Vous êtes ici › Les groupes / artistesCThe Cure › Seventeen seconds

The Cure › Seventeen seconds

  • Elektra Elektra 9 60784-2 • 1 CD

cd • 10 titres

  • 1A reflection
  • 2Play for today
  • 3Secrets
  • 4In your house
  • 5Three
  • 6The final sound
  • 7A forest
  • 8M
  • 9At night
  • 10Seventeen seconds

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Connectez-vous pour les écouter.

enregistrement

Morgan Studio one, produit par Robert Smith et Mike Hedges

line up

Simon Gallup (basse), Matthieu Hartley (claviers), Robert Smith (chant, guitare), Lol Tolhurst (batterie)

remarques

chronique

Quelque chose s’est passé… Non, les Cure ne sont pas devenus de bons musiciens, non ‘Seventeen seconds’ n’est pas ce que l’on pourrait qualifier de très bon album mais un changement s’est produit. Les Cure ne sont plus un groupe d’ados, une sorte de maturité tragique s’est emparé de leur musique et l’auditeur sent confusément qu’après tout, ces jeunes Anglais ont peut-être quelque chose de différent. Qu’est-ce qui a donc changé, le line up mis à part (Simon Gallup ayant remplacé Michael Dempsey à la basse) ? Le groupe a tourné le dos à sa pop punk pour s’orienter vers une voie plus cold wave, tissant sur ce disque un véritable climat sonore où le gris domine ; explication : un son de batterie sec pour des rythmes quasi binaires, une basse marquée soutenue par une guitare aérienne, une voix distante, avec, en arrière-fond, un discret clavier aux sonorités glacées. Les arrangements sont dépouillés, minimalistes ; les compositions s’enchaînent, monotones, hypnotiques, envoûtent ou ennuient, c’est selon. Il est certain que l’ensemble ne respire pas la joie et pour beaucoup (à juste raison), ‘Seventeen seconds’ constitue la première partie d’une trilogie qui mènera le groupe aux portes de la folie et de l’éclatement. Robert Smith a affiné son écriture et le disque contient de beaux moments comme ‘A forest’, avec ses guitares profondes et son atmosphère ‘nocturne’, qui deviendra un classique, le mélancolique ‘M ‘ qui affirme son timbre de voix plaintif, ‘Seventeen seconds’ ou ‘Play for today’, parfaite transition entre l’aspect rythmé des premiers morceaux et la froideur des nouveaux. Un album gris, hivernal, au son dépouillé et dont la tristesse brumeuse annonce des lendemains douloureux. 4,5/6

note       Publiée le dimanche 12 janvier 2003

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • gregdu62
  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Seventeen seconds" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Seventeen seconds".

notes

Note moyenne        68 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Seventeen seconds".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Seventeen seconds".

GrahamBondSwing Envoyez un message privé àGrahamBondSwing

J'écoute ça à la fin des années 90 et premier titre... je m'dis pas dégueu, ah et le deuxième est pas mal non plus, aucune faiblesse au troisième et ainsi de suite... Heu... en fait, c'est un chef d'oeuvre, le son étonnant, les mélodies sont là partout, le morceau Three (piste 5) est vraiment dingue dans sa construction. Si je ne mets pas la note max, c'est parce que c'est un album que je n'ai pas vécu intensément, mais gros respect.

Note donnée au disque :       
Raven Envoyez un message privé àRaven
avatar

J'en parlais récemment avec Zugal, le morceau titre sur le final est sûrement le morceau ultime pour l'écoute en boucle (en hiver de préférence bien sûr), énormément écouté, le laissant parfois tourner des nuits entières pendant mes veilles. "A measure of life".

Note donnée au disque :       
allobroge Envoyez un message privé àallobroge

Mon Cure préféré ( avec Pornography dans un tout autre genre ), un son cotonneux et douillet, tout à fait original à l'époque, dans lequel se lover était , et est toujours, un plaisir.

Note donnée au disque :       
Richard Envoyez un message privé àRichard

Merci SEN pour cette découverte des plus intrigantes.

Note donnée au disque :       
SEN Envoyez un message privé àSEN

FRANKIE ROSE a sortie un disque reprenant intégralement cet album ! Et c'est très sympa pour ceux que ça intéresse !

Note donnée au disque :