Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMarillion › Holidays in Eden

Marillion › Holidays in Eden

10 titres - 48:01 min

  • 1/ Splintering Heart (6:53)
  • 2/ Cover My Eyes [Pain and Heaven] (3:53)
  • 3/ The Party (5:36)
  • 4/ No One Can (4:41)
  • 5/ Holidays in Eden (5:37)
  • 6/ Dry Land (4:43)
  • 7/ Waiting to Happen (5:01)
  • 8/ This Town (3:18)
  • 9/ The Rakes Progress (1:54)
  • 10/ 100 Nights (6:41)

enregistrement

Outside Studio, Oxfordshire et Westside Studio, Londres, Angleterre, 1991

line up

Steve Hogarth (chant), Steve Rothery (guitares), Mark Kelly (claviers), Pete Trewavas (basse), Ian Mosley (batterie, percussions)

remarques

chronique

Styles
progressif
pop
Styles personnels
néo-prog

"Holidays in Eden" - c'est de notoriété publique - est l'album qu'il est de bon ton de conspuer dans la carrière du groupe. Son irrémédiable faux pas, l'impardonnable traîtrise, le point de non-retour. "Seasons End" s'en sortait relativement pas trop mal aux yeux de la horde de fans qui s'étaient tous préparés à tirer à boulet rouge ; l'occasion leur sera donnée à la publication de leur dernier né. Qu'y a-t-il de si infamant sur ce "Holidays in Eden" pour susciter ses réactions aussi vives qu'épidermiques ? Marillion joue ici très franchement la carte du groupe qui veut décrocher le gros lot, sans y parvenir - c'est là qu'est le hic, avec un album qui sonne calibré pour la radio. Les mélodies sont simples et enjouées ("No One Can", "Dry Land"), un peu naïve aussi, mais ce côté gauche leur donne aussi un relief attendrissant. C'est du moins mon avis. On dirait presque du Genesis période Collins - et vu le profil que se taillait jusqu'ici la carrière du groupe, il fallait s'y attendre. À la différence près que contrairement à leurs illustres prédécesseurs, Marillion se montre toujours aussi friand de mélodies immédiates et de sophistications plastiques aussi discrètes qu'efficaces. Il ne faut pas oublier que l'album précédent sonnait en définitive comme du Marillion vieille école avec un nouveau chanteur. À présent, il est question de créer un bloc solide, un vrai groupe, et cela ne peut se faire qu'en intégrant pleinement le rôle d'Hogarth et la trouble sensibilité qu'il va venir apporter de son timbre de voix aussi chaud que plaintif. Il est malgré tout indéniable que la recherche d'équilibre entre constructions alambiquées héritées du passé et titres aux ambiances épurées qui vont agrémenter leur futur n'est pas encore au point. Le groupe joue en aveugle. C'est donc un bilan très mitigé, avec ses bons et ses mauvais côtés. Ce sixième album studio, c'est à dire le second de la période Hogarth, est le terreau à partir duquel Marillion va pouvoir aller de l'avant. Pour l'instant, il se contente de reculer pour mieux sauter.

note       Publiée le lundi 25 novembre 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Holidays in Eden".

notes

Note moyenne        13 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Holidays in Eden".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Holidays in Eden".

Ramon › jeudi 5 décembre 2013 - 15:41  message privé !

Là ça commence à coincer, malgré de bonnes choses comme "Dry Land" et donc après je lâche l'affaire.

Note donnée au disque :       
Captain_Flambé › lundi 15 mai 2006 - 11:11  message privé !
Moi aussi j'avoue quand j'ai écouté Holidays in eden pour la première fois je l'ai voué aux gémonies des basses oeuvres dites "commerciales" (si tant que cet étiquette si souvent collés à des groupes et des albums ait vraiment un sens). sortant des chefs d'oeuvre que sont brave et afraid of sunlight dure fut la chute ! Pendant longtemps je n'ai retenu de cet album médiocre que l'ouverture et la fermeture (splintering heart et 100 nights) que je trouvais seuls à peu prés digne de la splendeur des albums suivants... Récément jai redécouvert cet album aquel jaurais mis 1 ou 2 a une certaine époque... Si mon avis na pas changer sur une bonne partie de l'album ou marillion veut fair de la pop à la U2 mais se montre vraiment pas convaincant pour deux sous avec la gnagnatise des mélodies d'un no ne can ou d'un dry land... Marillion n'est il pas fait pour la pop ? Pour moi ce groupe est tellement plus passionant quand il distille l'émotion à grosse gouttes dans des morceuax complexes ou qu'il prend le temps de créer des atmosphères belles et envoutantes que le marillion résolument pop m'apparait presque comme un gâchis... En plus si parfois marillion sait faire de la pop vraiment prenante comme sur Brave ou le morceau gazpacho, ici c'est loin d'être le cas le plat ets plutôt fade... Néanmoins quelques beaux morceaux offrent d'assez bon moments, ceux déjà cités, mais aussi "waiting to happen" et "the party"... allez ils ont bien mérité un au moins un petit 3
Note donnée au disque :       
Sheer-khan › lundi 25 novembre 2002 - 19:37  message privé !
avatar
Entièrement d'accord avec la chronique, la note, et le commentaire de Torquemada.
Note donnée au disque :       
torquemada › lundi 25 novembre 2002 - 13:00  message privé !
Signalons que cet album a tout de meme quelques uns de ces titres qui vous arrachent le coeur dont Marilion s'est fait le spécialiste depuis l'arrivée de H : "splintering heart" et "100 NIGHTS".
Note donnée au disque :