Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSanguis Et Cinis › Schicksal

Sanguis Et Cinis › Schicksal

cd | 10 titres

  • 1 Introitus
  • 2 Der Bewahrer (des Siegels)
  • 3 Schicksalswölfe
  • 4 Kind der Unschuld I
  • 5 Kind der Unschuld II
  • 6 ...an einem Wintertag
  • 7 Wein der Sünde
  • 8 Flucht
  • 9 Zwischen Narziss und Selbsthass
  • 10 Tempel der Erkenntnis

line up

Eve Evangel (chant, guitare), Céline Cecilia Angel (chant féminin ), Arthur (guitare électrique et acoustique), Ashley Dayour (guitare, batterie), Richard Lederer (clavier, percussion, programmation)

remarques

Présence de Richard Lederer ( Summoning, Verbannten Kinder Evas, Ice Ages) et Ashley Dayour (Whispers in the shadow)

chronique

Bien qu’ayant démarré à la même époque, Sanguis et Cinis a eu le ‘malheur’ de sortir son disque après Lacrimosa. Son chanteur, Eve Evangel, ayant un timbre de voix similaire, partageant le même goût pour les orgues et les guitares légèrement metal, son groupe a d’emblée été comparé à celui de son collègue suisse. Même si une telle comparaison n’est pas hors de propos, il est serait injuste de s’y limiter pour parler de la musique de Sanguis et Cinis et la suite de la carrière des deux formations le montrera assez clairement. Pour l’heure, ce premier album des Autrichiens est leur travail le plus ouvertement gothique, tant dans l’imagerie que dans les compostions. L’excellente introduction plonge d’emblée l’auditeur dans l’ambiance : percussions lourdes, orgues sombres, bruits inquiétants…cliché diront certains mais ô combien jouissif ! Le morceau suivant s’ouvre sur des constructions néoclassiques à base d’orgue et de piano, chères à Lacrimosa (toujours cette comparaison) avant de se durcir par l’usage de guitares lourdes. Des hurlements de loups, un synthé sombre et des cymbales ouvrent ‘Schicksalwölfe’, rejoints ensuite par des carillons endiablés, des battements de grosse caisse et de l’orgue. Eve semble aimer varier l’atmosphère des compositions, laissant monter l’adrénaline et n’hésitant pas à changer les tempi, à les accélérer, à les couper net comme le prouveront d’ailleurs les chansons suivantes. L’ambiance lourde du début est tempérée par la première partie de ‘Kind der Unschuld’, ballade mélancolique à la guitare sèche ; répit de courte durée puisque une descente d’orgue ouvre une seconde partie baignée de riffs metal. '…an einem Wintertag’ porte bien son nom en raison de son atmosphère mélancolique. Le rythme coule, nappé de synthés célestes et la voix légèrement en retrait y évolue parfaitement à son aise, le tout entrecoupé d’un passage au piano. La chanson suivante a une atmosphère plus gothic metal,rythmée, parfaitement courante de nos jours mais qui, à l’époque, n’allait pas encore forcément de soi. ‘Flucht’ se veut par contre plus intimiste, bruit de vent et orgue servent de support à la voix pour un morceau également très hivernal. Les deux derniers morceaux achèvent l’album sur une note entre deathrock et gothic metal, pleinement réussie sur ‘Zwichen Narziss und Selbsthass’, épaulé par de bons claviers, moins sur ‘Tempel der Erkenntnis’ plus creux, si ce n’est sur le riff final. Sanguis et Cinis nous ont, à mon avis, livré là leur album le plus profond et le plus réussi, tant en matière de mélodie que d’atmosphère.

note       Publiée le dimanche 22 décembre 2002

partagez 'Schicksal' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Schicksal"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Schicksal".

ajoutez une note sur : "Schicksal"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Schicksal".

ajoutez un commentaire sur : "Schicksal"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Schicksal".