Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRachel's › The sea and the bells

Rachel's › The sea and the bells

13 titres - 59:01 min

  • 1/ Rhine & Courtesan (6:40)
  • 2/ The Voyage of Camille (4:22)
  • 3/ Tea Merchants (4:53)
  • 4/ Lloyd's Register (9:48)
  • 5/ With More Air Than Words (2:15)
  • 6/ All Is Calm (3:17)
  • 7/ Cypress Branches (7:44)
  • 8/ The Sirens (2:20)
  • 9/ Night at Sea (3:45)
  • 10/ Letters Home (3:30)
  • 11/ To Rest Near to You (2:48)
  • 12/ The Blue Skinned Waltz (3:15)
  • 13/ His Eyes (4:24)

enregistrement

Louisville, Chicago, New York City, USA, juillet 1995 - avril 1996

line up

Kevin Coultas (batterie), Christian Frederickson (violon), Edward Grimes (batterie), Rachel Grimes (piano, vibraphone), Eve Miller (violoncelle), Jason Noble (basse, guitare, vibraphone, piano), John Upchurch (clarinette, cloches), Bob Weston (trompette, basse), John Baker (cloches), Thomas Harte (contrebasse), Sarah Hong (violoncelle), Ann Kim (violon), Jim Maciukenas (scie musicale), Matthew McBride (violon), Reynard Rott (violoncelle), Tim Summers (violon)

remarques

chronique

Styles
musique classique
rock
ovni inclassable
Styles personnels
post rock > néo classique

Après la parenthèse "Music for Egon Schiele", Rachel's revient au grand complet. Avec le concours de nombreux autres amis musiciens (ils sont dix-sept en tout !), le groupe américain signe donc son second véritable album qui, en dépit du surnombre affolant, n'en demeure pas moins aussi intimiste et mélancolique que leurs projets antérieurs. Présenté comme un hommage aux écrits du poète humaniste Chilien, Pablo Neruda (auquel le groupe faisait déjà référence sur son album "Handwriting"), leur nouvel album porte le titre d'un de ses livres, "The Sea and The Bells", abordant la thématique évidente de l'océan, propos que l'on a pris l'habitude d'entendre plutôt dans la récitation des textes d'Ernest Hemingway. De fait, l'album véhicule un sentiment diffus de perpetuel va et vient, les lignes mélodiques des violons ondulant d'une seule voix, imitant le flux et le reflux des vagues infatiguables que la mer charrie à chaque instant. Parmi ses traditionnels essais néo classiques ("Rhine & Courtesan", "Lloyd's Register", "All is Calm"), Rachel's retrouve son goût pour les essais plus expérimentaux (le très parlant "With More Air Than Words", le très approprié final angoissant de "The Sirens", les brumeux "Night at Sea" et "Letters Home"). Tout cela concourt à la création d'une atmosphère globale assez pesante, digne d'un vieux loup des mers, chevronné solitaire. Lyrisme et sens du drame reprennent le dessus lorsqu'il est temps de refermer le livre ("His Eyes"), comme si on remontait des profondeurs des océans les plus noirs pour reprendre une ultime bouffée d'oxygène en surface. Qu'on se le dise ; "The Sea and The Bells" ne sent définitivement pas le poisson ! Sous ses airs vaguement claustrophobiques - en dépit de son attachement aux grands espaces, cet album vogue à contre courant (c'est le cas de le dire) de ce que n'importe quelle formation aux fondations rock peut proposer de nos jours. Son univers aliéné en fait leur disque le plus original, le plus personnel, mais aussi le plus parlant : celui qui évoque le plus d'images et de sensations.

note       Publiée le dimanche 8 décembre 2002

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "The sea and the bells" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "The sea and the bells".

notes

Note moyenne        3 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "The sea and the bells".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "The sea and the bells".

Wotzenknecht Envoyez un message privé àWotzenknecht
avatar

fucking sirens, bricks have been shat

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht Envoyez un message privé àWotzenknecht
avatar
Le morceau proposé dans la radio est magnifique et ce n'est pas sans rappeler les lancinements de Amber Asylum
Note donnée au disque :