Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTribes Of Neurot › Silver blood transmission

Tribes Of Neurot › Silver blood transmission

cd • 9 titres • 75:26 min

  • 1Primordial Uncarved Block06:24
  • 2Wolf Lava09:09
  • 3Fires of Purification05:00
  • 4The Accidental Process06:12
  • 5Fall Back To Stone07:47
  • 6A Manifestation By Modern Means05:05
  • 7Achtwan23:57
  • 8Continuous Regression06:01
  • 9Closing In05:53

enregistrement

Track 1 : 831 5J et Aurora house, San Francisco, 1993. Track 2 : Aurora house, San Francisco, 1994. Track 3 : live, Etats Unis, 1994. Track 4 : Orgone factory. Track 5 : Aurora house, San Francisco, 1994. Track 6 : Orgone factory. Track 7 : Aurora house, San Francisco, 1994. Track 8 : Orgone factory. Track 9 : live, Etats Unis, 1994.

line up

Scott Kelly (batterie [3]), Steve Von Till (tandy moog oscillator [1], environment recording [1], angel music radio [1], delay [1, 5], DM 1100 [2], tapes [2, 5, 6], lava [2], batterie [3], samples [5], features [5], bowed bass [7], tymani [7]), Dave Edwardson (space [3], basse [3, 9], bruit [3], delay [3, 4, 8, 9], quadraverb [3, 4, 6, 8], yamaha PSS-30 [4, 8], HR-16 [6, 8], programmation [6]), Noah Landis (samples [3, 6, 9], tapes [3, 9]), Jason Roeder (batterie [3]), Nada sound system (live sound [3, 9])

Musiciens additionnels : Kris Force (voice [7])

remarques

chronique

Styles
ambient
Styles personnels
instrumental glacé

Un silence sourd d'où surgissent des ovnis à grande vitesse, vrombissant de l'enceinte gauche à la droite et vice versa. Ainsi commence "Silver blood transmission", album très froid avec un petit côté complètement inhumain. On se retrouve englouti dans un monde où règnent en maîtres des machines glaciales répétant inlassablement et pour toujours les mêmes mouvements mécaniques. Ce côté quasi clinique rend l'écoute du disque assez terrifiante comme si la seule chose qui restait à faire pour l'auditeur était de se terrer pour ne pas être découvert afin de ne pas devenir l'esclave de ces ignobles machines. On se croirait presque par moment dans un film de science fiction ! Certains morceaux mettent vraiment les percussions au premier plan, d'autres jouent sur la richesse des textures sonores, mais dans tous les cas l'angoisse est au rendez-vous. Le titre "Achtwan", long de plus de 23 minutes, ressemble à un curieux ballet aquatique d'où montent l'étrange complainte de baleines mécaniques... Il s'agit sans doute de l'album le plus noir des californiens qui reparaitrons moins d'un an plus tard sous la bannière de Neurosis (leur projet principal) pour nous offrir le superbe "Through silver in blood" (notez la récupération des mot "silver" et "blood" dans le titre). Pour les fans de Neurosis, "Silver blood transmission" fut un disque rassurant dans la mesure où il montrait que le collectif d'Oakland était toujours bien vivant et n'avait pas splitté, comme on l'avait un moment craint. Au final il s'agit d'un bon disque mais qui se situe quand même à mon avis assez loin des meilleures productions du groupe. Signalons également le travail sur le boitier digipak, qui, s'il n'est pas des plus pratiques à l'usage, a néanmoins le mérite de proposer un système d'ouverture assez original.

note       Publiée le mercredi 9 octobre 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Silver blood transmission".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Silver blood transmission".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Silver blood transmission".

KotL › dimanche 1 avril 2007 - 23:02  message privé !
Hallu tu as raison, ca me perturbe d'ailleurs à chaque fois que j'écoute ce disque.
Marco › lundi 29 août 2005 - 21:19  message privé !
avatar
Mon préféré de TON, avec la compile 60 degrees.
Note donnée au disque :       
Hallu › dimanche 15 juin 2003 - 16:05  message privé !
Suis-je le seul à avoir remarqué que sur le titre "Fires of Purification" le rythme est similaire au morceau Cleanse ? (avec des sons similaires de tps en tps aussi) Sinon l'album est intéressant mais un peu chiant par moments.