Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSargeist › Death veneration

Sargeist › Death veneration

cd • 4 titres

  • 1To make wolves of men
  • 2To feast on astral blood
  • 3Lunar curse
  • 4Death veneration

informations

Helsinki, Tempere, Finlande, fin 2017.

line up

Profundus (chant), VJS (Guitare), Abysmal (basse), Gruft (batterie), Shatraug (guitare)

chronique

Est-il malséant de rendre hommage à un camarade décédé dans une chronique ? R. n’écoutait pratiquement jamais de musique, encore moins du metal extrême, pourtant le jour de son enterrement, je n’ai pu écouter qu’une seule chanson de toute la journée, ‘To feast on astral blood’ de Sargeist extrait d’un EP tubesque à souhait (étrange de parler ainsi de black metal) orné de leur plus belle pochette. Ce mini a tout d’une tempête de neige, à faire passer Immortal pour des rigolos. Rythmique au turbo (et ce jeu de cymbales) et un maelström de guitares sans répit. J’ai dit maelström, pas bordel, c’est là le secret, car malgré la violence, les lignes sont très mélodiques, avec des riffs heavy joués en balayage et passés au speed. A mon sens, ‘To feast on astral blood’ est une merveille du genre avec ses accords tendus et ses passages plus punk, presque une libération. La technique fonctionne également très efficacement sur la chanson d’après, ‘Lunar curse’, c’est du blizzard envoyé au canon à neige, le truc qui te laisse à peine respirer mais tu en redemandes; cette tempête où ne se distinguent que le noir de la nuit et le blanc de la neige en devient presque un cocon où s’abriter de tout y compris des démons. J’adore le chant également, rêche, agressif mais avec un note écorchée dans l’arrière-timbre conférant aux compositions une étrange mélancolie violente dont je raffole. Quatre morceaux et le sentiment d’être passé à l’essoreuse avec pour guide cet ange rassurant, une forme de beauté dans la violence. ‘To feast on astral blood’ a tourné en boucle toute cette journée-là… R. aujourd’hui aurait certainement été diagnostiqué asperger lui qui a passé sa vie à se relever échec après un échec jusqu’à ce qu’il réussisse et qui avait ce don pour dessiner des trucs ahurissants avec juste un bout de crayon. Un type calme, sensible, bien éloigné d’un quelconque profil de rocker ou de métalleux lorsque cette voiture l’a fauché en cette année de ses 51 ans et pourtant ce n’est peut-être pas un hasard si à mes yeux cette journée de deuil restera marquée par cet ange blanc et ce tourbillon électrique… Une musique conquérante, brutale mais subtile, comme ses coups de crayon.

note       Publiée le lundi 13 mai 2024

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Death veneration" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Death veneration".

    notes

    Note moyenne        1 vote

    Connectez-vous ajouter une note sur "Death veneration".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Death veneration".