Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDälek › From filthy tongue of gods and griots

Dälek › From filthy tongue of gods and griots

11 titres - 56:40 min

  • 1/ Spiritual Healing (3:29)
  • 2/ Speak Volumes (4:42)
  • 3/ ... from Mole Hills (5:18)
  • 4/ Antichisto (1:21)
  • 5/ Hold Tight (4:15)
  • 6/ Heads (1:38)
  • 7/ Black Smoke Rises (12:02)
  • 8/ Trampled Brethren (5:12)
  • 9/ Voices of the Ether (4:55)
  • 10/ Forever Close My Eyes (7:49)
  • 11/ Classical Homocide (5:59)

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Sweetwood Sound et The Mayan Ruins, New Jersey, USA, juin 1998 - février 2002

line up

Dälek (mc), Still (dj), Oktopus (producteur)

remarques

Pour plus d'info, je vous invite à lire les compte rendus des concerts de Tomahawk à l'Elysée Montmartre dont ils faisaient la première partie.

chronique

Styles
hip-hop
Styles personnels
underground

Une grande majorité de "métalleux" cultive un mépris total pour tout autre forme de musique que la leur, comme c'est le cas par exemple pour le rap, et ce malgré le succès (discutable) rencontré par des formations comme Limp Bizkit ou Korn, elles mêmes inspirées par Faith No More qu'il n'est pas inutile de considérer sans doute comme le père fondateur de ce mélange explosif. Qu'on se rassure ; ce genre de comportement réducteur ne se limite pas au seul milieu métal. La nature humaine est ainsi faite qu'elle se sent dans l'obligation de rabaisser systématiquement l'autre dans sa différence, se berçant d'illusions quant à son appartenance à une forme d'élite, un ghetto pseudo intellectuel en réalité. C'est ainsi le cas pour beaucoup de mélomanes qui crachent sur les amateurs de jazz qui eux-mêmes crachent sur les progueux, et ainsi de suite... Lamentable. Comme cette chronique qui tire en longueur me direz-vous... Bien, revenons à l'essentiel ; j'ai un argument de poids, les amis ! Ipecac Recordings, la maison de disque de Mike Patton vient de publier le premier album de Dälek, un artiste rap indépendant à surveiller de très près. Si son flow n'a rien de puissamment original ou déjanté (comme celui d'Aesop Rock), il faut écouter les samples concoctés par le nouvellement débarqué, Dj Still, nourris au sursaturage à gogo, aux effets de larsens et aux ambiances définitivement barrées, sombres et expérimentales - tiens, donc - qui arborent au final une esthétique rock ("Classical Homicide", le brumeux "Forever Close My Eyes" et "Black Smoke Rises", la pièce la plus impressionnante du lot). Cet album de Dälek est une preuve parmi tant d'autres que l'esprit rap, en dépit de la soupe commerciale qu'on nous sert jusqu'à plus soif et qui peut induire en erreur l'auditeur curieux, est plus que jamais vivant et que l'extrême appellant l'extrême, celui-ci s'exprime désormais dans les bas fond. Et c'est depuis ce milieu underground que se livre cette bataille essentielle pour la reconquête de tout ceux qui ont fui le rap à raison, le voyant se pervertir sur l'autel du dieu argent. De plus, "From Filthy Tongue of Gods and Griots" est un album à la durée raisonnable, rendant son écoute bien plus agréable et "naturelle" que la plupart des disques du genre qui ont tendance à s'essouffler très vite. En un mot comme en cent : un maître achat.

note       Publiée le jeudi 31 octobre 2002

partagez 'From filthy tongue of gods and griots' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "From filthy tongue of gods and griots"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "From filthy tongue of gods and griots".

ajoutez une note sur : "From filthy tongue of gods and griots"

Note moyenne :        28 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "From filthy tongue of gods and griots".

ajoutez un commentaire sur : "From filthy tongue of gods and griots"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "From filthy tongue of gods and griots".

Klarinetthor › dimanche 8 février 2015 - 16:05  message privé !

je découvre enfin cet album trouvé pas cher du tout; et ils ont quand meme bien évolué entre celui-ci et les monolithes que sont Abscence et Gutter tactics. Ici ça sent encore les essais, la bidouille, il y a des petits sons aigus aggressifs ici et là surprenant; comme Black Smoke rises, qui détonne un peu avec le reste mais est bien flippante.

Note donnée au disque :       
varg › dimanche 6 septembre 2009 - 18:31  message privé !

I am torn by my lack of emotions and plentitude of tears.
Catalyst heart hurts none, yet weeps
Am I dead lord?
Am I truly dead?

Note donnée au disque :       
E. Jumbo › samedi 15 août 2009 - 23:45  message privé !

Perso c'est surtout la voix du MC qui me saoule relativement vite, par contre les instrus noise/indus/shoegaze, je m'en délecte (sauf Black Smoke Rises ici, mais bon).

Note donnée au disque :       
Solvant › samedi 15 août 2009 - 22:23  message privé !

Dälek c'est bien un moment. Dälek ça passe & repasse comme Dallas ça lasse.

Note donnée au disque :       
Noohmsul › lundi 1 juin 2009 - 11:28  message privé !

J'ai découvert Dälek avec le dernier perso. Pas mal du tout, pour une fois que j'aime du hip-hop. Et puis bon j'ai fini par pencher l'oreille sur "Absence". La grosse claque, énorme, fidel à sa réputation. Mais alors cet album là c'est carrément autre chose... Plus une claque mais un bouleversement musical! Y'a que des bonnes idées, certains morceaux sont absolument géniaux (les 2 premiers et derniers!), ça prend aux tripes. Cet album à changé ma conception du hip-hop; malheureusement il y a juste un petit défaut... je parle de "Black Smoke Rises" qui est à la limite de l'insupportable, sans ça le reste est parfait, dommage.

Note donnée au disque :