Vous êtes ici › Les groupes / artistesARabih Abou-khalil › Odd times

Rabih Abou-khalil › Odd times

8 titres - 64:16 min

  • 1/ The sphinx and I 5.44
  • 2/ Dr gieler’s prescription 5.15
  • 3/ Elephant hips 10.15
  • 4/ Q-tips 4.34
  • 5/ Son of ben hur 11.29
  • 6/ The happy sheik 9.32
  • 7/ One of those days 10.31
  • 8/ Rabou-abou-kabou 6.52

informations

Enregistré live au Satdtgarten, Cologne, Allemagne, les 11, 12 et 13 mai 1997. Produit par Rabih Abou-Khalil, Howard Levy, Michel Godard, Mark Nauseef, Nabil Khaiat et Wlater Quintus. Enregistré par Stefan Hackspiel.

line up

Rabih Abou-khalil (oud), Michel Godard (tuba, serpent), Nabil Khaiat (frame drums), Howard Levy (harmonica), Mark Nauseef (batterie)

chronique

Enregistré en public, «Odd times» présente comme son prédécesseur un mélange de «reprises» et de nouvelles compositions. On retrouve avec plaisir l’harmonica de Howard Levy qui illuminait déjà «Sultan’s picnic», la batterie dynamique de Nauseef et le désormais indispensable Michel Godard. Rythmes endiablés et communion, pièces lentes et bizzaroïdes, tels sont les caractéristiques de ce nouveau recueil. Grâce à Levy les thèmes trouvent une couleur toujours surprenante, entre le jazz, la musette et la country et le travail de rythmique éléphant de Godard donne une impulsion profonde et puissante qui ne désarme jamais. Si du point de vue de la composition pure ce recueil n’amène aucune véritable nouveauté au vocabulaire d’Abou-Khalil, il faut reconnaître que la formation fonctionne à merveille et que ses sonorités s’allient avec un bonheur unanimement partagé. En contrepoint de pièces sonores et frénétiques comme «Dr Gieler’s… », la troublante «Elephant hips», toute d’ambiance, plastique de sons et tensions lentes séduit d’abord puis finit par fasciner. «Q-tips» est monté sur ressorts… «son of ben-hur» après une introduction de silence, s’étend vers le bizarre et le titubant, démarre un coup avant un solo conjoint d’harmonica et de tuba jusqu’à une véritable explosion sonore où la batterie réverbérée tombe comme le tonnerre sur une pluie de oud. Un album qui ne surprend pas beaucoup mais qui fait tout de même du bien ; le caractère live semble pousser les musiciens à vouloir se dépasser dans l’énergie, et ils y arrivent très bien ; ainsi la reprise de «Happy sheik » et sa fantastique succession de soli de batterie, tuba puis percussion : Godard s’y montre encore une fois miraculeusement inventif. Jazz et rapide, expérimental dans ses lenteurs étranges, «Odd times» doit beaucoup à l’équilibre et au potentiel sonore de son line-up, ainsi qu’à son énergie sans défaut. «One of those days» est martienne et inquiétante et la clôture «Rabou… » sonne comme un digne bouquet final. Comme le public, on applaudit…

note       Publiée le samedi 5 octobre 2002

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Odd times" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Odd times".

    notes

    Note moyenne        1 vote

    Connectez-vous ajouter une note sur "Odd times".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Odd times".