Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAutopsy (usa) › The headless ritual

Autopsy (usa) › The headless ritual

cd 1 • 10 titres • 00:00 min

  • 1Slaughter at Beast House06:33
  • 2Mangled Far Below03:37
  • 3She Is a Funeral07:32
  • 4Coffin Crawlers04:32
  • 5When Hammer Meets Bone05:34
  • 6Thorns and Ashes01:45
  • 7Arch Cadaver04:22
  • 8Flesh Turns to Dust03:27
  • 9Running from the Goathead04:29
  • 10The Headless Ritual02:24 [instrumental]

informations

Avril 2013, Fantasy studios, Berkeley, Californie.

line up

Chris Reifert (batterie, chant), Danny Coralles (guitares), Eric Cutler (guitares), Joe Allen (basse)

chronique

Bon, est ce que quelqu’un dans cette assemblée de mecs ringards mais cultivés a écouté ce disque ? Non, parce que comme pour le précédent, j’étais vachement emmerdé à l’idée d’écrire quelque chose à son sujet. Même syndrome que sur le précédent quoi. La maladie devient chronique, mais, il faut bien l’avouer, il y a quand même quelques signes de guérison.

Un peu long quand même, la douleur chronique ça a ses limites.

C’est strictement la même chose que sur « Macabre eternal », le morceau phare en moins (Vous l’avez écouté finalement, alors ? ALORS ?) en fait. Evidemment, on ne s’attendait pas à une évolution majeure. D’ailleurs je pense qu’aucun d’entre nous ne souhaite cela, et d’ailleurs en toute franchise, j’ai plus de plaisir à réécouter celui-là. On retrouve de ci et là quelques riffs thrashy bien sympas et des constructions plus directes qui rappellent bien Abscess par moment. (« Running from the goathead »)

En fait tout est mieux, et tout est trop tard. En 2013 on n’était déjà plus beaucoup à avoir un gros intérêt pour Autopsy. Difficile de se détacher de ses deux premiers disques dans lequel finalement tout a déjà été dit. Heureusement que Reifert a entre temps, réussi à atteindre le stade de metal god, mais version coprophage. La street cred’ du groupe reste intacte, et ce n’est pas « Headless ritual qui va ruiner Autopsy. Non, c’est juste… Du Autopsy. On a déjà tout entendu vingt milles fois, la prod’ est enfin bonne, tout le monde a l’air content d’être là, et le dernier morceau en atteste, sorte d’outro-hymne (qui rappelle encore des morceaux 90s mais hum…). Bref, il y a quand même du plaisir à écouter tout ça, mais je me pose vraiment la question de l’existence de tous ces albums. D’ailleurs j’ai arrêté après celui-là.

M’enfin, après tout, il y a bien encore des gens qui vont voir The Exploited en concert. Ca m’a toujours fasciné.

note       Publiée le dimanche 21 avril 2024

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "The headless ritual" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "The headless ritual".

    notes

    Note moyenne        2 votes

    Connectez-vous ajouter une note sur "The headless ritual".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "The headless ritual".

    Tamerlan Envoyez un message privé àTamerlan

    Rien que pour "she is a funeral", qui est carrément un des meilleurs morceaux du groupe, cet album vaut le coup.

    Message édité le 22-04-2024 à 23:04 par Tamerlan

    Raven Envoyez un message privé àRaven
    avatar

    Less is more, à en juger par la pochette.