Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSkinny Puppy › Rabies

Skinny Puppy › Rabies

cd • 11 titres • 60:59 min

  • 1Rodent05:48
  • 2Hexonxonx05:24
  • 3Two time grime05:38
  • 4Fascist jock itch04:58
  • 5Worlock05:30
  • 6Rain01:26
  • 7Tin omen04:36
  • 8Rivers04:48
  • 9Choralone02:43
  • 10Amputate03:40
  • 11Spahn dirge (live)16:23

enregistrement

Mushroom studios, Vancouver 1988-1989 Produit par David Ogilvie, Al Jourgensen, cEVIN Key

line up

Nivek Ogre (chant), cEVIN Key (claviers, guitares, batterie, séquenceurs, samplings), D.Rudolph Goettel (claviers, séquenceurs, samplings) + Alien Jourgensen (chant et guitares)

remarques

chronique

Styles
indus
ovni inclassable
electro
Styles personnels
dark-electro industrielle

1989, grand crû pour les musiques industrielles : NIN nous pond sa 'Pretty hate machine', Godflesh lobotomise tout le monde avec 'Streetcleaner', Ministry nous apprend que 'The mind is a terrible thing to taste'. Il ne nous reste plus qu'à ajouter 'Rabies' et le tableau sera complet. Avec déjà de sérieux atouts en main, Skinny Puppy se fend encore d'un album mémorable. 'Rabies' sonne beaucoup plus ouvert, moins autiste ; le son s'en ressent donc, et il est très difficile de résister au groove d'un 'Rodent' (avec un tempo aussi addictif, impossible !), d'un 'Hexonxonx' ou encore d'un 'Rivers'. On aurait tort de prendre cela à la légère : derrière cet aspect débridé, la tranquillité n'est pas au rendez-vous. Simplement Skinny choisit un chemin différent de nous faire partager ses obsessions et ses névroses. Que ce soit le chant dérangé de 'Two time grime', où les atmosphères inquiétantes des reposants 'Rain' et 'Choralone', tout n'est que malaise permanent. Décrire Skinny relève presque de l'expérience extra-sensorielle, et même les basses electro (analogique for ever !), les mélodies plus présentes, les rythmes atypiques et les guitares acérées ne peuvent être prises séparément tant l'ensemble forme un tout indissociable. Ce monolithe sous lequel couve un magma de lave en fusion se fissure parfois le temps d'explosions incontrôlées de chaos et de folie (le meurtrier 'Tin omen' et le tout aussi taré 'Fascist jockitch'), ou bien d'émotions pures mêlées au désespoir avec le génialissime 'Worlock', l'un des plus beaux morceaux electro-goth-ambient jamais écrit et un classique indémodable du groupe. La participation d'Al Jourgensen (Ministry) à la production et à certains titres n'est certes pas étrangère à tout cela, mais 'Rabies' condense à merveille l'oeuvre 'pupienne' : une oeuvre unique, forte, qui prend aux tripes et à...à ... comment dit-on déjà ?

note       Publiée le mercredi 7 janvier 2004

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Rabies".

notes

Note moyenne        24 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Rabies".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Rabies".

magnu › jeudi 30 août 2018 - 00:18  message privé !

Depuis ma découverte (voir mon post du dessous), j'ai épluché en long en large et en travers toute la disco du groupe. "Rabies" reste mon préféré.

Note donnée au disque :       
enslaver_666 › jeudi 12 juin 2014 - 17:05  message privé !

Pour des raisons que j'ignore, "Rabies" est un album que je tend à oublier dans cette discographie et pourtant, il y a du solide là-dessus. Au milieu de "ViviSECTvi", "Too Dark Park" et "Last Rights", il se veut un peu un intrus dans le style pratiqué. L'album précédent est un lourd morceau à assimiler alors qu'ici, on "calme" un peu le jeu. Il n'y a toujours pas de lumière au bout du tunnel dans le monde de Skinny Puppy. La folie est toujours là mais c'est moins chaotique et oui, moins claustrophobe. Le groupe emprunte des sonorités plus clichées et typiques du mouvement indus de la fin des '80 et on note une utilisation plus explicite de la guitare ici et là. On flirte même avec le métal (l'influence de Jourgensen ?). Les structures des compos sont également moins floues. La première partie de l'album est béton avec les "Rodent", "Hexonxonx" et évidement, "Worlock" qui est à placer dans le top-5 des meilleures pièces du groupe et qui prouvait que les gars avaient une sensibilité mélodique. La 2e moitié ne parvient pas à garder la même force et se présente comme étant plus expérimentale et étrange. "Spahn Dirge" est ni plus ni moins un délire de 16 min. Quand même, "Rabies" mérite lui-aussi son 5 car quand c'est bon, c'est génial. L'album est un dernier moment de "répit" avant la replongée vers la décadence dont le groupe se remettra difficilement.

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › mardi 20 octobre 2009 - 21:53  message privé !
avatar

le seul qui me le fasse moyen, la faute à Ministère sans doute

magnu › samedi 5 septembre 2009 - 16:12  message privé !

Belle découverte là ! Faudra que je me penche sur le reste.

Note donnée au disque :       
E. Jumbo › vendredi 4 septembre 2009 - 23:03  message privé !

Putain mais "HEXONXONX", ultime, ultime, nom génial, chant dément, bruitages cyber, beat qui tue, final excellent... "TAKING BLAME, TAKING BLAME !!"

Note donnée au disque :