Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMarillion › Brave

Marillion › Brave

cd • 11 titres • 71:00 min

  • 1Bridge02:55
  • 2Living with the Big Lie06:46
  • 3Runaway04:40
  • 4Goodbye to All That : (i) Wave (ii) Mad (iii) The Opium Den (iv) The Slide (v) Standing in the Swing12:26
  • 5Hard as Love06:41
  • 6The Hollow Man04:08
  • 7Alone Again in the Lap of Luxury : (i) Now Wash Your Hands08:13
  • 8Paper Lies05:47
  • 9Brave07:54
  • 10The Great Escape : (i) The Last of You (ii) Fallin' from the Moon06:30
  • 11Made Again05:02

informations

Chateau Marouatte, Tocane St.Apre, France, avril 1992 - septembre 1993

line up

Steve Hogarth (chant), Steve Rothery (guitares), Mark Kelly (claviers), Pete Trewavas (basse), Ian Mosley (batterie, percussions)

chronique

  • néo-prog

Entre 1992 et 1995, Marillion va avoir la grande sagesse de se remettre fondamentalement en question plutôt que de poursuivre, comme ils l'avaient fait jusqu'ici, sans vraiment savoir quelle direction emprunter. Plusieurs points étaient clairs : le départ de Fish et, plus encore, leur tentative de lorgner vers un discours plus synthétique, ne semblait pas avoir été digéré. Le groupe va s'employer à reléguer ces reproches aux oubliettes. Soutenu par une maison de disque qui leur offre les moyens de s'octroyer une dernière chance, Marillion va partir au charbon pour accoucher dans la douleur, après quinze mois de gestation, du seul concept album valable digne de ce nom depuis... euh... "The Lamb Lies Down on Broadway" de Genesis, il y a vingt ans de cela ! L'immersion dans ce film musical d'une noirceur abyssale et dépressive qui dépasse de loin ce que le groupe avait seulement approché sur "Clutching at Straws" est immédiat. Apprivoiser l'album dans son ensemble met sans doute plus de temps, mais c'est ce qui rend l'exercice aussi fascinant que déterminant, lui octroyant de surcroît une durée de vie bien plus supérieure à tout ce que le groupe avait bien pu accomplir jusqu'ici. L'auditeur est amené à vivre la descente aux enfers d'une jeune fille que les périples et les errances philosophiques vont amener vers un suicide inéluctable. Les dynamiques sont élastiques, ce qui renforce l'aspect symphonique, avec ses moments de grands calmes, presque imperceptibles, rendant, par effet de contraste, les poussées d'adrénaline inattendues presque terrifiantes. Les arrangements se devaient d'être à la hauteur du projet ; fouillés au possible si bien que l'on peut se perdre dans ce dédale de sonorités aussi riches que diverses. Hogarth, en œil extérieur qui relate les évènements, fait sans peine oublier Fish en s'impliquant bien plus dans les textes que ne l'aurait fait le bûcheron géant. Album plein dont on n'a jamais vraiment fait le tour, "Brave" restera sans suite et aura des répercussions irrémédiables sur chaque membres du groupe. Ainsi que sur tout ceux qui lui auront prêté bien plus qu'une paire d'oreilles.

note       Publiée le lundi 25 novembre 2002

dernières écoutes

Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Brave" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Brave".

notes

Note moyenne        21 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Brave".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Brave".

Raven Envoyez un message privé àRaven
avatar

Et même plus que ça... Celui vers lequel je reviens, inlassablement. Mais pas trop souvent. Leur astre (ou diamant) noir.

Note donnée au disque :       
Aladdin_Sane Envoyez un message privé àAladdin_Sane

Intense et superbe

Note donnée au disque :       
Dun23 Envoyez un message privé àDun23

Je ne connais pas vraiment Marillion, je me suis écouté un peu ce Brave sur Youtube suite à cette chronique jusqu'à me décider à me l'officialiser. Oui, ici, il y a des relents de "The Lamb...", dans l'esprit surtout, Hogarth évoque l'archange plus d'une fois, mais oui, faut du temps, comme pour "The Lamb..." d'ailleurs, mais je sens le très grand disque.

Aladdin_Sane Envoyez un message privé àAladdin_Sane

Je replonge dans cet album à l'occasion de l'écoute du Live at la Cigale (1994). Un album à fleur de peau qui n'a rien perdu de son pouvoir ensorcelant.

Note donnée au disque :       
Raven Envoyez un message privé àRaven
avatar

Le meilleur Marillion à mon goût ; tellement flamboyant, spleenesque et glucose, tellement instable... et subtil, même quand les débordements trop pompeux menacent... ah si le prog dit "moderne" pouvait aussi bien mettre la technique au service de l'émotion et pas l'inverse aussi bien qu'ici. Divin.

Note donnée au disque :