Vous êtes ici › Les groupes / artistesVVinnum Sabbathi › 6 σ Side B

Vinnum Sabbathi › 6 σ Side B

cd • 3 titres • 30:37 min

  • 1IC 10X-1 / Dream Journal9:36
  • 2Last Trip : From the Superclusters to Earth10:05
  • 3Ways of Doom10:52

informations

Enregistré à la maison et monté par Juan Tamayo au studio The Addendoom en 2013.

Artwork : Juan Manuel Arias Salvatierra.

line up

Gerardo Arias (batterie), Samuel López (basse), Juan Tamayo (guitare)

chronique

Voilà : ici, Vinnum Sabbathi devient un groupe. Et sa musique devient cette espèce de stoner, de doom oléagineux qui leur est propre – visant le cosmos, mêlant riffs épais, gras, batterie en nuées de cymbales qui saturent le bulbe et kick/caisse claire qui tapent au ventre. La section rythmique balance son groove leste, le fait perler de tous ses pores. Juan Tamayo – qui sur l'EP précédent, « Face A » dont celui-ci est donné comme « Face B » bien qu'il s'agisse de deux objets distincts, jouait de tous les instruments – se concentre désormais sur la guitare. Tamayo, d'ailleurs, « joue davantage » – dans un sens plus classique du terme, disons, riffs et mélodies qui tournent et évoluent sans se déliter ou se charger seulement en textures, en harmoniques, en enflées de larsens, feedbacks. Le bruit, pourtant, n'est pas absent, ici – il s'insinue dans les sonorités, fêle des fréquences qui sans lui resteraient cristallines, file des paries lead chantantes, sinueuses, lumineuses. Les samples vocaux – toujours présents, chez Vinnum Sabbathi ; ou par ailleurs, personne, jamais, ne chante – sont particulièrement réjouissants, ici, manifestement tirés de films de S.F., le plus souvent, d'aventures spatiales, en place des habituelles considérations scientifiques et philosophiques sur l'exploration des galaxies, les possibles lointains, la certitude que de toute façon, la fin des temps, au bout, balaiera toutes les tentatives, les échecs, les réussites, les morts et mortes, les héros, pionniers, pionnières, les efforts minutieux des concepteurs d'équipements de pointes où ne doit subsister aucun défaut, les approximations fatales et les destinations atteintes. Non... Là, les voix comme le reste, même quand elles semblent parler de rencontres qui pourraient tourner mal, ont quelque chose de lumineux – d'enjoué, de... Fun. C'est la joie du décollage – vol habité, là où la Face A était peut-être une sonde, un télescope qui devait percer, traverser les nuages, ceintures d'astéroïde pour que par-delà, Vinnum Sabbathi voi(en)t plus clair. C'est un disque qui porte, réjouit, flanque le sourire face aux étoiles. Curieusement, c'est relativement court – trois plages « seulement », tournant chacune autour « seulement » des dix minutes... Ce sera autre chose ailleurs, c'était plus étiré déjà sur l'EP précédent – pour le genre, sans être concis, ça reste presque ramassé. Pourtant... Je trouve que c'est l'un de leur disque le plus vaste – qui plonge dans ça, la vastitude, les dimensions en expansion, la dilatation des enveloppes, les frontières, les horizons qui reculent à vue. On ne s'y perd pas. On ne veut pas atterrir. On se rend bien compte, toutefois, qu'il faudra redescendre – et que la terre est dure. On tire sur le cordon – en espérant que la toile du parachute se déploiera comme prévu, qu'on touchera le sol sain et sauf, entier, heureux d'y être allé autant que d'en être revenu (jusqu'au prochain lancement... En espérant que là-haut se trouveront peut-être d'autres astres hospitaliers).

note       Publiée le mercredi 24 avril 2024

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "6 σ Side B" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "6 σ Side B".

    notes

    Note moyenne        1 vote

    Connectez-vous ajouter une note sur "6 σ Side B".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "6 σ Side B".