Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPorcupine Tree › Signify

Porcupine Tree › Signify

12 titres - 61:56 min

  • 1/ Bornlivedie (1:42)
  • 2/ Signify (3:26)
  • 3/ Sleep of No Dreaming (5:24)
  • 4/ Pagan (1:34)
  • 5/ Waiting Phase One (4:24)
  • 6/ Waiting Phase Two (6:15)
  • 7/ Sever (5:30)
  • 8/ Idiot Prayer (7:37)
  • 9/ Every Home Is Wired (5:08)
  • 10/ Intermediate Jesus (7:29)
  • 11/ Light Mass Prayers (4:28)
  • 12/ Dark Matter (8:59)

enregistrement

The Doghouse, No Man's Land, The Waves' Studio, Angleterre, 1996

line up

Richard Barbieri (claviers, synthértiseur, programmation), Steven Wilson (guitare, claviers, chant, programmation), Colin Edwin (basse), Chris Maitland (batterie, percussions)

remarques

chronique

Styles
progressif
rock
Styles personnels
renouveau progressif

À l'écoute des dix premières minutes, on a le sentiment profond que Porcupine Tree a désormais pris en main sa carrière et compte à présent être pris au sérieux. Ce nouveau pas en avant a aussi pour malheureuse conséquence de faire s'aligner l'un à la suite de l'autre des chansons pop aux relents ambient sans caractère véritable et dans lequel ils finissent par se perdre, comme l'illustre "Intermediate Jesus" ; exercice facile et démonstratif s'il en est. Joli, plaisant, décoratif, mais sans réelle nécessité. On sent malgré tout que le groupe (car, oui, on peut désormais parler de véritable groupe) a fait un sérieux bond en avant, et qu'il est proche de délivrer quelque chose de fantastique, à l'image des quatre premiers titres justement. La section rythmique de Chris Maitland et Colin Edwin n'en fait jamais trop et est impitoyable et redoutablement solide. Face à ce bloc qui maîtrise parfaitement son propos, Richard Barbieri peut s'adonner à sa science de l'alchimie synthétique, laissant Steven Wilson en charge des parties de guitare et de chant, de plus en plus éloignées des canons Floydiens pour répondre enfin à sa propre sensibilité, faite de cette nonchalance typiquement anglaise. Ainsi, les petites transitions instrumentales ont enfin leurs places et donnent une réelle cohérence à l'album. D'autre part, un titre comme "Sleep of No Dreaming", à la sophistication ouvertement pop, démontre la volonté du groupe de s'ouvrir à un public plus large. Le vrai Porcupine Tree a enfin trouvé ses marques. Ne lui reste plus qu'à peaufiner son travail.

note       Publiée le jeudi 10 octobre 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Signify".

notes

Note moyenne        10 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Signify".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Signify".

Brainback › dimanche 2 mai 2004 - 12:05  message privé !
L'album "révélation". En s'entourant de musiciens d'exception (Richard Barbieri ex Japan, Colin Edwin et Chris Maitland) Steven Wilson découvre un nouveau plaisir de jouer. PT signe là son dernier disque ouvertement "psychédélique" (et non pas "prog", bon sang). On aime ou on n'aime pas. Personnellement je suis séduit et je ne m'ennuie jamais en écoutant cette galette qui peut très bien constituer une bonne porte d'entrée pour les néophytes à l'univers musical du génial Steven Wilson. Notez qu'il existe également une version 2CD avec des démos et des morceaux inédits qui méritent vraiment l'écoute.
Note donnée au disque :