Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSparks › Terminal jive

Sparks › Terminal jive

cd • 8 titres

  • 1When I'm with you
  • 2Just because you love me
  • 3Rock'n'roll people in a disco world
  • 4When I'm with you (instrumental)
  • 5Young girls
  • 6Noisy boys
  • 7Stereo
  • 8The greatest show on earth

informations

Produit par Giorgio Moroder, Harold Faltermeyer.

line up

Russell Mael, Ron Mael

chronique

  • disco wave molle

Parfois, il faut bien s’atteler à la pénible tâche de parler de ratés de groupes qu’on apprécie. Les Sparks n’en comptent qu’assez peu au vu de leur pléthorique carrière et encore, plutôt que de ratage, on parlera poliment de disques moyens. ‘Terminal Jive’ en est un. Seulement une année après ‘No 1 in heaven’, les frangins remettent le couvert sous la houlette de Giorgio Moroder flanqué de l'ami Harold Faltermeyer, sauf que cette fois, le repas se révèle moins savoureux. Pas évident d’expliquer objectivement le pourquoi du comment puisque les ingrédients sont là mais déjà, ‘When I’m with you’ qui ouvre, tous les éléments du tube glucose disco wave mais trop justement, il manque le zeste de folie pour transformer cette mélodie convenue en quelque chose de baltringue comme savent pourtant si bien le faire les Mael… Du coup, les presque six minutes s’écoulent péniblement car peu de rebondissements ne viennent épicer cette progression si ce n’est que quelques éclats au synthé. ‘Just because you love me’ n’est pas mauvais en soi mais parait si banal alors que les Sparks avaient été des pionniers de cette espèce de vague rock wave avant même qu’elle n’en soit rêvée chez les plus aventureux. C’est fade, très fade et le plus grave et que la chanson d’après suit le même schéma presque au point qu’on pourrait constituer un medley des deux. Ce disco rock manque décidément de sel même si j’avoue une nette préférence pour ‘Rock’n’roll people in a disco world’. Russell, que se passe-t-il ? Pourquoi tu chantes si sagement ? Où est passé le grain de folie dont tu as pourtant le secret ? Et cette rythmique, elle ne peut pas accélérer un brin ? C’est de la disco pour papa et maman, pas John Travolta, c’est triste. Mauvais signe, une version instrumentale de ‘When I’m with you’, voilà qui pue le manque d’inspiration. La suite s’avère heureusement un tantinet plus intéressante dans un style rock wave tel que le pratiquaient The Cars (parmi les plus brillants), ‘Young girls’ n’est pas mal du tout (mmm, ce départ) mais là aussi, j’aurais aimé plus de punch dans la production et un BPM augmenté. Souhait exaucé pour ‘Noisy boys’ avec une batterie légèrement plus motivée; n’en demeure pas moins que l’heure est à la politesse plutôt qu’au franc enthousiasme. ‘Stereo’ assez sympa sonne comme du Ultravox mais de derrière le comptoir, un comble ! L’ultime pièce est la meilleure du disque avec ‘Young girls’ selon mes goûts. Voilà de la vraie new wave dansante as fuck avec une voix plus convaincue, encore qu’elle eût pu être mixé plus en avant. Bilan mitigé pour les frangins dont la musique se noie parmi des masses de formations inspirées par eux qui cartonnent en cette année 1980 avec des albums d’une autre trempe. Pas grave, les Mael, tous les pionniers ont connu ça même David Bowie, on vous pardonne aisément une faiblesse des rotules de temps à autre…

note       Publiée le lundi 20 mai 2024

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

The Cars - Heartbeat City

The Cars
Heartbeat City

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Terminal jive" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Terminal jive".

    notes

    Note moyenne        2 votes

    Connectez-vous ajouter une note sur "Terminal jive".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Terminal jive".

    dariev stands Envoyez un message privé àdariev stands
    avatar

    'Singing In The Shower'... Pour moi la définition de la Pop à son plus parfait, un genre de "Bela Lugosi's Dead" ou de "A Forest" de la Pop... Et la fusion entre les 2 duos est vraiment fluide. Je n'ai jamais compris que ça n'ait pas été un tube, ça, pour le coup... Mais les Rita ont clairement eu beaucoup de mal à redécrocher un hit après "No Comprendo" (alors qu'il y avait encore de quoi, au moins sur "Marc & Robert"...). Changements de modes, changement d'époque (un peu)..

    Dioneo Envoyez un message privé àDioneo
    avatar

    Bah oui, elle est très cool... Et pour le coup c'était mine de rien assez bizarre d'entendre ça à la radio ou de voir ce clip à la télé au milieu des tubes "normaux" du moment ! (Ce qui avec le recul est vrai de pas mal de trucs des Rita, remarque).

    Message édité le 22-05-2024 à 14:02 par dioneo

    Shelleyan Envoyez un message privé àShelleyan
    avatar

    J'adore 'Singing in the shower', j'ai encore maté le clip hier soir...

    Note donnée au disque :       
    Dioneo Envoyez un message privé àDioneo
    avatar

    Alors les Sparks, c'est un groupe que j'ai longtemps connu vaguement, perso, sans savoir que c'était eux, qui c'était vraiment... Comme tout le monde je connaissais, gamin, This Town Ain't Big Enough for the Both of Us mais sans avoir cherché trop à savoir d'où ça sortait ; puis le When I'm with You dont on cause ici mais pareil, ça cartonnait en France oui, mais gamin que j'étais, c'était pour moi un de ces trucs new wave un peu tous confondus dans mon esprit, que j'aurais été incapable de nommer ; ce qui fait qu'en effet quand le nom a repopé par ici avec le double-duo Singing in the Shower (les Rita feat les frangins donc), le côté "c'est légendaire" que clamaient les "rocks critics" locaux ne m'a pas évoqué grand chose... J'ai d'ailleurs longtemps vaguement pensé qu'ils s'appelaient les Sharks ou les Sharps (toujours avec un the/les en plus, ouais...). En fait en France c'est vraiment ça je crois, ce groupe - le truc que tout le monde connaît mais sans savoir qui c'est ou alors à peine !

    Message édité le 22-05-2024 à 11:20 par dioneo

    nicola Envoyez un message privé ànicola

    La première fois que j’ai entendu parler de ce groupe, c’est sur l’album Marc et Robert de Rita Mitsouko, quand ils jouent Singing in the shower (avec les Sparks).