Vous êtes ici › Les groupes / artistesYYob › The Unreal Never Lived : Live at Roadburn 2012

Yob › The Unreal Never Lived : Live at Roadburn 2012

vinyl 33t • 4 titres • 49:30 min

  • 1Quantum Mystic09:38
  • 2Grasping Air08:54
  • 3Kosmos10:41
  • 4The Mental Tyrant20:17

informations

Enregistré en concert au 013 par Serge Spiga, Tilburg, Roadburn 2012. Mixé par Marcel van de Vondervoort au studio Torture Garden. Masterisé par James Plotkin.

Sorti en vinyle. Réédité en vinyle et CD en 2019. Illustration par Maurice de Jong. Photographies par Paul Verhagen et Christiaan Westgeest. Une compilation regroupe également ces deux lives de 2010 et 2012 en une box vinyle, sortie en avril 2019 par Roadburn Records.

line up

Mike Scheidt (voix, guitare), Aaron Riesenberg (basse), Travis Foster (batterie)

chronique

Je n'écoute pas souvent d'albums "live", mais quand je le fais, je préfère qu'il soit servi sauce Roadburn. Deuxième live de Yob sorti par les instances de ce bien aimé conglomérat de tatoués farfelus, domaine réservé pendant un moment au stoner et doom metal pour s'ouvrir ensuite au black metal, death metal, noise, hard rock hawkwindien, patchouli electro, hip hop oblique, nine inch naileries diverses, et j'en passe. Là c'est Yob, j'imagine un groupe qui pourrait sortir 666 lives au Roadburn, je les écouterais tous avec plaisir tel un lecteur de Babel autophage. Ici 2012, je n'y étais pas mais j'ai revu le gars Scheidt plusieurs fois, c'était sa période grosse barbe gros cheveux ce qui ajoutait une bonne dose de mammoutherie à de la musique déjà aussi musclée que la partie la plus noble de la vache, la race à viande genre Charolaise de compétition, paissant avec puissance et Weltanschauung pour pouvoir bien donner de son infinie générosité à nos palais sans cesse lorgnant vers le juteux et le calorique, bouchant nos artères tranquillement, sûrement, comme les oreilles du public joyeux du Roadburn 2012 faisant des "wiiiii" au début de "Quantum Mystic". Je ne mets plus de bouchons cependant car les ingénieurs du son tilbourgeois savent éviter le massacre grâce à l'art de self-defense sonique, encore heureux car le live en question c'est "The Unreal Never Lived" in son entièreté, donc chef d'oeuvre vu que la pochette de l'album est moche ; plus c'est moche, plus c'est bon chez Yob, c'est ma théorie, voilà ! Que dire d'autre ? Que si comme moi vous êtes fan, vous pardonnerez facilement les quelques canards vocaux, les quelques pains de guitare ou de basse, le seul étant absolument 100% sans faute étant le Travis Foster, montrant par là même toute l'importance d'un métronome dans ce genre de groupe. Et je me rappelle, encore une fois, à quel point le métier de musicien de l'extrême tient aussi à l'entente entre des personnes transformées en médiums entourés d'une brume métaphysique, se tenant comme des interfaces ne répondant qu'au regard du bassiste qui répond au gestes du guitariste qui se tient aux pulsations du batteur. Cela fait pléonasme que Yob ne parle que de spiritualité un petit peu, parfois, abracadabrantesque mais c'est bien ce qui me fait toujours écouter ce genre de musique et me déplacer au loin pour chialer comme un gosse devant tant de puissance : ce sentiment d'être témoin d'un évènement banal mais aussi hors du commun, d'une sorte de rituel, de communion, d'extase humaine loin de tout le reste, de la baston, de la consommation, que ce soit de merde ou de bouffe ou de substances légales ou non. Aussi simple, aussi compliqué que cela. Sinon, ce live ? Il est très bon, mangez-en !

note       Publiée le vendredi 24 mai 2024

dernières écoutes

Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "The Unreal Never Lived : Live at Roadburn 2012" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "The Unreal Never Lived : Live at Roadburn 2012".

notes

Note moyenne        3 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "The Unreal Never Lived : Live at Roadburn 2012".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "The Unreal Never Lived : Live at Roadburn 2012".

Chris Envoyez un message privé àChris
avatar

J'adore le son ultra brut sur ce disque ! Du tout bon !

Note donnée au disque :