Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesLGyörgy Ligeti (1923-2006) › Requiem

György Ligeti (1923-2006) › Requiem

  • 1985 - Wergo, WER 60 045-50 (1 cd)

3 titres - 49:13 min

  • 1/ Requiem pour soprano, mezzo, deux choeurs mixtes et orchestre (1963/65) 26.41
  • 2/ Aventures (1962) 10.47
  • 3/ Nouvelles aventures (1962/65) 11.45

enregistrement

Enregistré : Hessischer Rundfunk Frankfurt, novembre 1968 (Requiem) ; Studio des Internationalen Musikinstitus Darmstadt, 1966.

line up

Requiem : Liliana Poli (soprano) ; Barbro Ericson (mezzo) ; Chor des Bayerischen Rundfunks (Wolfgang Schubert : direction) ; Sinfonie-Orchester des Hessischen Runfunks Frankfurt ; Michael Gielen (direction) ; Aventures et Nouvelles aventures : Gertie Charlent (soprano) ; Marie-Thérèse Cahn (alto) ; William Pearson (baryton) ; Internationales Kammerensemble Darmstadt ; Bruno Maderna (direction)

chronique

Styles
musique classique
Styles personnels
musique sacrée-contemporain

Ligeti et Requiem, voilà deux mots dont l’association fait frémir… et il y a vraiment de quoi. Cette pièce vocale de près d’une demi-heure est une des formes les plus accomplies du chaos, de l’effroi et de l’angoisse réunis, en une seule et insoutenable plainte, qui semble faite de hurlements, de pleurs, d’appels et de chants lugubres mélés, et dont l’immense et terrifiante rencontre, cimentée dans la force de l’orchestre en soutenance nous plonge au cœur d’un bourdonnement assourdissant qui s’amplifie sans cesse, nous monte à la tête jusqu’à se changer peu à peu à mesure qu’il augmente en milliers de cris aiguës et simultanés… un gigantesque mouvement ininterrompu et puissant comme tous les vents du monde, faits d’une nuée de voix entièrement étrangères à la mélodie et à l’harmonie, et qui s’étend du silence originel d’où semble peu à peu émerger cette musique, durant plus d’un quart d’heure, pour nous laisser, exsangue et dévasté, aux portes de la seconde partie de cette messe d’épouvante. La suite est difficile, imprévisible, agressive et la violence de ses contrastes est réellement douloureuse à éprouver. Les deux solistes, soprano et mezzo aux aigus déchirants apparaissent et s’en vont, nous hurlent à l’oreille quelques notes sans rapports ne fût-ce leur franche laideur, avant de repartir se noyer dans le murmure lointain et continu du chœur qui gronde dans le noir. Comme un lied défiguré de plus de dix minutes, cette partie pour solistes va chercher les murmures choraux les plus imperceptibles, qui loin d’être apaisants, finissent par nous hanter à force de constance, d’inertie, et d’inhumanité. De ses moments de silence mortifère à l’angoisse latente surgissent des cris de violons qui transpercent les tympans et se taisent ausstitôt, et l’on sent parfois le chœur gronder plus fort, avant de s’enflammer et de porter aux nus les notes les plus saillantes des gorges des solistes. Silence et hurlement, puis silence… après la masse terrible dont les méandres atroces nous ont défiguré, Ligeti nous torture à coup de lames tranchantes, à l’aide d’aiguilles profondes. Incontestablement se trouvent dans cette demi-heure quelques gouffres grands ouverts sur l’antre de la folie ; tout y est effroyable, les silences éprouvants, les chaos impensables, les saillies sans pitié. Ligeti ne parle pas simplement de la mort, il parle du néant. C’est ce qui distingue ce requiem unique d’entre toutes les messes des morts.

note       Publiée le vendredi 3 janvier 2003

partagez 'Requiem' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Requiem"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Requiem".

ajoutez une note sur : "Requiem"

Note moyenne :        20 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Requiem".

ajoutez un commentaire sur : "Requiem"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Requiem".

saïmone › lundi 12 septembre 2011 - 23:47  message privé !
avatar

Comment ai-je pu ne PAS y penser ?? Va falloir faire péter le mediafire pour le lecteur

Note donnée au disque :       
Richter › lundi 12 septembre 2011 - 23:44  message privé !

Tu as ça aussi à faire péter dans le train...^^ http://www.gutsofdarkness.com/god/objet.php?objet=5770

Note donnée au disque :       
saïmone › lundi 12 septembre 2011 - 21:41  message privé !
avatar

Un autre disque à faire péter dans le train, tient, pour voir si les rails peuvent supporter la pression d'un trou noir. Au lieu de converger vers un unique point, ça s'écarte en gondolant, comme un fouet qui claquerait l'espace

Note donnée au disque :       
chelonian dundee › mercredi 22 décembre 2010 - 04:22  message privé !

ou à une orthographie cosmique en bordure de galaxie..

Note donnée au disque :       
chelonian dundee › mercredi 22 décembre 2010 - 02:18  message privé !

que des gens soient capable d'enregistrer ensemble ce genres de vues me fairait presque croire à un au dela

Note donnée au disque :