Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBlind Faith › Blind Faith

Blind Faith › Blind Faith

cd • 6 titres • 42:02 min

  • 1Had to cry today08:48
  • 2Can't find my way home03:16
  • 3Well all right04:27 [reprise de Buddy Holly]
  • 4Presence of the Lord04:50
  • 5Sea of joy05:22
  • 6Do what you like15:18

informations

Enregistré entre le 20 février et le 28 juin 1969 aux Olympic Studios et aux Morgan Studios

line up

Ginger Baker (batterie, chant [6]), Eric Clapton (guitares, chant [3, 6]), Ric Grech (basse, violon [5], chant [6]), Steve Winwood (chant, claviers, guitares, basse [3, 4], autoharpe [5])

chronique

En termes de groupes éphémères n'ayant sorti qu'un seul disque, Blind Faith se pose un peu là quand même. Voilà une formation singulière et assez ultime. Elle n'a existé que durant 9 mois pendant l'année 1969 en pleine explosion flower-power avant de se séparer aussi vite qu'elle n'était apparue. Et puis quand même, niveau line-up, visez-moi un peu cela : Eric Clapton, Ginger Baker et Steve Winwood réunis ! Soit la rencontre entre Cream et Traffic. Après être entré en studio très vite pour enregistrer cet unique album, la formation se séparera dans la foulée, le succès ne suivant pas après des ventes bien minces. Pourtant, l'album propose de belles pépites à défaut d'être un véritable chef d’œuvre. Ce qui frappe à l'écoute de ce disque, comme de tous les albums de Traffic, c'est le timbre de voix unique et totalement adapté au rock psychédélique de Steve Winwood. Ce chanteur est impressionnant. Sans forcer, mais d'une justesse désarmante, il porte les morceaux avec une telle force et une douceur dans son timbre, c'est totalement envoûtant. En fait, ce qui fait défaut ici, c'est la profondeur des compositions. Elles restent relativement basiques, même si certaines possèdent des structures à rallonge, la base manque d'accroche. Et c'est Steve qui permet à l'ensemble de décoller. On a pourtant un line-up de rêve, avec des musiciens hors pair qui savent jouer juste, sans trop en faire mais en totale maîtrise. On le sent à l'écoute du disque, tout se déroule facilement, quelque soit le style, rock endiablé, acoustique calme et doux, envolées psychédéliques... Le groupe joue admirablement bien, le jeu de Ginger Baker est particulièrement riche. Mais il manque vraiment des mélodies ou des riffs mémorables pour que ce disque décolle complètement. Aussi, la structure du disque aurait pu être revue pour apporter un peu plus d'efficacité à l'ensemble. "Had to cry today" est un morceau ambitieux, certes vraiment bon, mais pour débuter l'album, "Well all right" aurait peut-être été plus approprié. On nage en pleine ambiance flower-power psychédélique avec des morceaux à rallonge, de belles envolées guitaristiques et même un titre fleuve, "Do what you like", avec solos de basse puis de batterie et digressions en tout genres, complètement dans le style de l'époque flower-power avec psychédélisme à go-go. Cet album représente un bon premier essai et aurait mérité d'avoir une suite. On sent qu'on a affaire à d'excellents musiciens et vu le pedigree, je pense qu'il aurait été intéressant de voir le groupe travailler à un deuxième essai pour transcender ce disque qui, bien que déjà très intéressant, aurait pu être encore meilleur. On ne devra que se contenter de cela ! Blind Faith, l'archétype du super-groupe à l'existence fulgurante !

note       Publiée le vendredi 19 avril 2024

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Blind Faith" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Blind Faith".

    notes

    Note moyenne        8 votes

    Connectez-vous ajouter une note sur "Blind Faith".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Blind Faith".

    nicola Envoyez un message privé ànicola

    À propos des pochettes, les groupes n’ont pas toujours la main. Pensez à Lemmy qui tire la gueule devant la pochette de 1916 où il manque le drapeau français (c’était ça ou une nénette à poil si je me rappelle bien).

