Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMarillion › Seasons end

Marillion › Seasons end

9 titres - 50:53 min

  • 1/ The King of Sunset Town (8:04)
  • 2/ Easter (5:58)
  • 3/ The Uninvited Guest (3:52)
  • 4/ Seasons End (8:10)
  • 5/ Holloway Girl (4:30)
  • 6/ Berlin (7:48)
  • 7/ After Me (3:20)
  • 8/ Hooks in You (2:57)
  • 9/ The Space... (6:14)

enregistrement

Outside Studio, Oxfordshire, Angleterre, 1989

line up

Steve Hogarth (chant), Steve Rothery (guitares), Mark Kelly (claviers), Pete Trewavas (basse), Ian Mosley (batterie, percussions)

remarques

chronique

Styles
progressif
Styles personnels
néo-prog

Qu'ils s'en défendent ou qu'ils le nient, les membres de Marillion, tout comme nous, ne peuvent que constater l'étrange mimétisme qui lie la destinée du groupe à celle de Genesis. Et le départ impromptu de leur charismatique chanteur au moment crucial où Marillion semblait enfin avoir atteint le pic de sa carrière n'est qu'un élément de plus à rajouter au dossier. Comme pour Genesis, on s'empressa d'enterrer hâtivement l'avenir du groupe. Et comme pour Genesis, ce fût une lamentable erreur. En réalité, le départ de Fish permettra au groupe de Steve Rothery de vivre une seconde naissance. Plus qu'une libération, ce sera une authentique purification de l'intérieur qui va permettre peu à peu à nos anglais d'enregistrer dans l'indifférence générale la musique qui leur tient le plus à cœur. Après, que celle-ci soit d'accointances progressives ou pas, est un débat que l'on laissera volontiers aux nauséeux obscurantistes élitistes et sectaires qui se prennent pour le nombril du monde. J'invite d'ailleurs ceux qui se reconnaîtront dans cette phrase à se manifester afin de faire profiter à tout le monde de leur manque d'ouverture d'esprit et leur sentiment délirant de persécution... Bien. Ceci étant dit, revenons à "Seasons End"... Si ce n'est l'absence de Fish, il n'y a pas grand chose à signaler ; Marillion se contente en fait d'assurer en proposant un album dans la droite lignée de ce qu'il avait pu accomplir sur "Clutching at Straws". Peut-être moins tendu, certainement moins noir, l'album dépeint néanmoins quelques portraits hauts en couleurs et se risque une fois encore dans des pamphlets politiques qui ne sont certes pas ce qui lui sied le mieux, sans que cela leur apporte d'ailleurs une quelconque crédibilité. Avec "Hooks in You", Marillion ne cache pas son désir de rééditer le coup d'"Incommunicado" mais le groupe sait se montrer bien plus convainquant : "Easter" est une mélodie imparable, un travail d'orfèvre, comme le groupe en exécutera d'autres à l'avenir, et si ce joyau brille de mille feux, c'est en grande partie grâce à l'interprétation exemplaire de Steve Hogarth, la nouvelle recrue que tout le monde attendait au tournant et qui clouera le bec au plus grand nombre. Son registre émotionnel est bien plus vaste que celui de Fish et il ne se fait pas prier pour le montrer d'entrée de jeu. S'il porte en lui quelques traces de théâtralité exacerbée, celles-ci vont s'estomper au fur et à mesure pour ne retenir, comme le fera sa musique, l'essentiel. Un bon départ pour l'invité surprise.

note       Publiée le lundi 25 novembre 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Seasons end".

notes

Note moyenne        17 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Seasons end".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Seasons end".

fab22 › mardi 21 avril 2015 - 16:01  message privé !

A sa sortie, j'ai souvent pensé à ce qu'aurait été cet album avec Fish : Un chef-d'oeuvre Hogarth a trop une voix "hard FM" pour moi, bon album malgré tout

Note donnée au disque :       
Ramon › jeudi 5 décembre 2013 - 15:39  message privé !

Hogart a vraiment une très belle voix, moins caractéristique que celle de Fish mais également moins connotée Gabriel/Hammill donc un partout, la balle au centre. L'album est réussi avec Season's End, Easter ou encore Hooks in you et s'inscrit encore dans ce qui a fait le succès originel du groupe.

Note donnée au disque :       
Le Bromure › mercredi 27 novembre 2002 - 01:00  message privé !
Le voila leur chef d'oeuvre. Du moins période Hogarth. Presque aucune fausse note. Bien content qu'un de mes fréros me l'ai prété!
Note donnée au disque :       
Sheer-khan › lundi 25 novembre 2002 - 19:36  message privé !
avatar
Je trouve ce disque réellement magique et subtil, malgré, oui, des redondances précieuses héritées de l'époque juste révolue. un 5/6 pour moi, easter, season's end, berlin, after me, king of sunset town bien sûr.... un très très beau disque.
Note donnée au disque :       
torquemada › lundi 25 novembre 2002 - 12:56  message privé !
Certes, il ya "Hooks In You" qui sonne comme du Bon Jovi, mais il y a aussi tout le reste et quel reste ! Si "The Space" ne vous fait pas pleurer, si la montée de "Berlin" ne vous donne pas de frissons, c'est clair, vous n'avez rien d'humain.
Note donnée au disque :