Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSecret Discovery › Into the void

Secret Discovery › Into the void

cd • 9 titres

  • 1Introduction / Time has come
  • 2Western world
  • 3Execution day
  • 4Despair
  • 5Part of me
  • 6I left the real
  • 7Let me always
  • 8Salvation
  • 9Into the void

informations

SSE Studio, Essen, Allemagne.

line up

Kai Hoffmann (chant, clavier), Falk Hoffmann (guitare), Michael Gusky (guitare), Mathias Glathe (basse), Tom Thues (batterie)

Musiciens additionnels : Sir Percy (clavier additionnel, programmation)

chronique

Si j’aime bien le premier opus de Secret Discovery pour son côté spontané, éclaté, ce sont des raisons inverses qui me font apprécier celui-ci. Le groupe est à son pic, il a concentré le tir sur un style, le goth rock version Fields of the Nephilim, ce qui est peu original. Passé cette observation, examinons plutôt ce qu’en font nos Allemands. Reprenant les bases du disque précédent, il les affine: arrangements plus efficaces, mélodies mieux soignées, un chant sûr de lui dans ses tonalités gutturales qui n’a plus besoin d’aboyer pour donner de la force, des ajouts de clavier pertinents… Moins techniques que leurs illustres influences britanniques, Secret Discovery compensent par un sens de la mélodie direct moins dilué dans les ambiances. Le goût de certains riffs metal n’a pas complètement passé à la trappe mais il est mieux intégré selon moi. D’emblée le combo présente ses ambitions sur la chanson d’ouverture: introduction orientale mystique enchaînant sur du goth rock puissant qui se termine en tourbillon métallique; on devine qu’on va s’en prendre plein la tête et c’est ce qui se produit. Les Allemands signent une collection de leurs meilleurs morceaux: un ‘Western world’ conquérant mais pas pompier, un ‘Execution Day’ intéressant au niveau du jeu de guitare alternant entre groove durant le couplet et accords incisifs sur le refrain, ‘Salvation’ qui demeure ma chanson favorite, un ‘Part of me’ plus introspectif, parfaitement maitrisé dans son jeu complexe d’émotions entre tristesse et délivrance. Voilà qui permet à Secret Discovery de tirer aisément ses compositions autour des cinq minutes sans longueur ni espace superflu. Clairement leur meilleure réussite à mon avis.

note       Publiée le jeudi 16 mai 2024

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

Aeon Sable - Aenigma

Aeon Sable
Aenigma

Les boss

Poetry Of Shadows - Spheres of knowledge

Poetry Of Shadows
Spheres of knowledge

Love Like Blood - Flags of revolution

Love Like Blood
Flags of revolution

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Into the void" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Into the void".

    notes

    Note moyenne        2 votes

    Connectez-vous ajouter une note sur "Into the void".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Into the void".

    allobroge Envoyez un message privé àallobroge

    Superbe l’affiche en 96 !

    Note donnée au disque :       
    Shelleyan Envoyez un message privé àShelleyan
    avatar

    Ah non, c'était pas moi, je m'étais rasé les cheveux en 96 (remarque en 97, ils avaient repoussé largement)... Ou alors je confonds ? J'étais allé voir Still Patient ?, The Horatii, Garden of Delight, Rosetta Stone, Vendemmian, Seraphim Twin, Swans of Avon...

    Note donnée au disque :       
    allobroge Envoyez un message privé àallobroge

    Si la discussion a eu lieu à l’entrée et que tu avais les cheveux longs, alors je m’en rappelle finalement, j’étais pas frais à l’époque,et pas mieux aujourd'hui mais le souvenir resurgit. Si c’étais toi en ’97, c’est incroyable et le monde est petit !

    Note donnée au disque :       
    allobroge Envoyez un message privé àallobroge

    J’étais au Sacrosant à Londres mais en 1997, cependant ta description correspond à un collègue, donc on s’est peut-être croisé !

    Note donnée au disque :       
    Shelleyan Envoyez un message privé àShelleyan
    avatar

    je n'ai jamais vu Secret Discovery mais Tors of Dartmoor sur scène, c'était top ! Par contre, je me souviens avoir parlé avec un Français (dégarni sur le dessus avec une petite queue de cheval et un bouc noir) qui m'avait parlé de ce concert...je crois que c'était à Londres en 96, pour le Sacrosanct.

    Message édité le 28-05-2024 à 01:23 par Shelleyan

    Note donnée au disque :