Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMouse On Mars › Iaora Tahiti

Mouse On Mars › Iaora Tahiti

cd • 13 titres • 69:53 min

  • 1Stereomission4:32
  • 2Kompod4:05
  • 3Saturday Night Worldcup Fieber4:19
  • 4Schunkel5:00
  • 5Gocard3:54
  • 6Kanu5:57
  • 7Bib5:59
  • 8Schlecktron4:59
  • 9Preprise1:35
  • 10Papa, Antoine6:51
  • 11Omnibuzz4:33
  • 12Hallo3:59
  • 13Der Innere Orange13:38

informations

Enregisté et produit au St. Martin Tonstudio.

line up

Jan St.Werner, Andi Toma

Musiciens additionnels : Wolfgang Flür (batterie sur Stereomission), Dodo Nkishi (batterie sur Stereomission, Schunkel, Kanu et Bib), Nobuko Sugai (voix sur Stereomission), Bobo Staiger (pedal steel sur Papa, Antoine), Harald Sack Ziegler (narration sur Die Innere Orange)

chronique

Il m'en a fait, des heures, ce disque... D'écoutes flottantes, d'écoutes concentrées, en fond ou tout devant, au casque et sur diverses enceintes de qualité variable. Entre deux eaux – en route pour les songes ou tout juste tiré du lit. De retour de soirées ou tout frais levé, l’œil clair et l'esprit net. De la bourre de fumées vertes plein les poumons et le reste ou tournant à l'eau claire, printemps été automne hiver.

Iaora Tahiti, c'est de l'exotica trouvée sous l'eau, remontée des fonds, repêchée dans un container au large mais pas trop de Mururoa – vous vous rappelez, les essais nucléaires made in France mais à l'extérieur, si possible, loin de la métropole ? C'était la même année, tiens – '95. C'est un disque très drôle, très fun – pas un disque comique, un truc de rigolos, une bouffonnerie, cependant, non... C'est de la musique qui a de l'humour. Un sens certain de l'incongru, des appariements absurdes qui font des évidences, des soudures à chaud/froid qui font des fluidités sans cicatrices, césures, brasures apparentes. Tout est plein de couleurs, de flous, de piqués impeccables. Tout est fun et plein d'espace, de perspectives parfois vertigineuses. Tout semble légèrement ivre – et tout se meut avec grâce. Le dub enrobe les steel-drums, le steel-band, les synthés font du theremin (ou bien c'en est vraiment...) qui flirte avec les thèmes de S.F. façon Dr Who, les gargouillis/gazouillis façon vieilles, vieilles B.O. (Planète Interdite, Louis et Bebe Baron, ce genre de choses. Les mélodies parfaites, balancées, deviennent une bonne définition du verbe vaciller. On ne comprend rien mais on est d'accord.

On ne capte pas tout mais on est raccord. C'est ensoleillé mais on trouve de frais coins d'ombre, on se préserve d'un cagnard qui taperait sans ça trop fort. La mer est transparente, vert-bleu-cristal – les sirènes et les tritons ont des codes-barres tatoués mais qui se brouillent en hologrammes, se mettent à faire des fresques, des motifs, des cellules, des scénettes en 3D. On est bien – pas fatalement hiiiiiigh mais OK, on sent bien que dans le punch un ingrédient s'est peut-être bien glissé, qu'on n'avait pas noté, au départ, dans la recette. On sirote – cette pop électronique, cette ambient pleine de périodes magnifiques, détachées, dessinées. C'est bon, alors on se laisse aller à boire à grandes goulées. Il y a des bruits, là-dedans, qui chatouillent – font des bulles, du gaz, de l'effervescent. C'est tout simple et c'est infiniment, méticuleusement ouvragé. Les émotions naviguent, passent, s'aperçoivent en sourdine, en sous-marin – mais pas réprimées, seulement rendues plus douces, transposées en teintes pastel ou fluo, elles aussi, les timbres et harmoniques glissent vers le spectre des saveurs... Tout papillonne en lumières. Ça clignote et ça infuse, ça s'élève, ça frémit, ça fait des fils et ça dénoue des pelotes d'idées ébouriffées. On cherche l'archipel, les longitude et latitude. La carte a encore tourné. La carte a encore changé. La carte a disparu. Il reste le plan – astral ou de construction ou de consistance on n'est plus, on n'a jamais été trop sûr. Sur Bib, une voix fait hmmm-lala-la-laaa pendant que le son se sature, s'accélère, enfle à en éblouir. On se dit que rarement on entendra commentaire mieux senti.

note       Publiée le samedi 22 juin 2024

Dans le même esprit, Dioneo vous recommande...

The KLF - Chill Out

The KLF
Chill Out

Sun Araw - On Patrol

Sun Araw
On Patrol

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Iaora Tahiti" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Iaora Tahiti".

    notes

    Note moyenne        1 vote

    Connectez-vous ajouter une note sur "Iaora Tahiti".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Iaora Tahiti".

    Dioneo Envoyez un message privé àDioneo
    avatar

    Autoditacker, l'autre album chroniqué ici (pour le moment - et par Proggy) est très bon aussi, assez différent... À cette époque là ils changeaient d'approche à chaque nouveau disque, j'ai l'impression, ça fait pas mal à la fraîcheur persistante de la chose, toutes ces années après. Comme dit ailleurs, je n'ai en revanche pas écouté du tout ce qu'ils ont fait dans les années 2000 puis entre temps, jusqu'à maintenant et sans trop d'interruption... Faudra que je tâte ça aussi !

    Note donnée au disque :       
    Sam Hall Envoyez un message privé àSam Hall

    ça m'a fait ressortir le seul que j'ai "niun niggung" de 1999, j'avais un peu oublié, c'est vrai que c'est très bon ! TaK !