Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDeftones › Around the Fur

Deftones › Around the Fur

cd • 10 titres • 73:55 min

  • 1My Own Summer (Shove It)
  • 2Lhabia
  • 3Mascara
  • 4Around the Fur
  • 5Rickets
  • 6Be Quiet And Drive (Far Away)
  • 7Lotion
  • 8Dai the Flu
  • 9Headup
  • 10Mx - (Hidden Bonus Track : Damone)

enregistrement

Par Terry Date et Ulrich Wild, studio Litho, Seattle

line up

Stephen Carpenter (strings), Chi Cheng (Bass), Abe Cunningham (drums), Frank Delgado (sampler), Chino Moreno (voice, guitar)

Musiciens additionnels : Max Cavalera (guitare, chant 9), Annalynn Cunningham (choeurs 10.1)

remarques

Max Cavalera est présent sur "Headup".

chronique

Voici le disque qui a permis aux Deftones d'exploser. A juste titre car "Around the fur" est une véritable bombe ! Rarement on aura vu une telle débauche d'énergie. Chino Moreno est ici éblouissant ; sa voix, tantôt langoureuse, tantôt à la limite de la rupture contribue pour une large part à la réussite du disque. Les morceaux, très travaillés dégagent une puissance rarement atteinte, les deux premiers titres de l'album sont à ce titre de purs chef-d'oeuvres... Mais ne croyez pas que tout s'arrête à ces deux morceaux, le disque regorge en effet de très bonnes surprises, du nerveux "Around the fur" à l'entêtant "Be quiet and drive" et son riff imparable, de "Dai the flu" à "Headup" featuring Max Cavalera, tout est extrêmement convainquant. En bref et pour conclure, ne passez pas à côté de cet album particulièrement jouissif... A noter que la durée effective de "Around the fur" est de 46:06 minutes.

note       Publiée le dimanche 25 mars 2001

chronique

Styles
metal alternatif
neo metal
Styles personnels
defteens

Si White Pony est l'acmé, Around the Fur est l'acné. Et une petite patte en moins dans une lettre n'aura jamais autant fait la différence... Mais foin de formules faciles - causons plutôt subjectif, puisque s'il y a un groupe qui s'y prête c'est bien Deftones, et que les Deftones favoris sont extrêmement variables, selon l'individu, et même au sein du même (bien que les préférés soient souvent celui-ci ou White Pony). J'écoute sans ennui A.t.F., pas de malentendus : c'est un album très fluide et très agréable, toujours bienvenu chez moi, pour partager son ivresse, ses doutes, ses peines et ses joies... Mais je ne comprends pas trop tout le tintouin qu'on en fait depuis tout ce temps - alors que je comprends très bien pourquoi toutes ces turlutes, de l'alternatif aux grammy awards, à chaque fois que je réécoute White Pony ! Around n'a bien sûr rien de répréhensible, avec sa façon sensuelle de tourner autour du spleen, de découvrir la lave si spéciale qui coule dans ses veines... Mais la nuance est lourde entre cet album et son étrange prédécesseur, autant qu'avec ce monstre de Sans Titre (sans parler bien sûr du Poney Blanc, intouchable dans son paradis anxiolytique). La sanction est sans appel. Around fait du sur-place comme un collégien en colle, qui piétine en songeant aux nanas dehors, les hormones en magma. Et qui en profite pour potasser sa grammaire du riff et du rythme, studieusement. Les pistes d'étude de second cycle que sont "Mascara", "Around the Fur", "Dai The Flu" ou le bonus caché, porteront leur fruits sur les albums suivants, indéniablement. Qu'a donc à dire Around the Fur, sous sa pochette à la Roxy Music du pauvre ? Pas grand chose en réalité, sinon que Deftones sont à présent un groupe pêchu, catchy, EFFICACE, un groupe sur lequel il faut compter. L'aspect onirique, hors-concours, renversant que leur musique pourra charrier ? Il se limite ici aux contours de cette salle de classe, ou d'un vestiaire. C'est un peu "Mini Maggit" qui se prend au sérieux, des fois. Et du gros baggy aussi. "Headup" pour ne prendre qu'elle, est un des titres de neo-metal les plus headbangatoires à coup sûr, quelque part entre du vieux Therapy? et RATM, s'achevant dans un murmure guitaristique des plus troubles... En fait pas de panégyrique possible pour moi, peut-être parce que j'étais trop jeune pour accueillir A.t.F. à sa sortie (j'étais plus réceptif à "Around the World" à l'époque) et que j'ai vécu l'éveil sur White Pony, son goût doux et sa nuit moitasse... Et compris le Deftones mûr avec le sans titre, des années plus tard, tandis qu'en parallèle je revenais au Deftones boutonneux-bizarre d'Adrenaline, insolite album de l'alt-metal face auquel Around sonne comme un blockbuster balisé. Coincé entre l'hybride bien spécial de 1995, et la merveille sensuelle de 2000, Around the Fouf fait la teuf, serre la meuf, sent le neuf, saute en skate, excelle dans les backflips, regarde Jackass en mangeant des gros donuts, et tout ça dans sa tête de jeune chien fou en chien. Ça bouillonne et ça transpire sur la gratte et sur le mic, oh oui, mais... Ça échoue depuis toujours à me fasciner. C'est un bon album de neo raffiné, idéal pour mosher dans le pit, sans chercher à faire une mélodie qui va rester gravée profond dans le palpitant (risque d'infarctus chez les vieux fans ? OK : quelques soupirs ado-lascifs ici ou là - comme "Be quiet and drive" ou "My own summer", mais rien de plus profond niveau émotion). La musique d'Adrenaline me trouble, celle de White Pony m'emporte... Celle d'Around the Fur me caresse, et me fait plus l'effet d'un épisode de Hartley, Cœurs à Vif. Un bon épisode, hein, avec des cheveux fixés de ouf et des riffs-à roulettes de ouf avec un grip de ouf, un Chino qui saute comme un cabri, une vraie souplesse des riffs, de la beubon rythmique... Mais quand j'aurai revu le Greg Araki du suivant, j'aurai oublié sa fièvre exquisément tiède. Hé oui... Il te fallait sortir de cette satanée salle de colle, petit Deftony, et embrasser ton destin.

