Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSatyricon › Volcano

Satyricon › Volcano

cd | 8 titres

  • 1 With ravenous hunger [6.40]
  • 2 Angstridden [6.22]
  • 3 Fuel for hatred [3.53]
  • 4 Suffering the tyrants [5.07]
  • 5 Possessed [5.21]
  • 6 Repined bastard nation [5.44]
  • 7 Mental mercury [6.52]
  • 8 Black lava [14.31]

enregistrement

Enregistré aux studios Puk, Dandemark, Aout-Septembre 2001 par Michael H. Fernando et Satyr et à Barracuda, Norvège, Octobre-Novembre 2001 par Erik Ljunggren. Mixé par Critter et Satyr aux studios Puk, Mars-Avril 2002. Produit par Satyr.

line up

Frost (nor) (batterie), Satyr (Voix, toutes guitares, electroniques)

Musiciens additionnels : Anja Garbarek (voix additionnelles sur 2, 7 et 8), Erik Ljunggren (programmation et claviers additionnels)

chronique

Styles
metal extrême
Styles personnels
metal extrême...

Au moment de donner mon avis sur «Rebel extravaganza», je mettais ma main à couper qu’il ne serait pas battu… et bien je garde ma main. Et en écho à ce que l’on éprouve, d’abord, à la découverte de «Volcano», je commence cette chronique par ce bémol. Mais comme nous en prévient sa pochette, «Volcano» arrive lentement… il s’insinue, il semble passer froidement à côté de vous, malsain et sans aspérité… il semble passer lentement à côté de vous, et vous à côté de lui. Mais tout arrive à point à qui sait attendre, et si «Volcano» ne possède pas cette force de l’étendard que portèrent en leurs temps «Nemesis… » puis «Rebel… », c’est un colosse de métal, de froideur, de haine et d’insanité. Le son déçoit d’abord : il est impeccable, mais où est passée la stridence de «Rebel… » ? Tout cela est plus sourd, dense et compact… à la longue, oui, il devient oppressant. Et puis tout cela est tellement moins rapide… les riffs s’incrustent pourtant, peu à peu. Un peu partout au-dessus de la suie des guitares se tisse parfois le fil coupant d’un aigu de scie musicale et fantôme, comme un détail horrible et parfait. «Volcano» tire de son prédécesseur les leçons de ces mélodies plates, glaciales, sans complaisance et dont le but unique est de vous arracher malgré vous ce rictus négatif et atroce de la haine misanthrope. Les morceaux sont souvent plus courts qu’à l’accoutumée mais ils gardent ces structures à la fois rudes et complexes, succession de couplets directs et sur-efficaces et de plans lourds et répétitifs, sobrissimes mais aux mesures impaires dérangeantes et mouvantes, qui finissent par vous plomber le crâne et l’humeur à force d’austérité… du rebelien «With ravenous hunger», au blackissime «Possessed», en passant par le punk «Fuel… », ou le chef-d’œuvre «Suffering de tyrants», toutes les pièces de «Volcano» possèdent leur centre, leur césure étouffante, leurs passages éprouvants. Mais il y a dans ce «Volcano» brut et à angle droit un raffinement discret et qui ne se trouve pas seulement dans la terrible intelligence de sa facture fondamentale, mais dans ces détails qui deviennent gigantesques… cette voix féminine plus trip-hop que métal et dont les surprenantes apparitions nous transportent à chaque fois dans une autre dimension de la déraison que celle, grise et âpre, où s’ancre l’album… ces sons venus d’ailleurs, explosions distantes, aigus d’ectoplasmes… ces moments magistraux où la guitare retrouve soudain les grandeurs mélodiques du passé («Repined»…) et en transcende les riffs purement cliniques du Satyr d’aujourd’hui. C’est encore ces enchaînements de rythmes brisés, riffs plombés, non-mélodies… cette volonté manifeste et indéfectible de ne pas vous plaire, de vous tourner le dos, de vous déranger… et d’arriver immanquablement, et malgré vous, à vous mettre à genoux. «Mental mercury », «Black lava », deux perles noires, et autres «Suffering the tyrants» usent plus volontiers de la mélodie, voire de la mélancolie qu’elles insinuent lentement à travers leurs riffs où dans l’accompagnement harmonique du mur de guitares, d’une nappe de claviers, pour ouvrir ce «Volcano» à d’autres gouffres sombres que ceux de «Rebel extravaganza». Déçu d’abord, puis interpellé, intrigué, puis subjugué… then «Possessed» ! Voilà ce que réserve le nouveau recueil de Satyricon. Une épaisseur de guitares aux dissonances poisseuses, un batteur de légende, des rythmiques meurtrières et des breaks de psychopathe glacé… le malaise fangeux et cérébral dans lequel a plongé Satyricon, et dans lequel il nous entraîne. Un album à la hauteur du groupe et de sa carrière, c’est tout dire. Un album que l’on doit, malgré sa laideur, laisser lentement entrer en soi pour en sentir les mauvais parfums. Je ne sais pas ce qu’en diront d’autres… et après tout, encore une fois, «Volcano» ne fera peut-être pas autant «date» que ses deux prédécesseurs… mais pour moi : c’est 6/6. «At my signal : unleash hell…

note       Publiée le lundi 7 octobre 2002

partagez 'Volcano' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Volcano"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Volcano".

ajoutez une note sur : "Volcano"

Note moyenne :        89 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Volcano".

ajoutez un commentaire sur : "Volcano"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Volcano".

The Gloth › mardi 22 septembre 2009 - 15:32  message privé !

Vraiment classe cet album. Pas extrême du tout, mais bien sombre. J'ai vu le groupe en live à Budapest et ça tue !

Note donnée au disque :       
Powaviolenza › samedi 22 novembre 2008 - 01:50  message privé !
avatar

Je te hais.

Note donnée au disque :       
saïmone › samedi 22 novembre 2008 - 01:13  message privé !
avatar

Ce soir à rennes. 22 euros. J'ai peur de me faire grave chier, la dernière fois que j'ai aimé un concert neo metal c'était en 2000

Powaviolenza › samedi 22 novembre 2008 - 01:01  message privé !
avatar

L'odeur du black metal, 90-95... Lave noire... Tu ne peux battre.

Note donnée au disque :       
Powaviolenza › dimanche 16 novembre 2008 - 14:20  message privé !
avatar

en tous cas à 10000 lieues de l'insipide Age Of Nero ! Essque quelqu'un saurait me renseigner sur le degré d'implication de Fenriz sur cet album, ici sous le pseud de Nagellfar? J'imagine que c'est un ou deux titres comme sur Rebel, mais rien de vraiment explicite ici..

Note donnée au disque :