Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAriel Maniki And The Black Haloes › Labyrinth

Ariel Maniki And The Black Haloes › Labyrinth

cd • 10 titres

  • 1Fireworks
  • 2New skin
  • 3I keep falling
  • 4Exposed
  • 5The essence
  • 6Delirium
  • 7Abjure of you
  • 8Unsacred age
  • 9Labyrinth
  • 10The happy song

informations

Martenitsa Studios, Costa Rica.

line up

Ariel Maniki, Janice Black, Josh Choi

Musiciens additionnels : Carfax Haddo, Daniela Fernandez (choeurs), Paco Muller (mizmar)

chronique

Ariel Maniki apparait depuis des années comme une personnalité incontournable de la scène goth costaricaine; non content d’avoir participé à la réalisation d’albums de divers groupes tels que Draconian Incubus, Last Dusk, il aligne les sorties avec son propre projet. Ayant raté le départ des Black Haloes, je me suis rattrapé avec leur second album qui montre à la fois ce que le combo doit au goth rock des 90’s et ce par quoi il s’en distancie. Bien sûr avec un timbre comme le sien, grave mais pas guttural, difficile en effet de ne pas évoquer des formations telles que Love like Blood, Nösferätü, Vendemmian et consorts mais on sent bien que l’homme n’est pas prisonnier de schémas de composition trop définis. Cela se ressent par moult détails tels que le petit solo de guitare purement latino vers la fin d’un ‘New Skin’ très goth rock contemporain, la décomplexions face à l’usage de l’électronique (l’hypnotique et serpentin ‘I keep falling’), le traitement des sons de boîte (‘The essence’), l'usage de mizmar sur 'Unsacred age', ce qui n’empêche nullement des chansons plus directes et pêchues (‘Exposed’, ‘Delirium’…). Si Ariel Maniki and the Black Haloes assurent parfaitement sur ces titres plus directs (‘Unsacred age’ est excellent), percutants, c'est sur d’autres à l’ambiance plus travaillée qu’ils marquent leur différence, ainsi l’hivernal et triste ‘The essence’ avec son piano synthétique glacé, un ‘Abjure of you’ plus cool et new wave dans ses racines qui m’évoque carrément une version gothique de Lloyd Cole and the Commotions ou encore ce drôle de ‘The happy song’ cabaret final avec son grain poussiéreux de vieux disque… Parfois, ce sont les structures même d’une chanson qui dévoilent des surprises intéressantes, ainsi les riffs appuyés au sein de l’hypnotique ‘I keep falling’, la belle intro de ‘Fireworks’… Le plus remarquable est peut-être encore de parvenir à mêler ces différentes influences sans que le disque ne sonne trop éclaté et reste cohérent, ce qui est le cas. On constate également que le pote Carfax Haddo (The Last Dusk’) est venu donner un coup de main aux choeurs renforçant quelque peu cette touche familiale de la scène goth du pays. Disque sympathique, varié, juste pas trop lisse dans sa production pour conserver aux compositions leur grain profond et leur fraîcheur.

note       Publiée le lundi 10 juin 2024

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

The Last Dusk - Memento Mori

The Last Dusk
Memento Mori

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Labyrinth" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Labyrinth".

    notes

    Note moyenne        1 vote

    Connectez-vous ajouter une note sur "Labyrinth".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Labyrinth".