Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSourvein › Sourvein

Sourvein › Sourvein

cd • 8 titres • 38:12 min

  • 1Salvation03:57
  • 2Dirty South04:55
  • 3Uneasy04:47
  • 4Gone05:31
  • 5Snakerunn07:12
  • 6Plead the Fifth03:37
  • 7Burial04:17
  • 8Intake03:56

informations

Enregistré par Tom Olin à Sound House Studio, New Orleans, Louisiane, avril-mai 2000. Mixé et produit par Paul Webb. Masterisé par Haraldo Mardones

Sorti en CD. Réédité en 2012 par Hydro-Phonic Records. Co-édité par Berserker Records.

line up

Troy Medlin (voix), Liz Buckingham (guitare), Josh Crapo (basse), Slim Spencer (batterie)

chronique

Sourvein est (ou fut ?) un groupe qui, de loin, aurait pu sembler être un clone d'un autre clone, tendance musique répétitive, vouant culte à la déchéance, bien cradingue, bien les plantes odorantes, la sorcellerie et… les amérindiens ? Sur un fond botanique ? Oui, cette illustration me fait encore aujourd'hui gratter la tête, tellement elle semble sortie d'un magasin vendant pipes à eau en silicone ou en verre, pierres de santé, tapis de yogas écoresponsables et antidérapants, livres sur le jeûne mystique, attrapes-rêves fait-main, sacs ethniques en tissu du Pérou, encens naturels indiens 100% artisanal. Ou alors le graphiste de "Game Two Records" avait encore abusé de la tartine au miel… toujours est-il que voici le premier album, plusieurs années après la création en Caroline du Nord de ce groupe qui n'avait sorti pour le moment qu'un split avec, évidemment, peut-être : Buzzoven, et un autre avec, bien sûr, entre autres : Bongzilla et Grief. Sour Vein, c'est pas bien, c'est la drogue, attention, "parental advisori" : le son est sorti de la cuvette des chiottes, nous avons glaires de haut niveau au micro, guitare de la future Mme Wizard aussi primitive que réjouissante dans les oreilles et ainsi une alliance insoupçonnée entre une sorte de noise rock de caniveau et un doom de classe supérieure, doté d'un groove exceptionnel. Et par les temps qui courent, ou de tout temps, ou avant, ou après, moi je vous dis : Sourvein ne va faire plus qu'un avec votre bougie intérieure, celle qui schlingue le paprika parce qu'il ne restait que cet arôme dans la boutique que vous avez visitée dans ce village apparemment classé "plus beau". Vous vous retournez, les gens ont comme un rictus, ils se disent "hmm, il est pas d'chez nous lui", et là, qu'est ce que vous faites, vous sortez la boombox, vous insérez le CD et vous mettez tout à fond parce que "cé la fête de la musique". Les gens se mettent à vomir, un céréalier de passage vous fout un baffe, les chats miaulent, hystériques, des chiens aboient frénétiquement, tirant leur maitre au bout de la laisse, il vous faut attendre trente secondes avant qu'une milice armée déboule et vous fracasse le crâne ; il ne restera plus que votre cadavre étalé sur la place de la poterne, un lieu de rendez-vous pour badauds alléchés où tous les amateurs de choses et vies alternatives à l'avenir finiront ensanglantés, vilipendés, démembrés, énucléés, on fera des colliers avec leurs oreilles, ils ne seront pas enterrés, juste posés là "pour l'exemple" ; les corbeaux viendront chiper les restes, les chats se battront pour les orteils, les chiens pour les os, et là une femme encapuchonnée de passage, des années après, épiant les ruelles dorénavant sombres faute d'électricité et pesteuses faute de vaccins se remémorera cette triste phrase qui tournait en boucle quand elle écoutait SourVein : "y a vraiment des mauvaises vibrations là-dedans. Mais bon Dieu, pourquoi ils ont foutu cet indien sur la pochette ?"

note       Publiée le lundi 24 juin 2024

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Sourvein" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Sourvein".

    notes

    Note moyenne        3 votes

    Connectez-vous ajouter une note sur "Sourvein".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Sourvein".

    Damodafoca Envoyez un message privé àDamodafoca

    Pas mal du tout ce premier jet, le suivant est une compilation de riffs parfaits. Ensuite, je décroche (comme souvent).

    born to gulo Envoyez un message privé àborn to gulo

    Par la suite, c'est d'ailleurs presque devenu un genre de Pigface du sludge. Le All Star Game des bras cassés, des espoirs de la division départementale.

    Note donnée au disque :       
    born to gulo Envoyez un message privé àborn to gulo

    Jamais réussi à rentrer dans les 2 premiers, mal gré que j'en aie - et leur production parfaite (sans compter, bien sûr, une Buckingham dont je n'était pas las).

    La suite a mis le temps, beaucoup, mais fini par me séduire, à sa maladive façon.

    Message édité le 24-06-2024 à 17:04 par born to gulo

    Note donnée au disque :