    À propos de la présence de Scorpions (ou d’ACDC ou de Teenage fanclub), pour moi c’est plutôt une question d’album que de groupe, parce qu’il y a bien plus mainstream et passable sur Chérie FM que Blackout par ici.

    Ultimex Envoyez un message privé àUltimex

    Dans mes souvenirs, Fly to the Rainbow est un très bon disque de hard-psyché, loin de l'image hard-beauf que je me faisais de Scorpions. Par contre, le peu que j'ai écouté de la suite... Un son qui se durcit, un intérêt qui s'émousse. Quant à cet album de Blind Faith, aucun souvenir, en bien ou en mal. Tant pis, 3 boules bien tièdes.

    Message édité le 21-04-2024 à 18:19 par Ultimex

    Note donnée au disque :       
    Dioneo Envoyez un message privé àDioneo
    avatar

    Oui, je ne connais donc pas les débuts mais je ne doute pas que ça aurait sa place ici - ce serait pas le premier groupe/artiste dont les trucs connus cachent ceux qui ne depareilleraient pas dans le coin. J'ai assez râlé contre l'argument "ouais mais il a fait I Just Call" concernant Stevie (ou "ouais mais ils ont fait le Mia concernant I Am, hum...) pour ne pas me récrier que" ah mais non, ils ont fait Wind of Change" sans connaître vraiment le reste, si jamais ça se présentait... D'autant que je chambre mais en vrai Scorpions, mon frangin avait justement Love at First Sting et Blackout en vinyle, je les ai donc pas mal entendus quand on vivait dans des chambres adjacentes, j'avais écouté pour voir tout seul en grandissant et ouais, dans un registre hard-rock FM sirop de rose/selle-en-cuir-clouté complètement assumé, je ne trouvais pas ça honteux ni dégueulasse, juste pas franchement mon truc, quoi. (Par contre ouais, la photo dober-job à l'intérieur d'Animal Magnetism, argh... Chaque fois, je repense au passage Smell the Glove dans Spinal Tap, quoi !)

    Et pardon Nicko pour le long HS, ouais, hmmm. Quand je rentre à Besac, je teste ce Blind Faith histoire de me faire u'e idée (et d'arrêter de causer d'autre chose).

    Message édité le 21-04-2024 à 18:12 par dioneo

    Raven Envoyez un message privé àRaven
    avatar

    Hahaha, excellente la dégustation de pochettes ! C'est à peu près ça ouais, et le clebs de profil sur celle avec la nana soumise devant la braguette du cowboy Marlboro, ça a dû coûter bonbon en brainstorming...

    Et sans troller, pour répondre à ta question (trollesque) les deux premiers me choqueraient pas ici. Ensuite passée la phase de transition Intrance-VK-Taken, il y a quelques morceaux vraiment extra à mettre en avant dans leur période "usine à tube chromée-lisse", comme "Animal Magnetism", qui porte très bien son titre et est aussi hantée que du AIC. Un peu la même avec Aerosmith quoi, si tu écoutes des petites pépites proto-grunge comme "Seasons of Wither" , tu sors du manichéisme sur ces groupes bigger than big mac. Sinon, la pochette-fourchette SM-moche de Blackout est signée je crois par le mec qui fera celle de Sehnsucht, et on peut dire que Scorpions ont pas mal préparé le terrain au mauvais goût et provocs bourrino-burnesques des ptits pères Rammstein. Après ça n'a rien de rédhibitoire, pour du hard rock, ça fait même partie du cahier des charges, confondre rock et cock. Blinde fesse eux, pour y revenir, ils ont un peu confondu blues et bouse.

    Note donnée au disque :       
    Dioneo Envoyez un message privé àDioneo
    avatar

    Mais du coup, Raven, Nicko... Scorpions, bientôt sur guts ?! (Vous sentez pas obligés, hein, en vrai... Mais genre VRAIMENT pas).