Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAstarte › Quod superius, sicut inferius

Astarte › Quod superius, sicut inferius

cd | 10 titres

  • 1 Inflamed paradox
  • 2 Reign unfold
  • 3 Oblivious darkness
  • 4 Deep down the cosmos
  • 5 Astarte
  • 6 Incarnate legend of mummy queen
  • 7 In velvet slumber
  • 8 Sickness (instrumental)
  • 9 Quod superius, sicut inferius
  • 10 Crossing the wounded mirror of death

enregistrement

Enregistré au PRAXIS studios en février-mars 2002

line up

Kinthia (Guitares, chant, guitare accoustique), Nemesis (Guitare, guitare accoustique), Tristessa (Basse, guitare classique), Ivar (Batterie)

chronique

Styles
metal extrême
black metal
Styles personnels
black mélodique

Astarte, groupe grec de black metal est principalement connu par la particularité d’être un trio uniquement composé de femmes, nous prouve que le gente féminine est tout à fait capable de fournir une musique intense comme celle de ses homologues masculins. Ce « Quod superius, sicut inferius » est leur troisième effort et officie dans une veine beaucoup plus mélodique que leur premier album dont j’ai encore quelques souvenirs. La mélodie présente ici est avant tout créée par les guitares et non par les claviers qui ne sont présents qu’à quelques rares occasion, notamment sur les breaks, ou alors venant soutenir les guitares sur des passages plus lents. Les guitares ont fait le fruit d’un bon travaille, avec des structures plus fouillées que dans le passé, rendant un ensemble assez grandiloquent parfois. Néanmoins les parties agressives sont présentes, mais assez rares, avec peu de blasts, et quelques riffs plus directs. L’ensemble se tient bien et les différents riffs s’enchaînent de manière naturelle et sans incohérence. Au niveau du chant, en dehors des lignes agressives, on note quelques passages en voix claire plus ou moins bien exécutés, mais placés aux endroits propices. Astarte semble avoir trouvé sa voie et la maîtrise totale de leur musique est en vue, ce « Quod superius, sicut inferius » étant une belle pièce de black mélodique très bien construite et largement au dessus de la moyenne.

note       Publiée le dimanche 29 décembre 2002

partagez 'Quod superius, sicut inferius' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Quod superius, sicut inferius"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Quod superius, sicut inferius".

ajoutez une note sur : "Quod superius, sicut inferius"

Note moyenne :        10 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Quod superius, sicut inferius".

ajoutez un commentaire sur : "Quod superius, sicut inferius"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Quod superius, sicut inferius".

guest › mercredi 7 juin 2006 - 19:02  message privé !
je connai mieux les autres albums: sirens et doomed dark years mais celui la et bien
Note donnée au disque :       
adem-flake › samedi 14 août 2004 - 14:08  message privé !
J'aurais voulu mettre 3.5, mais quand meme plus 3 que 4... c'est vraiq eu c'est un peu chiant. Par contre j'adore la 8eme, sickness, elle est toute bizarre, mais vraiment sympa
Note donnée au disque :       
willow › mercredi 14 avril 2004 - 12:00  message privé !
je trouve cette album fabuleux, la voie de la chanteuse (normal) est magnifique et enivrente , les instrus trés bien jouer bref j'adore ce cd !
Note donnée au disque :       
Livet_Morgda › mardi 20 mai 2003 - 22:50  message privé !
C'est bien, mais un peu chiant quand même, et puis peu original, en plus, je n'ai absolument pas accroché à la musique, je n'ai rien ressenti à l'écoute de cet album... J'avais mis 5/6 dans le temps, aujourd'hui, après 5 ou 6 écoutes, je dirais 3/6, et encore....
Note donnée au disque :       
Tomas Chatterton › lundi 30 décembre 2002 - 22:03  message privé !
MDR , mon gars tu vas pas etre decu du voyage ...