Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesHBen Harper › Fight for your mind

Ben Harper › Fight for your mind

  • 1995 • Virgin CDVUS 93 • 1 CD

14 titres - 68:11 min

  • 1/ Oppression 2.58
  • 2/ Ground on down 4.52
  • 3/ Another lonely day 3.43
  • 4/ Please me like you want to 4.56
  • 5/ Gold to me 4.59
  • 6/ Burn one down 3.31
  • 7/ Excuse me Mr. 5.24
  • 8/ People lead 4.14
  • 9/ Fight for your mind 4.06
  • 10/ Give a man a home 3.35
  • 11/ By my side 3.33
  • 12/ power of the gospel 6.01
  • 13/ God fearing man 11.48
  • 14/ One road to freedom 4.17

enregistrement

Produit par Ben Harper et JP Plunier. Enregistré par Bradley Cook. Mixé par Eric Sarafin, sauf 13 : mixée par Eric Safarin, Femi Jiya et les Dub Brothers. Enregistré à Grandmaster Recording, Mad Dog Studios, explosive studio 12. Mixé à Track Record, Hollywood Sound.

line up

Danielle Charles (violon), Bob Coke (tambourins, sarod, tablas), Ben Harper (Weissenborn, guitare acoustique, voix), Timothy Loo (violoncelle), Leon Mobley (Leon Lewis Mobley) (percussions), Juan Nelson (basse), Oliver Charles (Batterie) ; Ervin Pope (Hammond B3) ; Brett Banduci (alto) ; Carey Christensen (contrebasse).

remarques

chronique

Styles
blues
folk

Une leçon… le deuxième album de Ben Harper, comme les autres finalement, est une leçon. Une leçon de feeling, mais aussi de rythme, de mélodie, de simplicité, de richesse… une leçon de musique. Ben Harper a ce génie, qu’il ne partage à ma connaissance qu’avec Neil Young, d’unir dans la plus intègre cohérence la sincérité du brut et du roots au raffinement le plus délicat. Plus de rythmes, de basse/batterie que dans l’étoilé premier album, mais chez Harper le rythme exprime la conviction, il permet la gravité… « Oppression», «Excuse me Mr», «People lead», autant de titres marqués aux allures d’hymnes graves et poings levés, mais toujours baignés de cette voix bienveillante et pleine d’humanité, sans âge, à la fois enfantine, ou profonde et sérieuse à la sagesse vieillarde. Les merveilles lentes et nostalgiques dont il a le secret s’appellent ici «Another lonely day», «Give a man a home» ou «By my side», illuminée de la mélancolie toute religieuse d’un Hammond larmoyant. D’autres titres, plus rythmés et à l’atmosphère plus positives, «Gold to me», «Ground on down» implacable, ou encore la pastorale «Burn one down» rappellent toute la qualité exceptionnelle des compositions du bonhomme. Puis que dire, enfin, de «Power of gospel», plainte grave et dépressive pour quatuor à corde et voix brisée. Et que dire, encore, de «God fearing man», symphonie blues tragique et sonore, dans la culture des «Baby I’m gonna leave you» et autres «Since I’ve been…», mais à la texture plus brute, douloureuse et authentique, s’achevant dans la peine par un laborieux lead de Weissenborn qui sur plus de six minutes ne quitte pas ses trois notes, semble peiner au rythme avant de l’écraser, puis finit par mourir dans l’écho et le son… la pièce semble définitive, sans suite possible, vouée au silence. Mais voici que Ben repart, tranquillement, une ballade, marche à pied, guitare à la main pour une dernière complainte en forme de nouveau départ… there’s just one road to freedom…

note       Publiée le dimanche 12 janvier 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Fight for your mind".

notes

Note moyenne        12 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Fight for your mind".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Fight for your mind".

pinnickX › mercredi 15 juillet 2009 - 15:12  message privé !

Que de bons souvenirs, de bons concerts égalements à l'époque où il volait régulièrement la vedette aux têtes d'affiches ... En pilotage automatique aujourd'hui comme beaucoup.

Dans le registre jeu de guitare supra original/autodidacte et atypique, je vous recommande vivement les disques de Chris Whitley (pour qui aime la National Steel).

Note donnée au disque :       
Eliphas › vendredi 14 juillet 2006 - 19:17  message privé !
Un album autant riche de qualité musicale qu'humaine, un leçon effectivement.
aur › dimanche 23 novembre 2003 - 19:04  message privé !
Nous sommes noirs, donc criminels ; mais innocents !!! Ben est en colère !!! Plus engagé que jamais, le titre et les textes sont mystiques et sans concession : « Oppression, you shall learn to fear me / From the gospel truth you cannot hide » ; « As long as someone else controls your history, the one who is right is the majority » ; « You can lead a horse to the water but you cannot make him drink, You can bring a man to school but you cannot make him think ». L’enflammé Ground on down est d’une intensité impressionnante !!! Les accents funky, l’omniprésence de percussions en grande forme et en grand nombre, viennent insuffler une prodigieuse vitalité à des compositions simples et profondément vécues par leur auteur. Je reviens régulièrement m’abreuver à la lumière noire de « Power of the gospel », ce cantique solennel, désespéré et vibrant à la fois, qui, écrit pour voix déchirée, guitare sensible et cordes consolatrices, marque l’album. La rugosité de l’accoustique et la voix à la fois fragile et équilibriste de Ben peignent avec vérité un des cris les plus poignant du peuple noir !!! Chef d’œuvre absolu !!!
Note donnée au disque :       
PLF › lundi 18 août 2003 - 23:03  message privé !
J'ai connu cet album à sa sortie et je dois dire que je le regrette un peu... Aujourd'hui, Ben Harper a changé de recette et ses nouvelles directions musicales ne m'émeuvent pas autant que cet opus qui reste le plus abouti et le plus cohérent de ses cinq albums...
Note donnée au disque :