Vous êtes ici › Les groupes / artistesSThe Sisters Of Mercy › Floodland

The Sisters Of Mercy › Floodland

cd • 11 titres

  • 1Dominion
  • 2Mother Russia
  • 3Flood I
  • 4Lucretia
  • 51959
  • 6This corrosion
  • 7Flood II
  • 8Driven like the snow
  • 9Never land
  • 10Torch
  • 11Colours

remarques

chronique

Resté seul aux commandes des débris des Sisters of Mercy tandis que ses ex-collègues se forgeaient une réputation sous le nom de The Mission, Andrew Eldritch était plus ou moins attendu au tournant. Son album, d’ailleurs assez réussi, sous le nom de Sisterhood laissait planer de sérieux doutes quant à une éventuelle continuation des Sœurs de Charité. Contre toute attente pourtant, l’homme, accompagné de l’ex bassiste de Gun club, Patricia Morrison (également présente sur Sisterhood), revient sur le devant de la scène avec un nouvel opus qui, s’il n’atteint pas la qualité des précédents n’en demeure pas moins assez abouti dans l’ensemble. D’emblée, Andrew évite le piège de l’auto-plagiat en se démarquant assez nettement du son et de la démarche de son ancienne formation. Plus atmosphérique, plus rock, ‘Floodland’ s’annonce un peu moins sombre et plus accessible. Les rythmes sont plus carrés, les sonorités de Doktor Avalanche moins synthétiques. Les guitares ont fait leur retour avec des intonations plus rock, quant aux claviers, ils sont également très présents. Mais, influence de Patricia oblige, c’est la basse qui occupe une place dominante dans la structure des morceaux ; elle est également très marquée au mixage. Moins sépulcrale, la voix a néanmoins conservé son timbre sombre si particulier. Andrew s’est également adjoint les services d’une chorale ce qui donne une touche plus grandiloquente à certaines chansons (‘Dominon/Mother Russia’, ‘Lucretia’ et surtout ‘This corrosion’, hélas présentée ici dans une version interminable). Une ballade au piano, ‘1959’, assez inhabituelle chez les Sisters, coupe l’album en son milieu. Les titres les plus réussis demeurent ‘Flood I’ et ‘Flood II’, lents, sombres, atmosphériques et ‘Torch’ plus proche du son des anciens albums. Le disque se clôt par ‘Colours’, un morceau de Sisterhood. Une réussite très honorable donc, avec des atmosphères travaillées et crédibles (les sonorités de synthé dégagent vraiment un truc), avant le dernier chapitre que constituera ‘Vision Thing’. On peut même dire de ‘Floodland’ qu’il représente le chant du cygne des Sœurs de Charité…4,5/6

note       Publiée le samedi 9 novembre 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Floodland".

notes

Note moyenne        36 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Floodland".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Floodland".

BrownJenkyn&son › samedi 12 décembre 2015 - 16:21 Envoyez un message privé àBrownJenkyn&son

"une beauté" la Patricia, hum hum, vous êtes prié de modérer vos ardeurs pubères, sir Hood. Du chien elle a certes mais too much brushé et crêpé à mon goût la donzelle ! Sa cousine de label, Rosie Garland des March Violets mériterait telle louange car plus séduisante et langoureuse.

Kagoul › vendredi 11 décembre 2015 - 18:22 Envoyez un message privé àKagoul

Chef d'oeuvre ! je le trouve toujours aussi fantastique :-) Une ambiance Darkwave avant l'heure qui reste inégalée encore aujourd’hui. Une production incroyable et des tubes cosmiques. Ce disque pourrait sortir de nos jours on n'y verrait que du feu. Eldritch au top vocalement ! et mon dieu Patricia :-) quelle beauté et quelle bassiste ! le dernier grand album des sisters. Au fait je croyais qu'Eldricht devait ressortir des morceaux studio ^^ il a abandonné je crois... c'est peut être pas plus mal!

Note donnée au disque :       
TribalCrow › jeudi 6 mars 2014 - 21:05 Envoyez un message privé àTribalCrow

La Terre Submergée par la New Wave sonorités 80's, classe et mégalo dandy avec le charisme dark qui va avec, épique sur les longs mais sublimés "Dominion" et "This Corrosion" (ha ces chœurs grandiloquents et bien utilisés dans le film "The World's End" !). Et Andrew arrive même à se montrer touchant sur les ballades, sans oublier les titres sombres et hivernaux ("Driven like the snow" qui porte bien son nom) ou bien glauque. Seul "Colors" arrive un peu comme un cheveu dans le breuvage mais on enchaine en bonus un inédit "Emma", Rock Gothique mid tempo entêtant.

Note donnée au disque :       
stankey › jeudi 16 janvier 2014 - 20:24 Envoyez un message privé àstankey

Arrêtons là l'hemorragie ;)

Note donnée au disque :       
Raven › jeudi 16 janvier 2014 - 19:50 Envoyez un message privé àRaven
avatar

"Der Komissar" les gars... ;)

Note donnée au disque :