Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMManfred Mann Chapter Three › Volume two

Manfred Mann Chapter Three › Volume two

  • 1970 • Vertigo 6360 012 • 1 LP 33 tours

7 titres - 45:42 min

  • 1/ Lady Ace (8:00)
  • 2/ I Ain't Laughing (2:36)
  • 3/ Poor Sad Sue (5:56)
  • 4/ Jump Before You Think (4:50)
  • 5/ It's Good to Be Alive (3:32)
  • 6/ Happy Being Me (15:56)
  • 7/ Virginia (4:52)

enregistrement

Maximum Sound Studios, Old Kent Road, Londres, Angleterre, 1970

line up

Steve York (basse), Mike Hugg (chant, piano, piano électrique), Manfred Mann (orgue), Bernie Living (saxophone alto), Craig Collinge (batterie), Dave Brooks (saxophone ténor), Clive Stevens (saxophone soprano et ténor), Sonny Corbett (trompette), David Coxhill (saxophone bariton), Brian Hugg (guitare acoustique, choeurs)

remarques

Le label Cohesion a réédité une version remasterisée de ce disque au format cd en 1999, y ajoutant les prises alternatives des titres "I Ain't Laughing" (2:36), "Happy Being Me "4:04" et "Virginia" (3:35), portant la durée totale du disque à 55:57.

chronique

La recette est toujours aussi délicieuse mais en dépit de leurs efforts, elle ne prend toujours pas. Le Manfred Mann Chapter Three signe donc là son deuxième et dernier volume, pas spécialement moins furibard ni plus consensuel que son précédent opus, chose que l'on pourrait croire de prime abord en raison de la présence accrue de titres moins allumés ("I Ain't Laughing" très psyché pop ou "It's Good to Be Alive", néamoins pesant et marécageux comme on les aime), en apparence du moins ("Poor Sad Sue" s'échappe peu à peu de sa ligne bluesy pour là aussi s'abandonner au foisonnement irréductible des cuivres). Avec son orgue monstrueux et omnipotent, "Virginia" annonce déjà l'avènement du Manfred Mann Earth's Band. Mais il ne faut pas se leurrer, ni se fier aux prétendus acquis véhiculés par les chantres de la désinformation : au cours de son existence éphémère, ce Chapter Three s'est avéré bien plus progressif que le Earth Band qui va lui succéder. "Lady Ace" qui ouvre l'album sur un beat lancinant et paresseux renouvelle l'expérience des éructements possédés d'une armée de saxophones, cette fois bien réelle. Le nombre de musiciens investis a doublé entre le premier et le second volume (ils sont dix à présent) ; l'effet engendré n'est pas plus ni moins spectaculaire que ce que le travail de production du précédent chapitre avait réussi à reproduire. La longue suite "Happy Being Me" répond aux canons du progressif en terme de format, mais dans le fond, le titre, s'il voyage beaucoup, ne prend pas beaucoup de risques en évitant de flirter avec des virages trop dangereux. Mais la qualité seule d'un disque ne se limite pas à sa capacité à enfreindre les règles. L'un dans l'autres, "Volume Two" est le fidèle compagnon du premier volume. Sans l'ombre d'un doute, tous deux resteront à jamais comme les disques les plus audacieux et les plus satisfaisants réalisés par le claviériste Sud africain Manfred Mann. A découvrir et à réhabiliter au plus vite.

note       Publiée le dimanche 8 décembre 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Volume two".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Volume two".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Volume two".

taliesin › mercredi 8 février 2012 - 17:04  message privé !

En réécoute régulièrement ces derniers jours... En effet, 'Lady Ace' est particulièrement fabuleux !

Note donnée au disque :       
gregdu62 › dimanche 5 février 2012 - 14:50  message privé !

Lady ice est un morceau énorme, Poor sad sue j'en adore l'évolution progressive

Note donnée au disque :       
taliesin › vendredi 2 juillet 2004 - 18:48  message privé !
Un premier volume déjà très bon, certes, mais ici on touche carrément au génie. Tout simplement magnifique.
Note donnée au disque :