Vous êtes ici › Les groupes / artistesAMahmoud Ahmed › Ere mela mela

Mahmoud Ahmed › Ere mela mela

cd • 10 titres

  • 1Sidetegnash Negn / Samiraye5:34
  • 2Indenesh Gedaow3:46
  • 3Bemin Sebeb Litlash4:34
  • 4Abay Mado / Imbwa Belew6:58
  • 5Atawurulign Lela3:58
  • 6Ohoho Gedama4:45
  • 7Ere Mela Mela / Meche Neu8:03
  • 8Fetsum Dink Lij Nesh4:32
  • 9Belomy Benna3:57
  • 10Asheweyna4:34

enregistrement

Addis-Abeba, Ethiopie, 1975-1978

line up

Mahmoud Ahmed (chant), Salam Seyum (guitare), Fekade Amdemeskel (saxophone), Theodros Meteku (saxophone), Mesele Gessesse (orgue), Giovanni Rico (basse), Tesfaye Mekonnen (batterie)

remarques

chronique

Styles
musiques du monde
Styles personnels
ethiopie

Le Nigeria a Fela Kuti, le Sénégal Mansour Seck. L'Ethiopie a Mahmoud Ahmed. Figure emblématique de la musique folklorique de son pays d'origine, il est le porte parole d'un genre à part entière appelé l'Eskeusta. Jamais vous n'aurez été amené à écouter quoi que ce soit de semblable en provenance d'un pays d'Afrique. Bien qu'il soit entouré d'un groupe de six musiciens dominé par le son des saxophones, on ne peut pas considérer la musique d'Ahmed comme proche de celle de son voisin, roi de l'Afro Beat. Elle partage avec lui cependant cette touche organique indescriptible sans qu'elle aille se compromettre pour autant dans des séquences instrumentales interminables. Les rythmiques syncopées et lancinantes ont la saveur trouble des musiques du Grand Orient, qui s'étend par delà les frontières du Grand Est Asiatique, et opèrent sur nous telle la danse hypnotique du charmeur de serpent. Les interventions de l'orgue sont sommaires et discrètes, mais ô combien décisives quant à la mise en place d'ambiances aussi consistantes qu'impalpables, comme échappées de la quatrième dimension. Le chant profond et en vibrato peut faire songer aux incantations psalmodiées de toutes ses tripes par le regretté chanteur qawwali et prophète en son pays, Nusrat Fateh Ali Khan, mais il y a chez Mahmoud Ahmed une notion essentielle de trouble et de pêché, absent du répertoire sacré du grand sage pakistanais, qui rend son discours peut-être encore plus séduisant. L'enregistrement a beau dater, il lui donne ce cachet unique qui fait de ce disque un petit chef-d'oeuvre, un voyage à dos de chameau dans le pays des mille et une nuits, perdu au milieu des nuages d'opium qui auront jusque là pavé notre route.

note       Publiée le dimanche 3 novembre 2002

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Ere mela mela" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Ere mela mela".

notes

Note moyenne        9 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Ere mela mela".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Ere mela mela".

absinthe_frelatée Envoyez un message privé àabsinthe_frelatée

Le concert de ce soir à la Villette était tearjerker comme pas deux. Bien intense.

Le Pape des zozos Envoyez un message privé àLe Pape des zozos

Eeeeeeh ! mais qu'est-ce qu'il fout là ce mec ??? Je l'ai vu en concert (je vous jure que c'est vrai, j'ai vécu en Ethiopie !) ... Il est trop poilant en "crooner" façon smoking et micro vintage... Et puis il danse en plus ! Il assure comme une bête. J'ai jamais écouté attentivement, mais quand je me rappelle l'ambiance, ça colle pas trop avec celle décrite dans la chronique, mais bon...

Gazpard Envoyez un message privé àGazpard
waaaawwww...ça fait déjà plusieurs mois que je m'écoutte tout les éthiopiques en boucles...absolument magique..et évidement l'album "era mela mela" de mahmoud amed est magnifique..et comme michel rocard,j'ai une petite préfèrence pour "fetsum dink...".des rythmes hypnotisant.rempli d'une sensibilité et d'une force qui ne peut venir que d'afrique.à écouter absolument..ainsi que tout les autres éthiopiques(au min.une petite 20aine)et de préférence le vol 1,4(magnifique),3,5,14,15...et encore surement certain que je ne connais pas encore..sans oublier ceux que j'oublie :)
michel rocard Envoyez un message privé àmichel rocard
"Fetsum Dink Lij Nesh" est une vraie tuerie avec un chant possédé et des instrus dont la mélancolie en remontre à bien des formations folk nordiques, c'est peu de le dire...
saïmone Envoyez un message privé àsaïmone
avatar
Merci d'avoir exhumé cette chro via les commentaires, je découvre ça, et par la même cette scène ethio-jazz là, je suis troué de part en part... c'est absolument magique
Note donnée au disque :