Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCThe Cure › Pornography

The Cure › Pornography

  • - Elektra, Elektra 9 60785-2 (1 cd)

cd | 8 titres

  • 1 One hundred years
  • 2 A short term effect
  • 3 The hanging garden
  • 4 Siamese twins
  • 5 The figurehead
  • 6 A strange day
  • 7 Cold
  • 8 Pornography

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Rak Studio one, Londres, Angleterre, 1982

line up

Simon Gallup (basse, claviers), Robert Smith (chant, guitare, claviers), Lol Tolhurst (batterie, claviers)

chronique

‘It doesn’t matter if we all die’, les interrogations mystiques de ‘Faith’ n’ont pas trouvé de réponses et cette première phrase de ‘ One hundred years’ qui ouvre l’album semble résonner comme un tocsin. Comme l’indiquent les teintes sombres et rougeoyantes de la pochette, les Cure ont plongé en enfer. Exit les brumes, les doutes, la mélancolie, ne restent que noirceur et désespoir. Les rythmes sont plus rapides, axés sur les roulements, ce qui leur donne une légère coloration tribale ; les guitares ont un son plus déchirant, la basse est de plomb et les claviers froids empêchent tout espoir de sortie. Le groupe a porté la cold wave aussi loin qu’il l’a pu, la repoussant dans ses ultimes retranchements. Chaque morceau est un pas de plus dans cette descente vers les abysses jusqu’au funèbre ‘Cold’ (de mon point de vue, la meilleure chanson jamais écrite par les Cure) dont les claviers lourds résonnent comme une marche tragiques. ‘Pornography’ qui clôt cette descente aux enfers est plus expérimental et étouffant avec des voix déformées sur lesquelles se greffent des roulements de batterie, des claviers lourds, des grincements de guitares malsains pour aboutir à cette dernière phrase, cet ultime appel de survie : ‘I must find this sickness, find a cure’. Ce disque est tout simplement le chef d’œuvre absolu des Cure et l’un des dix meilleurs albums de musique sombre jamais composés. Engendré dans la douleur, il coûtera très cher au groupe qui finira au bord du split et mettra du temps à s’en remettre ; on ne ressort pas intact de l’écoute d’un tel disque. Indispensable !

note       Publiée le dimanche 12 janvier 2003

partagez 'Pornography' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Pornography"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Pornography".

ajoutez une note sur : "Pornography"

Note moyenne :        124 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Pornography".

ajoutez un commentaire sur : "Pornography"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Pornography".

nowyouknow › samedi 2 février 2019 - 13:15  message privé !

Impression pseudo-poétique mise à part, "Pornography" reste un très gros morceau dans l'oeuvre curienne. Un album à part que j'ai toujours du mal à associer aux précédents dans cette supposée trilogie dont l'unité fonctionne à mon avis surtout pour les deux premiers volets (même avis pour la trilogie berlinoise de Bowie au passage). On est ici dans quelque chose de beaucoup moins insidieux. C'est du frontal, les démons sortent au grand jour. Comme pour Trent Reznor et sa spirale, la démarche, radicale et sans ambiguïtés, pourrait faire lever les yeux au ciels ou pouffer de rire (bouhhh le cliché du type torturé qui se vautre dans sa merde). Sauf que non. Robert Smith nous ouvre la porte sans détour, "It doesn't matter if we all die", au détour d'un riff serpenteresque, malade. Le parcours est sinueux, on fait des détours, on croit même pouvoir s'amuser un peu (The Hanging Garden) mais le fleuve coule toujours inexorablement vers une chute inconnue mais que l'on sait certaine (je manie bien les mots hein?), qui imprègne déjà tout ce qui précède (habile paradoxe n'est-ce pas?). "A Strange Day". On est plus très loin. Le courant s'accélère (notez la pertinente métaphore du ruisseau qui marche avec à peu près tout). Et crac. "Cold". Un sommet total de beauté tragique contrebalancé par un morceau final au pouvoir presque palpable. Le meilleur Cure? Je sais pas. Le plus intense, certainement.

Note donnée au disque :       
nowyouknow › mercredi 23 janvier 2019 - 15:36  message privé !

Un feu hardant. Vain. Tout est déjà si froid autour.

Note donnée au disque :       
MICKFUCKMEAT › vendredi 27 juillet 2018 - 12:30  message privé !

je préfère Faith, plus embrumé d'alcool et moins sophistiqué, mais Pornography reste un très bon album !

Richard › vendredi 27 juillet 2018 - 09:04  message privé !

"Faith " pour garder un infime espoir ? :)

Note donnée au disque :       
SEN › vendredi 27 juillet 2018 - 00:06  message privé !

Je vois vraiment pas pourquoi ? un truc plus optimiste peut être ?

Note donnée au disque :