Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCChristian Death › Catastrophe ballet

Christian Death › Catastrophe ballet

cd | 10 titres

  • 1 Awake at the wall
  • 2 Sleepwalk
  • 3 The drowning
  • 4 The Blue hour
  • 5 As evening falls
  • 6 Androgynous noise hand permeates
  • 7 Electra descending
  • 8 Cervix couch
  • 9 This glass house
  • 10 The fleeing somnambulist

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Rozz Williams (chant), Valor (guitares, production), Gitane Demone (clavier, voix), David Glass (batterie, percussions)

chronique

Troisième album pour Christian death et changement radicaux à tous les niveaux. Le line up tout d’abord ; de la formation originale ne reste que Rozz Williams, désormais accompagné de son frère ennemi, Valor, de la chanteuse et clavier Gitane Demone (venus tous deux d’un groupe local Pompei 69) et du batteur David Glass. Exit les sonorités ‘death rock’ et la rage post punk, le son est meilleur, les compositions plus fouillées, les atmosphères plus nuancées et travaillées. La voix de Rozz semble avoir trouvé une certaine maturité ; le timbre adolescent désespéré a fait place à une sensualité plus sulfureuse. Les textes sont moins sombres, plus dans la lignée des textes surréalistes ou symbolistes ( le disque est d’ailleurs dédié à André Breton, pape du surréalisme) et les influences littéraires semblent prendre plus d’importance. L’album débute par un titre très atmosphérique, ‘Awake at the wall’ sur fond de clavier et de crissements de guitare. Les quatre morceaux suivants, plus rythmés, gardent l’énergie typiquement death rock mais les arrangements sont plus travaillés, les guitares plus ‘propres’, les parties de batterie plus complexes et la voix de Gitane dans les chœurs apporte une touche mélodique supplémentaire. Quant à celle de Rozz, elle excelle dans ce nouveau registre et touche désormais davantage par sa profondeur que par le désespoir qu’elle peut véhiculer. Le sixième titre est plus rituel de par son rythme et évoque une sorte de chasse sauvage ou d’orgie sur fond d’incantations féminines hantées. Suivent trois chansons dont ‘Electra descending’, vraiment superbe, et ‘Cervix couch’, très lent et sensuel. Le cd s’achève par un morceau plus expérimental et atmosphérique à base de bruits sombres, de la voix déformée de Rozz en arrière-fond (on reconnaît également dans le lointain des extraits de la voix d’Edith Piaf) pour s’achever au son d’un orgue de barbarie donnant au morceau un aspect très cabaret d’avant-guerre avec une bonne touche de mysticisme et de surréalisme en plus. Un très grand groupe vraiment…

note       Publiée le samedi 16 novembre 2002

partagez 'Catastrophe ballet' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Catastrophe ballet"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Catastrophe ballet".

ajoutez une note sur : "Catastrophe ballet"

Note moyenne :        28 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Catastrophe ballet".

ajoutez un commentaire sur : "Catastrophe ballet"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Catastrophe ballet".

bubble › mardi 4 juin 2019 - 19:02  message privé !

S’il fallait n’en garder qu’un !

zugal21 › mardi 4 juin 2019 - 18:05  message privé !

Je trouve la pochette glaçante, flippante . Pas le disque. Avec Rozz, je ne connaissais que Only Theatre of Pain , et la voix torturée/torturante d'icelui. Sur celui-ci, j'entends un enfant du Grand Bowie. Et c'est plutôt pas mal...

Note donnée au disque :       
Twilight › lundi 21 mars 2011 - 23:35  message privé !
avatar

3ème, oui, si l'on compte 'Deathwish', certes un Ep et à la diffusion un peu étrange...

E. Jumbo › lundi 21 mars 2011 - 23:13  message privé !

"Troisième album pour Chrisitan death et changement radicaux à tous les niveaux." Troisième, vraiment ? ^^ Sinon, un album en effet plus apaisé, moins sombre et déchirant, mais toujours noir, et vraiment... beau !

Note donnée au disque :       
TribalCrow › mercredi 26 mai 2010 - 20:45  message privé !

Rozz tout seul recrute Pompei 99, et leur fait quitter alors leur New Wave fourre-tout. Avec eux, le chanteur calme la rage, qui reste quand même comme sur "The Drowing" et "Androginous..." mais mieux canalisée. Catastrophe Ballet puise plus vers la mélancolie et la sensualité, en effet. L'apport de clavier renforce cette ambiance, avec la guitare lancinante de Valor. Le bonus de la réédition est superbe.

Note donnée au disque :