Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTotal › Exploded Star Sad Servant

Total › Exploded Star Sad Servant

3 titres - 57:14 min

  • 1/ The Shuttered Room (17:51)
  • 2/ Drainage Angels Flare (4:19)
  • 3/ Frost (35:04)

enregistrement

Angleterre, 1995

line up

Matthew Bower (guitare)

chronique

Styles
indus
noise
Styles personnels
noise

Du bruit, du bruit, et encore du bruit. Voilà ce que Total propose, véhicule solitaire du guitariste de Skullflower, Matthew Bower. Paru sur le label Self Abuse Records (le bien nommé), les connexions avec Merzbow n'étonneront personne et le jusqu'au boutisme affiché ici horripile autant qu'il laisse bouche bée. Larsens et effets dissonnants par milliers s'entrecroisent pour ériger un mur du son infranchissable qui frise la lobotomie sans anesthésie pour quiconque aura l'audace d'écouter cela au casque (en plus) ! Trois titres aussi échevelés les uns que les autres, aussi dérangeants et perturbants que les essais les plus bruitistes de Nurse With Wound ou John Zorn (au sein de Weird Little Boy), j'en passe et des meilleurs. Cette production farouchement indépendante se complait dans les bidouillage radio et autres ondes sonores improbables et tendues, qui ne semblent se fixer comme seul objectif que de crisper l'auditeur. Éreintant. Abject. Et fascinant.

note       Publiée le jeudi 9 janvier 2003

chronique

Styles
noise
Styles personnels
lo-fi noise psychédélique

“Anyone who gets to side four is dumber than I am.” Ca, c’est Lou Reed parlant de Metal Machine Music, le premier disque de harsh noise balancé à l’aveuglette dans le grand public. Apparemment, certains sont parvenus à la face quatre, s’en sont délectés (j’imagine que Genesis P-orridge et William Bennett faisaient partie de ceux-là) et pour certains, ont retenté l’expérience. C’est le cas de Matthiew Bower, relançant l’expérience ‘Total’ (qui s’était mis en pause pour quelques années) pour satisfaire ses urgences jusqu’au-boutistes inconciliables avec Skullflower. Mêlant ondes radio et divers bruitages (à la pelle dans ‘Frost’ : téléphones, instruments divers, clochettes, onomatopées…), Total sature l’espace, rembourre les murs d’une épaisse couche de guitare monocorde sur laquelle viennent se greffer les bruits et surtout les hurlement de guitares et larsens divers, tels des chanteurs inhumains clamant quelques mantras au dieu Machine. Du premier titre lo-fi athmosphérique au très chaotique et psychédélique final, Bower nous chahute, nous fait rentrer dans une ligne à haute tension où cent mille grésillements et interférences viennent heurter nos tympans. Les deux dernières minutes du disques, insupportables, ne sont réservées qu’aux plus téméraires d’entre vous. Un ensemble varié donc, allant crescendo dans la violence si l’on occulte la petite pause ‘Drainage Angels Flare’. Pour paraphraser Proggy, ‘abject’ et ‘fascinant’ seraient effectivement les deux termes les plus appropriés pour clore ce paragraphe.

note       Publiée le jeudi 27 septembre 2007

partagez 'Exploded Star Sad Servant' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Exploded Star Sad Servant"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Exploded Star Sad Servant".

ajoutez une note sur : "Exploded Star Sad Servant"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Exploded Star Sad Servant".

ajoutez un commentaire sur : "Exploded Star Sad Servant"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Exploded Star Sad Servant".

ericbaisons › samedi 21 août 2010 - 02:09  message privé !

Bon le contenu deboite aussi. En fait le vrai nom du groupe Penthotal death flights ou un truc du genre, total c'est juste un petit nom sympa

Solvant › mardi 30 décembre 2008 - 20:05  message privé !

Pour qui souhaite un Satori imminent : Merzbow Mixed Total. Pas facile à trouver mais une fois que tu l'as tu t'accroche à ton phallus !

Note donnée au disque :       
Solvant › vendredi 5 décembre 2008 - 21:54  message privé !

Une certaine fièvre m'envahit du fait que Matthew Bower soit sous-représenté chez Guts.

Note donnée au disque :       
empreznor › samedi 6 septembre 2008 - 19:24  message privé !
ça me fait penser que je ne sais toujours pas quelle musique se cache derriere cette somptueuse pochette; en tout cas je n'y viendrai pas par hasard, ça c'est sur.
prypiat › samedi 6 septembre 2008 - 19:22  message privé !
D'accord avec Empreznor. Je connais pas ce groupe ni sa musique mais la pochette est superbe.