Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesHHuelgas-Ensemble › Lamentations de la renaissance

Huelgas-Ensemble › Lamentations de la renaissance

11 titres - 69:43 min

  • Tiburtio Massaino (c.1550-c.1609)
  • 1/ Lectio prima 5.11
  • 2/ Lectio secunda 5.31
  • 3/ Lectio tertia 6.55
  • Robert White (c.1538-1574)
  • 4/ Lectio prima 9.59
  • 5/ Lectio secunda 8.49
  • Marbrianus de Orto (c.1460-c.1529)
  • 6/ Incipit-aleph 3.43
  • 7/ Beth 2.48
  • 8/ Ghimel 4.48
  • Roland de Lasus (1532-1594)
  • 9/ Lamentatio prima 7.44
  • 10/ Lamentatio secunda 7.13
  • 11/ Lamentation tertia 6.58

enregistrement

Enregistrement avril 1997 en l’Abbaye-aux-Dames de Saintes. Prise de son et direction artistique : Markus Heiland.

line up

Huelgas-Ensemble ; Paul Van Nevel (direction)

remarques

chronique

Styles
musique classique
Styles personnels
musique sacrée-renaissance

Des lamentations… voilà de quoi soigner les plus tristes, les plus sombres, les plus perdus d’entre nous. Empreinte d’une austérité toute grégorienne mais avant tout polyphonie éclatante, chacune des pièces de ce disque se déroule avec lenteur, solennité, exposant peu à peu ses thèmes et harmonies, ses lignes de chants croisées qui émanent les unes des autres et se déploient calmement en une sculpture sonore affectée et prenante. A-capella ou juste soutenues d’un continuo discret (flûtes et viole), les voix groupées par registre s’adonnent aux notes longues et aux rythmes fluides. Il émane de ces chants à la lenteur posée une émotion réelle et troublante ; parmi ces lignes chantées, il en est toujours une qui semble, plus simplement, n’être que douleur… dans ce décor de voix, dans cette construction musicale savante et ordonnée avec la rigueur d’un plan de cathédrale, on entend un écho plus isolé qui résonne comme sous les voûtes, et porte la parole peinée de ces Lamentations. Dans ce palais vocal il est alors difficile, et inutile, de chercher à savoir si ce chant est bel et bien, ou s’il ne s’agit que d’une suite arbitraire de notes qui nous appellent d’un pupitre vers un autre, puis vers un autre encore, dévoilant à l’oreille comme un sanglot caché par l’auteur et qui ne se révélerait qu’à la lumière de la polyphonie. Bien que fruits d’auteurs divers, les pièces présentées ici sont d’une grande cohérence entre elles et d’une qualité constante. La luminosité des voix sopranes y côtoient les pénombres plus austères des barytons et basses ; le mode de composition polyphonique employé laisse à chacun l’espace nécessaire à sa pleine expression ; à l’arrivée, ces chants simples et purs se révèlent denses et complets, univers sonores clos à l’intérieur desquels les mouvements et variances solitaires peuvent alors s’épanouir, soutenus et cadrés par les fondations harmoniques des polyphonies. On retrouve dans ce choix de partitions et dans l’interprétation du Huelgas toute la grâce, la profondeur, et la puissance immense et tranquille des plus grandes polyphonies de la renaissance. Le sujet de ces pièces prévenant toute virtuosité inutile, chacun des 4 auteurs choisis a su privilégier l’émotion à la complexité, travailler posément et avec sincérité. Ainsi cette musique, malgré son âge lointain et cette foi en Dieu dont elle doit témoigner est-elle étrangement proche, intime, humaine avant tout. Loin des extases et des remerciements, ces Lamentations cherchent la nuit, et la trouvent.

note       Publiée le vendredi 3 janvier 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Lamentations de la renaissance".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Lamentations de la renaissance".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Lamentations de la renaissance".

Aiwass › dimanche 4 mars 2007 - 15:48  message privé !
A chaque fois que je vois la pochette dans les coups de coeur j'ai la désingréable impression que la pauvre femme a un bonnet de Noël sur la tête...