Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEElend › The umbersun

Elend › The umbersun

cd • 9 titres

  • 1Du tréfonds des ténèbres10:44
  • 2Melpomène10:26
  • 3Moon of amber6:12
  • 4Apocalypse9:13
  • 5Umbra8:42
  • 6The umbersun5:46
  • 7In the embrasure of heaven5:53
  • 8The wake of the angel4:46
  • 9Au tréfonds des ténèbres5:03

enregistrement

Enregistré aux studios Wolf, londres. Ingénieurs : Dominique Brethes et Damian Taylor. Mixé par Dominique Brethes et Sébastien Roland. Produit par Elend et Dominique Brethes.

line up

Solo soprano : Nathalie Barbary ; Voix féminine sussurée : Alison Eden ; Peter Broaddbent : direction des chœurs. Tous autres voix, instruments, programmations et sound-editing par Alexandre Hasnaoui, Sébastien Roland et Renaud Tschirner.

remarques

chronique

Styles
gothique
Styles personnels
gothique pur symphonique

Pour ceux qui ont aimé «Les ténèbres du dehors», il ne reste qu'à faire le test des premières secondes, où le groupe nous présente son nouvel atout de vocabulaire torturé : la cacophonie orchestrale, un lâchage complet de sons puissants et de voix qui explosent la tronche, mais qui me laissent personnellement complètement froid. Lorsque les cris remplacent les choeurs et que des plans instrumentaux commencent à se détacher du magma pour entamer mouvements et dynamiques dignes d'un océan déchaîné, cela devient déjà plus intéressant. Il y a donc cela, du surpuissant déchaîné et outré, alternant avec des pièces plus atmosphériques et réussies qui renouent avec l'équilibre personnel atteint sur l'album précédent. Voix prenantes, cordes soyeuses et noires, harmonies profondes et inquiétantes. accès d'effroi sous les cris d'Alexandre. L'atmosphère est là, tendue et belle, riche de pénombres et de mouvements secrets. le groupe maîtrise maintenant sa matière sonore, et l'inspiration mélodique se fait plus fine encore que sur le prédécesseur. Malheureusement, les déferlements romantico-délirant du grand orchestre Elend gâche mon plaisir, mais il n'est pas sûr qu'il gâche celui de tout le monde. «Si vous n'aimez pas ça n'en dégouttez pas les autres». soit. Avec «The umbersun», Elend continue son travail sur le son, la violence et le noir. Il n'a rien perdu de la finesse qu'il a acquise, il cherche ici à accroître son chant d'expression, et a augmenter le poids d'angoisse de sa musique. Les passages les plus lourds, tendus et dissonants côtoient les envolées dark heavenly les plus amples et gothiques. On ne peut que reconnaître à ce groupe le mérite d'aller au bout des choses.

note       Publiée le dimanche 29 décembre 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The umbersun".

notes

Note moyenne        22 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The umbersun".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The umbersun".

Dead26 › jeudi 27 novembre 2014 - 19:35  message privé !

À mes yeux Elend était la seule formation avec Stille Volk a sortir du lot de l'écurie Holy Records. The Umbersun reste pour moi le summum de cette troisième trilogie des enfers. Les débuts étaient sympas mais avec ce Umbersun musicalement je les trouve au sommet de leur art, un chef d’œuvre à lui seul. Rien que l'intro dantesque vaut son pesant de cacahuète Luciférienne et j'ai jamais retrouvé une telle ambiance et intensité sur les autres albums qu'ils ont pu sortir après, jamais.... Elend est grand !

Note donnée au disque :       
born to gulo › jeudi 10 juin 2010 - 16:53  message privé !

splendide

Note donnée au disque :       
gregdu62 › vendredi 22 août 2008 - 14:49  message privé !
Ouais, assez flippant cet album...
Note donnée au disque :       
empreznor › vendredi 25 juillet 2008 - 18:24  message privé !
album réédité cette année par Orphika
paysan › mercredi 12 mars 2008 - 01:07  message privé !
Vous n'avez pas encore parlez de Weeping night. N'y de A world in their scream! à découvrir ,meme si pour moi le son rendu laisse à désirer, il m'a donné l'impression d'un rafting droit vers le Tartare.