Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNStina Nordenstam › And she closed her eyes

Stina Nordenstam › And she closed her eyes

12 titres - 48:42 min

  • 1/ When Debbie's Back from Texas (4:08)
  • 2/ Viewed from the Spire (3:48)
  • 3/ Crime (5:40)
  • 4/ Fireworks (5:46)
  • 5/ Proposal (1:56)
  • 6/ Little Star (3:42)
  • 7/ Hopefully Yours (4:44)
  • 8/ Murder in Mairyland Park (4:12)
  • 9/ I See You Again (3:26)
  • 10/ So This Is Goodbye (4:35)
  • 11/ Something Nice (4:42)
  • 12/ And She Closed Her Eyes (2:33)

enregistrement

Park, Soundtrade, B3B, Polar Studio, Stockholm, Suède, 1993

line up

Jon Hassell (trompette), Stina Nordenstam (guitare, percussions, piano, chant), Lars Danielsson (basse), Martin Green (saxophone), Johan Horlen (saxophone), Per Lindvall (percussions, batterie), Popsicle (basse, guitare, percussions, batterie, choeurs), Erik Holmberg (guitare, percussions, batterie, claviers), Kent Gillstrom (percussions, batterie, choeurs), Karl Ljungberg (choeurs)

remarques

chronique

Quelle est la limite ultime qui sépare la douleur du plaisir ? A quel moment passe-t-on de l'un à l'autre ? N'y a-t-il pas des éléments en commun entre ces deux fortes émotions qui nous confondent, nous font perdre nos repères au point de susbtituer un mal par un bien, une vertue par un vice ? Tel est le champ que s'est donné pour mission d'explorer la jeune Stina Nordenstam. Poursuivant la voie subtile toute tracée par "Memories of a Color", elle nous livre sur un plateau d'argent douze titres absolument désarmants qui se focalisent, encore plus qu'auparavant, sur la fragilité de sa voix et la noirceur glaciale qu'elle arrive à communiquer. C'est déjà le cas sur "When Debbie's Back from Texas" qui ouvre l'album, et se pousuit sur le bien nommé "Crime" et ses choeurs hantés sur fond sonore ultra dépouillé (guitare, percussions). L'effet est sensiblement le même sur le très gai "Murder in Mairyland Park" où c'est à présent le piano qui dessine la trame de l'histoire. "And She Closed Her Eyes", l'album, comme le titre, est une intrigue en douze étapes, aux atmosphères à la fois froides, étouffantes, délicates et dérangeantes. Presque rien du mystère n'est dévoilé, et c'est dans cet interstice que se crée l'espace privilégié qui laissera à chaque auditeur le soin d'imaginer les images qui accompagnent les récits qui nous sont contés. Si le trompettiste new age Jon Hassell, présent sur ce disque et proche collaborateur d'artistes tels que Brian Eno, Daniel Lanois ou David Sylvian, se livrait à l'écriture de chansons, elles ressembleraient assurément à ce qui nous est offert d'écouter ici. En bien des endroits, "And She Closed Her Eyes" a des allures de "Rock Bottom" au féminin.

note       Publiée le jeudi 24 octobre 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "And she closed her eyes".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "And she closed her eyes".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "And she closed her eyes".

gregdu62 › jeudi 20 avril 2006 - 22:34  message privé !
D'une rare sensibilité ! J'ai découvert cet album la semaine dernière, et depuis je ne peux aller me coucher ou me lever sans me repasser quelques morceaux. Le bémol est que la touche gaie apportée à certains morceaux m'apparait comme une légère cassure. J'ai commencé à écouter memories of colour (le précédent album)...j'apprécie moins.
Note donnée au disque :