Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSex Pistols › Never mind the bollocks

Sex Pistols › Never mind the bollocks

  • 1985 • Virgin CDV 2086 • 1 CD

cd • 12 titres

  • 1Holidays in the sun
  • 2Bodies
  • 3No feelings
  • 4Liar
  • 5God save the queen
  • 6Problems
  • 7Seventeen
  • 8Anarchy in the UK
  • 9Submission
  • 10Pretty vacant
  • 11New York
  • 12EMI

line up

Paul Cook (batterie), Steve Jones (guitare, basse), Glen Matlock (basse), Johnny Rotten (chant), Sid Vicious (basse)

remarques

chronique

Styles
punk

Pour l’Angleterre et le monde, il y a eu l’avant et l’après Sex Pistols. En l’an 1977, en pleine explosion punk, sort un album mythique dont la pochette aux couleurs criardes et le titre résument à eux seuls l’état d’esprit qui règne dans la capitale britannique. Quatre gamins hirsutes, grossiers et mal habillés viennent donner un bon coup de pied dans la fourmilière et réclamer le chaos : Sex Pistols est dans la place ! Non, la vie n’est pas un rêve, le chômage frappe la jeunesse qui en a marre des carcans sociaux et musicaux. À la suite d’Iggy et ses Stooges, des New-York Dolls, les Sex Pistols déclarent la guerre aux guitar-heroes pour jouer des mélodies sur trois accords avec des guitares au son sale ; une nouvelle mentalité est née qui porte ses fruits aujourd’hui encore : pas besoin d’être musicien pour faire des disques. Cette maxime profitera aux légions de groupes qui s’engouffreront dans la brèche du punk rock et du post punk. Peu subtile, urgente et brute, la musique des Sex Pistols a pourtant les qualités presque pop de ces mélodies simples que l’on retient tout de suite et qu’on ne peut s’empêcher de fredonner sans cesse. Ajoutez à cela une rythmique musclée, et à l’envie de chantonner s’ajoute celle de pogoter frénétiquement. Pour corser le tout, des textes prônant le chaos et l’effondrement des valeurs morales établies portés par la voix nasillarde d’un Johnny Rotten aux allures de psychopathe feront de ‘Anarchy in the UK’ ou ‘God save the queen’ des hymnes punk éternels. Une carrière plus qu’éphémère, un seul album, la mort de son bassiste par overdose, un mouvement aussitôt récupéré par les majors et surtout le cri d’une jeunesse : ‘There is no future for you !’ qui n’en a pas fini de mourir depuis plus de 20 ans... Même s’ils n’ont pas eu le talent des Clash ou d’Iggy Pop, ni la carrière des Damned ou la sincérité des Ramones, Sex pistols a su incarner l’essence et l’image du punk primal comme aucun groupe avant ou après lui.

note       Publiée le mardi 10 décembre 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Never mind the bollocks".

notes

Note moyenne        61 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Never mind the bollocks".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Never mind the bollocks".

Dioneo › jeudi 4 février 2021 - 17:47  message privé !
avatar

Eh ouais, l'un des "exploits" de ce disque, c'est d'avoir laissé le pseudo-souvenir d'un truc tout hérissé/cracra, alors que c'est en effet produit bien net avec tout bien audible et en place. Idem pour la réputation "on est pas dans la musique on est dans le chaos" alors qu'en fait c'est plutôt mélodique et plein de "hooks" qui ouais, restent bien plantés en tête, genre se sifflotent sous la douche comme de la bonne popop (ou sur les chiottes, allez, pour pas froisser les puristes de la légende des ponks sales et vulgaires...). Et/mais bien sûr, avec Rotten qui vient saloper tout ça - philosophiquement, "lyricalement", antisocialement ... vocalement aussi, faut pas déconner - de sa morgue en punchlines terroristes. (A la fois minable raclure et inquiétant prophète, toutes permutations des termes d'ailleurs envisageables... C'est ça aussi qui fait que ça s'écoute encore comme autre chose qu'un "document historique capital" - ce dont le plaisir qu'on y prend, quand on se l'envoie, n'a clairement rien à foutre, ouais).

Rastignac › jeudi 4 février 2021 - 17:38  message privé !
avatar

Cé vrai, y a des ritournelles là dedans qui me resteront en tête pour longtemps. "l'ouverture qui tue", l'anarchy in the uk, "mommyyyyy, i'm not an animaaaaal" que j'ai beuglé gamino dans un groupe du XXe siècle, l'emballement d'holidays in the sun, "the problem is you", "no future for you" etc., etc. Encore une fois un disque sur lequel je peux pas être objectif du tout.

Pour ce qui est des anecdotes, je crois que c'est dans "Please Kill Me" de Legs McNeil que j'y ai lu ma préférée, quand on arrive aux Ramones, et comment je sais plus lequel sort qu'ils avaient pissé dans la bière de Rotten qui l'avait ensuite bue goulûment, au grand plaisir de cette bande de trolls à perfectos.

Raven › jeudi 4 février 2021 - 17:31  message privé !
avatar

M'souvenais pas de riffs aussi accrocheurs, et d'autant de mélodies en fleur dans ce disque. C'est chié ! Il est beaucoup moins bouillie que dans mon souvenir. C'est pas aussi net que du AC/DC ou de la power pop ok, mais c'est loin d'être ce brouillon dégueulasse que j'avais gardé en mémoire, ou plutôt pas gardé ; je crois que je m'étais bêtement enfermé dans cette idée d'une pauvre démo collégienne en crottes de nez avec un son canal+ en crypté, parce que je pigeais pas tout le foin autour du bidule (comme avec The Clash d'ailleurs), et parce que emblème du punk donc sale donc voilou. C'est vrai ce que disait Dariev en taquinant, plus bas : c'est tout connement du hard rock. Et pas du mauvais en l'occurrence, si on aime Motörhead et Public Image Limited (j'aurais fait un sticker à la con comme ça, si PiL était aussi connu que les SP et si je faisais les stickers de labels). Et tiens, le titre "Sheer Heart Attack" du Queen sorti la même année aurait pu s'y fondre crème, puisque l'anecdote sur leur rencontre est fameuse. Je l'avais refourgué à mon frangin y a une quinzaine d'années, je me demande si je vais pas le racheter... Décantation salutaire.

Dun23 › samedi 30 janvier 2021 - 13:30  message privé !

Leur premier concert, ils n'avaient pas de matos, ils ont demandé au groupe pour lequel ils ouvraient s'ils pouvaient emprunter le leur. Les mecs, sympas, ont dit oui. Les Pistols ont joué puis ont décidé de fracasser le matos, Punk Style. Moi, j'appelle ça des connards. Je sais pas s'il y a du talent derrière.

Cinabre › samedi 30 janvier 2021 - 12:58  message privé !

Avant de dire qu’ils n’avaient pas de talent il aurait peut-être fallu les voir sur scène... après c’est sûr que si le seul critère, c’est la qualité intrinsèque des compos et leur interprétation... évidemment c’est pas fou.

Note donnée au disque :