album classique du genre, sans concessions, qui passe bien les années grâce à une prod propre et puissante, et surtout avec des compos simples et catchy, limite punks dans l'esprit. Je regretterai juste cette intro totalement nulle ("bon les mecs il nous faut de la guitare classique ! Tu sais en jouer ? non, pas grave on en fout quand même") et quelques redondances, le disque s'apprend vite.. Mais avait-il seulement la prétention de durer ? Je ne crois pas. il y a des albums comme ça, un peu fait de bric et de broc qui deviennent des références, assurément cet album en fait partie... Classique.

note       Publiée le vendredi 2 janvier 2009

partagez 'Where no life dwells' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Where no life dwells"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Where no life dwells".

ajoutez une note sur : "Where no life dwells"

Note moyenne :        8 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Where no life dwells".

ajoutez un commentaire sur : "Where no life dwells"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Where no life dwells".

Dead26 › vendredi 26 août 2016 - 18:44  message privé !

Unleashed, le plus viking des groupes de death. C’était un sacré gus J.Edlund à l'époque, je sais pas si il a changé depuis. N’empêche qu’il avait un timbre de voix assez particulier sans aller trop dans les graves, c’est ça que j’aimais bien dans ce groupe. C'était simple, carré et concis. Cet album il reste bien accessible rien qu’au niveau du son et des plans à la gratte. Ça reste linéaire et limpide mais curieusement ça passe super bien tout en gardant ce son typiquement suédois. Un grand classique !

Note donnée au disque :       
yog sothoth › samedi 15 février 2014 - 10:58  message privé !
avatar

Ressorti ce disque cette semaine, il accuse bien plus son age que ses comparses de "l'époque", même s'il conserve son capital sympathie grace à ce coté rythmique totalement primaire.

Harry Dickson › mercredi 19 juin 2013 - 14:14  message privé !

A redécouvrir.

Note donnée au disque :       
Horn Abboth › dimanche 17 mai 2009 - 15:52  message privé !

Efficacité est le maître mot de cet album. Fredrik et Thomas sont des putains de machines à riffs. Spéciale mention à "Unleashed", morceau énorme. Catchy du début à la fin, du bon death old school comme on en fait plus. Yaaaaaaaaaaaa!!!

Note donnée au disque :       
Potters field › mercredi 7 janvier 2009 - 10:33  message privé !

amon amarthe villalonga, normal... mais unleashed, zut alors. le seul truc que je reprocherais un peu au groupe c'est la voix à la rigueur, assez plate. sinon je suis quand même très client.