Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPorcupine Tree › Lightbulb sun

Porcupine Tree › Lightbulb sun

  • 2000 - Kscope, SMACD827 (1 cd)

10 titres - 56:17 min

  • 1/ Lightbulb Sun (5:31)
  • 2/ How Is Your Life Today? (2:46)
  • 3/ Four Chords That Made a Million (3:36)
  • 4/ Shesmovedon (5:13)
  • 5/ Last Chance to Evacuate Planet Earth Before It Is Recycled (4:48)
  • 6/ The Rest Will Flow (3:24)
  • 7/ Hatesong (8:26)
  • 8/ Where Would We Be (4:12)
  • 9/ Russia on Ice (13:03)
  • 10/ Feel So Low (5:18)

enregistrement

Foel Studio et No Man's Land, Angleterre, novembre 1999 - janvier 2000

line up

Richard Barbieri (claviers, synthétiseur, programmation), Steven Wilson (guitare, claviers, chant, programmation), Colin Edwin (basse), Chris Maitland (batterie, percussions)

chronique

Styles
progressif
rock
pop
Styles personnels
renouveau progressif

Il leur aura fallu du temps, mais ils y sont parvenus. Et "Lightbulb Sun" est - alors qu'on attend en Europe "In Absentia" pour février 2003 - l'album de la consécration. Ok, ça n'a rien de révolutionnaire, mais ils savent y faire les bougres. Fraîchement et ouvertement pop à présent, Steven Wilson nous a pondu des mélodies d'orfèvre, du sur-mesure, et il n'hésite pas à insuffler à son véhicule la dose d'adrénaline nécessaire pour le faire décoller et ainsi se démarquer d'autres productions auxquelles on serait tenté de les comparer. Les guitares sont acoustiques, et quand elles sont électrifiées, elles lorgnent vers l'efficacité plutôt que la démonstration ("Hatesong"), à l'opposé d'un Dream Theater (sans blague ?). Des Beatles à 10 CC, des Beach Boys à Pink Floyd ou Radiohead, toutes les références du calibrage de la pop esthète sont conviées et "Lightbulb Sun" est un festival d'idées magiques et prenantes dans la spirale duquel l'auditeur se laisse happer par pur plaisir. À l'heure où le Marillion de Steve Hogarth a décidé de faire volte face à la sophistication discrète qui le rendait bien plus consistant qu'il n'y paraît, Porcupine Tree arrive et s'installe en concurrent direct plus que menaçant. Un petit joyau dont seul l'extrait "Four Chords that Made a Million", très inspiré des déjà défunts et oubliés Kula Shaker, rompt le formidable sentiment d'harmonie.

note       Publiée le jeudi 10 octobre 2002

partagez 'Lightbulb sun' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Lightbulb sun"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Lightbulb sun".

ajoutez une note sur : "Lightbulb sun"

Note moyenne :        24 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Lightbulb sun".

ajoutez un commentaire sur : "Lightbulb sun"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Lightbulb sun".

Aladdin_Sane › jeudi 10 mars 2016 - 10:17  message privé !

Oui, je connais aussi la carrière solo de SW, j'aime bien son dernier album (et The Raven dans un genre plus prog 70).

Note donnée au disque :       
H2O › mercredi 9 mars 2016 - 23:34  message privé !

Essaye alors le dernier album de son projet solo, c'est comme ce Lightbulb sun, mais en beaucoup mieux.

Note donnée au disque :       
Aladdin_Sane › mercredi 9 mars 2016 - 20:26  message privé !

Je me joins a la horde des commentaires élogieux pour ce superbe album. A cette époque, PT avait atteint un point d'équilibre quasi parfait entre ses aspirations progressifs des débuts et une certaine forme de pop sophistiquée. Il n'y a que "Four chords..." qui me laisse toujours un peu sur le bord du chemin (encore qu'aujourd'hui, à la réécoute, je l'apprécie plus). Mais le morceau qui m'emballe le plus, c'est probablement "Last chance..." avec son beau final. Dommage que PT ait viré 'métal' après ça...

Note donnée au disque :       
mangetout › mercredi 18 février 2015 - 15:08  message privé !

Cela fait longtemps que je n'avais pas jeté une oreille sur une production du groupe de Steven Wilson et bien ça réchauffe le cœur et l'esprit ! Cet album est une merveille qui atteint un degré d'équilibre entre les différentes influences des membres que n'aura jamais plus Porcupine Tree, la richesse des mélodies et des compositions, la sophistication des arrangements, l'interprétation sans faille, la production aux petits oignons, tout est là pour en faire une pièce de premier choix.

Pat Bateman › dimanche 20 mai 2012 - 23:20  message privé !

Retrouvailles très chaudes après plus de deux années d'abstinence. La belle est suave, douce, caressante. Je suis comme enveloppé dans une atmosphère cotonneuse. Tout ce passe comme dans mes rêves. Puis Hatesong, elle sort les griffes, me lacère bien comme il faut. Je suis surpris, après tout ce temps j'avais oublié cette partie d'elle, puis Russia on ice, elle semble ailleurs, me fascine, je sais que je vais encore souffrir mais j'en redemande. J'y reviendrai avant deux ans, c'est sûr.

Note donnée au disque :