Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSecret Discovery › Wasted dreams

Secret Discovery › Wasted dreams

cd • 10 titres

  • 1Intro
  • 2Si dangereux
  • 3My rules
  • 4Meaningless
  • 5Cagoe of desire
  • 6Outlaw
  • 7Beyond the past
  • 8When does it end
  • 9The signs
  • 10Just for living

informations

line up

Kai Hoffmann (chant, clavier), Falk Hoffmann (guitare), Dirk (guitare, choeurs), Mattes (basse), Tom (batterie)

chronique

Alors que Secret Discovery se sont installés dans leur style, que leur réputation est assise, surviennent les premiers signes d’essoufflement, à peine perceptibles… Comme plusieurs compatriotes, Love like Blood, Still patient ?, Merry Thoughts, les Allemands ont dominé les 90’s face à une scène britannique privée de ses pionniers et surtout une première vague de goths passée à autre chose. Mais la fin de la décennie approchant, de nouveaux éléments s’invitent dans la scène, notamment le boom du metal industriel. L’envie de durcir le ton commence à chatouiller les narines chez pas mal de groupes gothiques et Secret Discovery ne seront pas les derniers à s’y intéresser, eux qui dès le départ avaient laissé filtrer leur goût du heavy. Mais tout ça est encore de la musique d’avenir. ‘Wasted dreams’ est un solide album, il est simplement moins bon que son prédécesseur (wow, voilà de l’argumentation !). Difficile d’allonger des preuves concrètes car tous les ingrédients sont réunis: bonnes mélodies, arrangements maîtrisés, atmosphères tantôt froides (‘Meaningless’) tantôt musclées (‘My rules’), parfois mêlant les deux (le magnifique ‘Just for living’), un chant motivé et motivant… ‘Wasted dreams’ aligne d’ailleurs d’efficaces chansons devenues des classiques, à commencer par ‘Si dangereux’, pièce de belle facture mélodiquement, hélas desservie par ses paroles en français (erreurs comprises, la langue de Molière n’est pas un cadeau pour les rockers), ‘Cage of desire’, un ‘Beyond the past’ nostalgique ou ‘The signs’ plus incisif dans ses riffs. Simplement, le combo avait placé la barre si haut avec son précédent opus qu’il est difficile de s’enthousiasmer avec la même ferveur, ce qui n’ôte rien à la qualité du disque. Peut-être même certain/es pensent l’inverse de moi préférant celui-ci à celui d’avant ? Est-ce si important de couper les cheveux en quatre ? Clairement pas, cette galette figure à mon sens parmi les quatre essentielles de Secret Discovery, groupe certes de seconde zone mais pas dépourvu d’atouts. Dès la suivante se précisera la tendance à durcir le son, fusionner goth rock et metal, option dans laquelle nos Allemands ne se révéleront pas si doués que ça, basculant dans le pompier et le kitsch jusqu'à la nausée. Dommage. 4,5/6

note       Publiée le vendredi 17 mai 2024

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Wasted dreams" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Wasted dreams".

    notes

    Note moyenne        1 vote

    Connectez-vous ajouter une note sur "Wasted dreams".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Wasted dreams".

    nicola Envoyez un message privé ànicola

    Ni avec Infinite dreams. J’ai tilté après avoir posté mon premier message (trop tard !) mais c’est vrai que ça plus la pochette du premier dixe, ça fait réfléchir (on est peu de choses).

    torquemada Envoyez un message privé àtorquemada

    Faut pas confondre « Wasted Dreams » avec « Infinite Years » !

    Shelleyan Envoyez un message privé àShelleyan
    avatar

    Oui, je m'en souviens, découvert via diverses compilations: j'avais même songé acheter leur album mais à 150 euros non merci...

    Note donnée au disque :       
    Richard Envoyez un message privé àRichard

    Merci dans tous les cas Shelleyan de faire un arrêt sur la scène Goth d'outre-Rhin. Il y a une certaine nostalgie à ressortir ces disques, contempler les pochettes, le look des protagonistes, l'épaisseur papier des livrets. Je m'y replonge avec plaisir car cette vague (même si elle est loin d'être ma préférée) est vraiment synonyme d'adolescence et de mes jeunes années d'adulte. D'ailleurs, en parlant de goth teuton, je ne sais pas si tu connais Morbid Poetry ? Ce groupe a sorti en 96 'Pilgrims', un album bien dans l'air de l'époque où flotte entre autres l'ombre des Sisters. Je les avais découverts à la fin du siècle dernier sur 'A Tribute To The Cure (15 Imaginary Songs)' où ils reprenaient plutôt efficacement 'Push'.

    Shelleyan Envoyez un message privé àShelleyan
    avatar

    @ ah ah ah, bien vu Richard, l'allusion à Johnny, j'arrivais pas à mettre les mots, ah ah ah.

    Note donnée au disque :