Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBlue Öyster Cult › The Revölution by Night

Blue Öyster Cult › The Revölution by Night

cd 1 • 9 titres • 41:50 min

  • 1Take Me Away
  • 2Eyes On Fire
  • 3Shooting Shark
  • 4Veins
  • 5Shadow Of California
  • 6Feel The Thunder
  • 7Let Go
  • 8Dragon Lady
  • 9Light Years Of Love

informations

line up

Eric Bloom (chant, guitare), Buck Dharma (guitare, chant, claviers), Allen Lanier (piano, claviers), Joe Bouchard (basse, guitares, vocoder, chant), Rick Downey (batterie)

Musiciens additionnels : Larry Fast (synthétiseurs, programmation), Aldo Nova (guitare, synthétiseurs), Gregg Winter (chœurs), Randy Jackson (basse), Marc Baum (saxophone)

chronique

Vivre la nuit, pendant que les autres dorment. C'est éviter les embouteillages. C'est vivre en négatif. Comme aurait pu le chanter notre baroudeur-poète à biscottos et belles bouclettes Lavilliers : "vivre la nuit, vivre l'ennui". Parce que Blue Öyster Cult à ce stade (de foot) de leur carrière, ils font du Nanard, un peu, même si certains disent que c'est plutôt du navet. Voici donc, quasi-oublié, coincé entre une perle rare turquoise et un Club Ninja exagérément conspué, le premier BÖC en CD. Un BÖC limité, bien délimité, mais garanti zéro prise de tête. Dès la facile "Take me away", plus-hard-eighties-tu-meurs avec ses relents de tube supplémentaire pour un Ghostbusters, nos hard-rockeurs atteints de trouble science-fictionnesque compulsif se présentent comme de purs zicos à prolos. Avec moyennes compos, et gros carbu. Ils sentent l'aftershave bon marché (bleu bien sûr), un peu la pilule (bleue bien sûr) et la clope tranquille, celle du bosseur sur roues, ils vivent la nuit des routiers, et de leurs camions qui font ce gros "pschhhhhhhh" en stoppant à la station, le même que les vieilles locomotives à expresso quand elles chauffent, poésie de la banalité, et tout ça se passe dans du milieu de semaine tout gris bitume, de jours qui ne sont que des parpaings dans nos vies, comme le mercredi, dans la cambrousse d'une discographie qui se contente désormais de tracer droit. Ils tracent la route nos BÖC, ils pensent midnight et highway, mais sans se la jouer princes des ténèbres, juste rockeux à Papa un peu plus prédateurs que la moyenne des beaufs du secteur (malgré leur traditionnelle chanson débile du lot, ici la cheerleadero-hooliganesque "Let Go"), m'en soient témoins la rutilante "Shadow of California" (aux chiottes l'hôtel) ou "Feel the Thunder" (tâte-moi c't'éclair), sur lesquelles le magnétisme de l'Huître Bleue rappelle qu'il existe encore, tapi comme Bernard (humour des années 80) et prêt à charmer. Celui d'un rock à la fois évident et ambivalent, mâtiné de ses incomparables chœurs de secte pour loubards sensibles... Alors que comptes-tu donc faire, toi le fan de Led Citroën, de Black Saab, de Jeep Purple, pour nous flinguer l'ambiance, mh ? Tu vas tracer, jusqu'au prochain motel avec ton auto-radio bien calée sur BÖC FM. Tu chanteras "Shooting Shark" appuie-tête, te rappelant combien les années 80 aimaient enfiler des capotes sur les baguettes de batterie, mais à quel point leurs lignes de basse pouvaient gauler, et leurs synthétiseurs envoûter, jouant un si grand rôle dans cette mélancolie de néons. Arrivé au motel, tu verras un bar. Une nana sympa t'y attendra, à côté du jukebox jouxtant le zinc. Elle s'appelle Nancy, c'est une bonne travailleuse. Tu entendras un morceau intitulé "Veins", et peut-être que tu penseras à Asia, mais tu te rappelleras qu'avec BÖC on reste chez des mecs qui lisent ET baisent. "Light years, light years of love"... Rassuré, tu savoureras, les mains bien calées sur ces hanches plus douces que le volant de ton bahut. Mené à la piaule, tu verras cette drôle de lueur. Les yeux de la nana semblant briller dans l'obscurité. Sans doute juste la fatigue, après toute cette route... peut-être rien de plus, qu'une illusion.

note       Publiée le dimanche 12 mai 2024

dernières écoutes

Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "The Revölution by Night" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "The Revölution by Night".

notes

Note moyenne        5 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "The Revölution by Night".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "The Revölution by Night".

Aladdin_Sane Envoyez un message privé àAladdin_Sane

Avec toutes ces chroniques, je me remets à réécouter BÖC et notamment la période "new-waveuse". Shooting Shark est meilleure que dans mon souvenir.

nicola Envoyez un message privé ànicola

Dans le même genre, un médecin andrologue (qui avait son cabinet dans le XVIe) m’avait dit avoir vu King Crimson en 1969.

Message édité le 13-05-2024 à 06:49 par nicola

Rastignac Envoyez un message privé àRastignac
avatar

Une synchronicité une. Vu il ya deux jours un médecin, un t shirt BÖC sous la blouse blanche. Comme quoi parfois même les gens de science arrivent à avoir bon goût. Sinon je ne saurais trop saluer ton abnégation à continuer la discographie de ce groupe que je ne peux malheureusement pas écouter après les trois piliers fondateurs de leur carrière. Plus le live.

Message édité le 12-05-2024 à 22:56 par Rastignac

torquemada Envoyez un message privé àtorquemada

Ah on attaque la période bien craignos… et en plus je lis une petite réhabilitation de « Club Ninja » (ce titre !), je me lèche les babines…