Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMandrill › S/t

Mandrill › S/t

6 titres - 39:00 min

  • 1/ Mandrill (4:23)
  • 2/ Warning Blues (4:34)
  • 3/ Symphonic Revolution (5:18)
  • 4/ Rollin' On (7:42)
  • 5/ Peace and Love [Amani Na Mapenzi] (13:58)
  • 6/ Chutney (3:05)

enregistrement

Electric Lady Studio, New York City, USA, hiver 1970

line up

Claude Cave (claviers, chant), Bundie Cenas (basse, percussions), Omar Mesa (guitare, percussions, chant), Charles Padro (batterie, percussions, voix), Carlos Wilson (saxophone, chant), Lou Wilson (trompette, percussions, chant), Rick Wilson (saxophone)

remarques

Le label Collectables a réédité les quatre premiers albums de ce groupe dans un coffret sous l'intitulé "The Ultimate Collection".

chronique

Styles
rock
musiques du monde
ovni inclassable
Styles personnels
latin funk

Vous l'ignorez peut-être ; sur la scène funk, peu de groupes faisaient preuve d'autant de versatilité que Mandrill. Si bien qu'en faisant figure d'exception, le septet des frères Wilson s'est lentement mais sûrement isolé du reste du paysage de la musique noire américaine du début des années soixante-dix. Pourtant, aussi puissant que le Graham Central Station, les débuts agités de Kool & The Gang ou la clique à Clinton avec Funkadelic ou Parliament, Mandrill proposait, sur ce premier album éponyme, un véritable patchwork de sensibilité différente, redoublé, ce qui ne gâche rien, d'une redoutable efficacité. Le disque s'ouvre donc sur une pièce instrumentale de quatre minutes qui affiche ouvertement les prétentions du groupe, n'hésitant pas à se jetter tête la première dans des explorations aux rythmiques latines héritées du Santana aux fragrances jazz électrique qui illuminait ses cinq premiers albums (en étant large). "Rollin' On" suit la même trajectoire, alors que les autres pièces de ce disque unique s'emploient à visiter d'autre genre : sur "Warning Blues", Mandrill nous la joue John Fogerty sur un rock sorti tout droit du bayou et qui aurait trouvé sa place sur n'importe quel disque du Creedence. "Symphonic Revolution", quant à lui, avec ses touches pop et jazzy, vibraphone à l'appui, lorgne du côté de Blood, Sweat & Tears. Pour couronner le tout, ils enfoncent le clou avec une suite de treize minutes, "Peace and Love", où ils revisitent tous les genres précités, avec même des touches psychés, à grand renfort de chorales endiablées, de percussions africaines, ainsi que d'un large ensemble de violons et de cuivres ! On le voit, le drame de Mandrill fût d'être trop rock pour les amateurs de funk, et trop funk pour les amateurs de rock. En définitive, seuls les amateurs de musiques aventureuses qui se moquent des étiquettes pourront apprécier ce disque à sa juste valeur. Il est juste dommage que, dans l'ensemble, certains titres sonnent aujourd'hui un peu datés.

note       Publiée le jeudi 21 novembre 2002

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "S/t" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "S/t".

notes

Note moyenne        2 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "S/t".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "S/t".

Painkiller Envoyez un message privé àPainkiller

J'ai essayé... vraiment.

Note donnée au disque :