Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCThe Cure › Boys don't cry

The Cure › Boys don't cry

cd | 12 titres

  • 1 Boys don't cry
  • 2 Plastic passion
  • 3 10.15 Saturday night
  • 4 Accuracy
  • 5 So what
  • 6 Jumping someone else's train
  • 7 Subway song
  • 8 Killing an arab
  • 9 Fire in Cairo
  • 10 Another day
  • 11 Grinding halt
  • 12 Three imaginary boys

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Morgan Studios, Londres, Angleterre, 1979

line up

Michael Dempsey (basse), Robert Smith (chant, guitare), Lol Tolhurst (batterie)

chronique

‘Boys don’t cry’ n’est pas à proprement parler un deuxième album des Cure. Il compile la plupart des morceaux du précédent opus ‘Three imaginary boys’ et de nouvelles compositions qui, sans être des chefs d’œuvre, témoignent néanmoins d’une efficacité accrue au niveau mélodique, ainsi ‘Killing an arab’ (inspiré de ‘L’Étranger’ de Camus) et ‘Boys don’t cry’ qui deviendront d’ailleurs les deux premiers singles du groupe ; le troisième sera le plus anecdotique ‘Jumping someone else’s train’. Les Cure évoluent donc toujours dans un registre pop punk simple, moins maladroit, de plus en plus assuré. Personne à ce moment-là ne miserait un dollar sur une quelconque carrière du trio vu la pléthore de formations à l'époque (dont The Cure va vite se distinguer). Et pourtant... À choisir, on préférera cette édition à ‘Three imaginary boys’ (à moins de l'acheter en version deluxe pour ses croustillants bonus)

note       Publiée le dimanche 12 janvier 2003

partagez 'Boys don't cry' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Boys don't cry"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Boys don't cry".

ajoutez une note sur : "Boys don't cry"

Note moyenne :        37 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Boys don't cry".

ajoutez un commentaire sur : "Boys don't cry"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Boys don't cry".

Fabb74 › vendredi 25 mai 2018 - 11:01  message privé !

Pas spécialement fan de Cure même s'ils ont bercé une partie de ma jeunesse (le titre The Kiss et son intro électrique, Pornography, quelques titres The Head on the door que je ne peux plus écouter aujourd'hui...), je me permets une courte intervention pour souligner et applaudir ce que dit Twilight sur l'évolution des goûts, la manière d'écouter et d'appréhender la musique. Je suis tellement d'accord que cette perception collerait avec toute la discographie des groupes que j'affectionne. Merci Twilight, ça fait plaisir à lire, on se sent moins seul !

SEN › lundi 26 juin 2017 - 11:51  message privé !

J'ai exactement le même sentiment.

Note donnée au disque :       
Twilight › dimanche 25 juin 2017 - 23:49  message privé !
avatar

Cure, pour moi, est l'archétype même de tout ce que manquent les jeunes d'aujourd'hui avec leur zique de merde téléchargée qu'ils écoutent d'une oreille avec un casque pourri et jetteront deux mois après. J'ai aimé, apprécié, rejeté, redécouvert...C'est un groupe qui vieillit avec moi et dont finalement je redécouvre la musique selon mes expériences de vie. Si certains albums ont toujours été clairs pour moi, certains moins évidents selon mes goûts prennent finalement du sens en vieillissant. Ca montre à quel point certains groupes sont géniaux.

SEN › dimanche 25 juin 2017 - 21:49  message privé !

Chacun des albums de Cure avec lesquels j'ai grandi dans les années 80 est gravé dans mon cœur pour toujours ! Bob Smithou en lettres de sang !

Note donnée au disque :       
Twilight › dimanche 25 juin 2017 - 20:48  message privé !
avatar

Je dois bien admettre que que mon goût pour le post punk ayant cru avec les ans, il en est de même avec ces titres...