note       Publiée le jeudi 25 mars 2021

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • GrahamBondSwing
  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Around the Fur" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Around the Fur".

notes

Note moyenne        68 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Around the Fur".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Around the Fur".

GrahamBondSwing Envoyez un message privé àGrahamBondSwing

DouDiDouDouDiDouDouDiDouDouDiDoooo attention aux coups de soleil !

Note donnée au disque :       
Damodafoca Envoyez un message privé àDamodafoca

Intéressant ce que tu dis, Raven. Je pense que cet album doit aussi être remis dans son contexte d'époque. Avant White Pony, Deftones c'était vraiment un de ces groupes néo pour ado mais avec ce surplus d''âme, un côté arty/ hardcore et avec une touche de "sensibilité" (?) qui n'était pas aussi net chez d'autres, couplé aussi à une brutalité, une violence moins métal que chez Korn, plus viscérale. Sans ce contexte, oui je conçois que ce disque soit "juste" un bon album de rock agressif.

Kissthecatconcept Envoyez un message privé àKissthecatconcept

Wohohoh, un vent de révisionnisme souffle sur god ! Pour le coup bienvenu. J'adhère à 100% à la chronique, à l'exception d'head up, que j'ai toujours trouvé aussi efficace qu'indigente, pour ne pas dire putassière avec le featuring qui va bien. Cet album est malgré tout une pierre à l'édifice deftones. Ayant fait le tour de la formule "caressante" (avec brio), pour reprendre la prose de l'auteur de la chro, basique, efficace, sudation adolescente, ils ne pouvaient que passer à autre chose ou mourir avec les 90's.

Note donnée au disque :       
saïmone Envoyez un message privé àsaïmone
avatar

J'avais 14 ans à sa sortie, c'était donc parfait. Et c'est là aussi qu'on mesure toujours l'énorme différence d'avec ceux à qui on les compare souvent, et qui vieillissent cent fois mieux alors qu'ils n'ont pas cet alibi de "ne pas vraiment appartenir au neo-metal" (lol). C'est vrai que y'a deux trois titres là dessus seulement, mais quels titres ! "Be Quiet" est le meilleur titre de Deftones et un des meilleurs des 90's.

Note donnée au disque :       
Richter Envoyez un message privé àRichter

Raven, je ne sais pas dans quel ordre as tu découvert les Deftones ? Perso j'ai écouté en boucle Around the fur avec son côté direct. Et quand j'ai entendu la première fois White Pony, je l'ai trouvé sans grand intérêt. Il se découvre vraiment petit à petit et au final est loin d'être mauvais. Mais je garde toujours une sympathie pour Around the fur. C'est sentimental.

Note donnée au disque :