Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesARabih Abou-khalil › Il sospiro

Rabih Abou-khalil › Il sospiro

13 titres - 58:40 min

  • La séduction
  • 1/ a. qawarma 5.46
  • 2/ b . charab et tout 2.03
  • 3/ c. arouss labneh 6.52
  • 4/ My favourite feet 5.45
  • 5/ Serenade to a mule 3.37
  • 6/ Jardin de chine 3.38
  • 7/ Ghantous 5.36
  • 8/ La ladra di cuori 2.49
  • 9/ Yakhbeir john 5.19
  • 10/ Bofinger 5.45
  • 11/ An oyster in paris 3.32
  • 12/ The birthday gift 6.01
  • 13/ Afterthought 1.27

enregistrement

Enregistré au Sound studio Zerkall. Enregistré par Walter Quintus. Produit par Rabih Abou-Khalil et Walter Quintus.

line up

Rabih Abou-khalil (oud)

chronique

Styles
world music
Styles personnels
musique arabe/oud

Sacré Rabih ! toujours là où on ne l’attend pas : après un «Cactus… » jazzissime et qui réunissait la plus grosse formation de la carrière du musicien, voici un album, le premier de ce maître de l’instrument, pour oud seul. Difficile donc de décrire précisément cette musique autrement qu’en disant qu’il s’agit de 13 pièces pour oud, et rien que pour oud. Malgré la virtuosité extrême du musicien, l’ensemble est méditatif, plus émotif que démonstratif. Il dégage une atmosphère de sérénité, de lointains horizons et de nuit tombante. Les notes se suivent une à une, s’attendent, se cherchent parfois. Il faut vraiment tendre l’oreille, et accorder toute son attention à l’écoute de ces confidences, tardives, d’Abou-Khalil. Il n’a plus rien à prouver et n’a d’ailleurs jamais cherché à le faire, il se laisse donc aller sur ces cordes qu’il connaît si bien et sur lesquelles il fait passer depuis tant d’années sa folie, son inventivité, sa science et son émotion. Il ne s’agit pas d’un album de musique arabe comme les autres car Abou-Khalil a totalement intégré les autres rythmes, les autres mélodies, les écarts harmoniques de l’Europe et lorsqu’il s’épanche, c’est toute sa culture, plurielle et sincère, qui s’exprime. Ainsi les atmosphères sont elles évidentes, diverses et touchantes, elles semblent universelles. On traverse avec lui tous les pays du monde porté par son seul oud, et cette foi intacte avec laquelle il le fait chanter. Un album à part dans la discographie d’Abou-Khalil, mais ne le sont-ils pas tous ? Le contrepoint absolu à «Cactus… », et malgré l’austérité de son parti pris, un disque lumineux et sensuel.

note       Publiée le samedi 5 octobre 2002

partagez 'Il sospiro' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Il sospiro"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Il sospiro".

ajoutez une note sur : "Il sospiro"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Il sospiro".

ajoutez un commentaire sur : "Il sospiro"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Il sospiro".

NevrOp4th › jeudi 3 janvier 2013 - 18:43  message privé !

Immense celui-ci. Hautement spirituel, on se croirait à la médina de Fez. (Pour ceux qui connaissent).

Note donnée au disque :