Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTrist › ~ Hin-Fort ~

Trist › ~ Hin-Fort ~

cd1 : hin • 1 titre • 60:00 min

  • 1Hin60:00

cd2 : fort • 7 titres • 60:00 min

  • 1(Keine) Angst4:34
  • 2Under Den Wolken8:28
  • 3Hilfe3:41
  • 4Schlaflos8:59
  • 5Licht Aus!16:37
  • 6Nachtflug13:30
  • 7Fort4:09

informations

line up

Tristan

chronique

La soltitude, l'isolement, ne sont pas par défaut un fardeau, une souffrance. La tristesse n'est pas la dépression, pas fatalement le moment, le lieu ou le non-lieu de la destruction de ce qu'on appelle, selon, âme, esprit, soi. Parfois la rupture d'avec tout – temporaire, choisie – vous pose au cœur du pli, du repli qu'il faut. Parfois, l'abrupt des murs, des cloisons qui se dressent – ou qu'on dresse – autour permet que nous enveloppe une grande douceur, une distance enfin propice (pour attendre, atteindre le point où tout pèsera, enfin, son juste poids). Parfois, se couper pour un temps du monde – aussi complètement que possible – permet au vrai de s'y reconnecter, de voir plus loin, plus grand, de sentir mieux si ce n'est de complètement comprendre. (Les liens et les impasses, les passages et ce qui sépare, ce qui se peut et ce qui doit s'éviter...).Trist – alias Tristan, ailleurs nommé Aran et moitié de Lunar Aurora – étend le temps, en prend tout son soûl, l'arrête autant qu'il peut, aussi longtemps qu'il lui semble nécessaire.

Une seule plage, sur le premier de ces deux disques, dont le titre signifie « Là ». Ambient tourmentée, drone presque statique, nappes, strates de particules qui saturent l'air comme une volée, un voile de cendre ou une lente tombée de neige. Des samples de voix – qui semblent tirés de films, de fictions, en anglais. Après plusieurs minutes de cet imperceptible développement, une boîte à rythme raide, brutale, qui part – mais encore noyée derrière le bruit blanc, gris, l'intempérie qui brouille les perspectives. L'une des voix parle du cosmos – d'en être une part, un infime élément, de contempler sa grandeur, comme elle décrit notre limite et nous en sort, tout à la fois. Le mouvement est lent – alors même que le rythme, au fond du mix, blaste en continu.

Sur le disque Fort – le deuxième – plusieurs titres, cette fois. De même matières – granuleuses, dures, cette fois mobiles. D'autres samples – dont un épisode de terreur, d'angoisse glacée, sur (Keine) Angst, qui nous ramène sur terre (ou dessous, où l'on ne trouve plus de chemin, où l'on doute de l'existence même d'une sortie). Une plongée dans la peur du noir – des sons cinglent, des textures s'effondrent, se crachent en éruptions sans chaleur. Paysage tourmenté, encore – où la sérénité ne trouve cette fois guère refuge, où l'on reste tendu pour tout voir venir, où l'on guette. Où le sentiment croit, pourtant, persiste, d'une vie qui loin de se retirer s'insuffle encore dans les chairs, le corps, d'un jour qui très lentement va poindre et nous montrer l'issue du boyau, du tunnel, permettre à l’œil de distinguer les trouées dans l'épaisse canopée. Le titre du disque, cette fois, se comprend, semble-t-il, par « continué » ou quelque chose de proche – un « et ensuite », une translation, un re-départ depuis le « là » dont il était plus tôt question. L'impulsion revient – de se mouvoir à nouveau, de rejoindre un dehors.

Dans les extraits samplés s'entendent plusieurs décomptes – ou des comptes, plutôt, partant du un. S'entendent, aussi, des gens qui se hèlent, s'appellent, éperdus, effrayés – que des circonstances apparemment violentes, brutales ont séparés, poussé à fuir, à courir, à se dissimuler, qui cherchent à se rejoindre plus loin que le danger. Ce pas un disque qui sombre. Il nous plonge dans sa nuit, dans son fracas étal – mais les sens s'y retrouvent, s'ouvrent et s'affinent pour entendre mieux les nuances, les signes, les indices... Et nos soufflent qui entrent, qui enflent et s'expulsent de nous.

note       Publiée le jeudi 16 mai 2024

Dans le même esprit, Dioneo vous recommande...

Hitoshi Kojo - Lux Ova

Hitoshi Kojo
Lux Ova

Paysage d'hiver - Kristall & Isa

Paysage d'hiver
Kristall & Isa

Zothique - Limbo

Zothique
Limbo

Io Casino - Io Casino

Io Casino
Io Casino

dernières écoutes

Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "~ Hin-Fort ~" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "~ Hin-Fort ~".

notes

Note moyenne        5 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "~ Hin-Fort ~".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "~ Hin-Fort ~".

Dioneo Envoyez un message privé àDioneo
avatar

Il me semblait, merci pour la précision... Si je les continue je posterai finalement sans doute les pochettes "communes" en images principales avec les illustrations spécifiques en deuxièmes pochettes... C'est un détail mais je trouve que ça colle bien avec le projet et son côté continuité/déclinaisons/phases ou moments d'un même truc. (Un peu comme les variations de pochettes à doubles têtes de morts, parfois infimes, de Man Is the Bastard/Bastard Noise, dans un autre registre).

Message édité le 11-06-2024 à 11:19 par dioneo

Note donnée au disque :       
Demonaz Vikernes Envoyez un message privé àDemonaz Vikernes

C'est exactement ça, chaque digipak a le logo sur la pochette, avec un digi dans un gris différent, une belle unité. Les 2 sortis chez Kunsthall sont dans un papier cartonné légèrement granuleux là où Cold dimensions a fait dans le classique.

Et pour les complétistes, il y a aussi 3 morceaux sortis sur 2 compilations : 9min d'intro/outro sur une compil black métal, Ewigkeit I, sympa sans plus, et une piste assez différente du reste sur la superbe compilation Maere (intégralement illustrée parAran d'ailleurs).

Note donnée au disque :       
Dioneo Envoyez un message privé àDioneo
avatar

Oui, en passant j'ai mis/je mettrai les images distinctives de chaque album, et non la pochette reprise de l'un sur l'autre, pour Trist - j'avoue avoir tout ça uniquement en numérique, il me semble que ces illustrations (dessinées par Aran/Tristan lui-même) se trouvent à l' intérieur du volet ouvrant des digipack, pour (pour ceux qui les ont en versions matérielles) ?

Note donnée au disque :       
Reflection Envoyez un message privé àReflection

Ha oui tu as complètement raison (après check sur discogs) : le 1er se nomme "Tiefenrausch (Ein Abstieg in fünf Stufen)"... l'artwork est tellement minimaliste que j'ai toujours pensé qu'il n'avait pas de nom... donc par defaut je disais "le trist".

Édit : c'est écrit sur la tranche du digipack ! 😀

Message édité le 09-06-2024 à 13:27 par Reflection

Demonaz Vikernes Envoyez un message privé àDemonaz Vikernes

Il n’y a pas d’éponyme si ?

Note donnée au disque :