Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAbsolute Body Control › Lost/found

Absolute Body Control › Lost/found

  • 2021Mecanica MEC056CD • Remaster • Lim • 500 copies • 2 CD

cd 1 • 25 titres

  • 1Behind closed doors
  • 2Waving hands
  • 3Touching skin
  • 4Carfever
  • 5Figures
  • 6Foxy Sunday
  • 7Me and my desire
  • 8Do you feel it inside (remake)
  • 9Faceless
  • 105 minutes
  • 11Octopus
  • 12What's the disease ?
  • 13I'm leaving
  • 14Film 3
  • 15Shake
  • 16Lonely this Christmas
  • 17I wasn't there (live)
  • 18Numbers 14
  • 19Automatic 2
  • 20Arabesque
  • 21A broken dream
  • 22Slow action
  • 23Melting away
  • 24Spinning round
  • 25Eat this

cd 2 • 27 titres

  • 1Precious
  • 2Do you feel it inside
  • 3Tanzmusik
  • 4Love at first sight
  • 5Circle of steel
  • 6In your mind
  • 7Gone at last
  • 8So obvious
  • 9Film 1
  • 10Is there an exit ?
  • 11Suffer in silence
  • 12So hard (live)
  • 13Fast forward
  • 14Back to you
  • 15Automatic 1
  • 16Terminus
  • 17The man I wanna be
  • 18Far too late
  • 19Give me your hands
  • 20Total control
  • 21Late at night
  • 22Numbers 11 (Silhouette)
  • 23It is just (live)
  • 24Clouds
  • 25On fire
  • 26Velvet sky
  • 27Game for a laugh

informations

line up

Dirk Ivens (chant, musique), Eric Van Wonterghem (musique)

chronique

La box ‘Tapes 81-89’ est hors de prix mais pas de quoi verser des larmes car au delà de l’aspect collector de l’objet, ‘Lost/found’ remplira largement son office et sans bourse délier. Double cd, 52 morceaux, c’est du lourd pour une formation qui durant sa première période d’existence aura principalement sorti des cassettes. Il est d’autant pertinent de (ré)écouter les Belges à une époque où la minimal wave est en plein boom et où les synthés vintage ont une cote absolue; eux avaient déjà établi ces sonorités plus de trente ans auparavant. Musique analogique minimale, hypnotique, volontiers dansante, beats épurés, le reste étant assuré par les vocaux. Le son est sec mais pas toujours aussi clinique qu’on ne pourrait le penser, cette musique dégage une forme de profondeur intrinsèque de par le choix des sonorités, la légère réverbération sur les percussions; le chant lui-même opte pour le grave plutôt qu’une déshumanisation clinique d’habitude en vogue dans ce type de musique. Le rendu ne se veut pas agressif, il est même plutôt doux en comparaison des projets qui suivront tels que Klinik ou Dive. Des compositions telles que ‘Faceless’ ou ‘5 minutes’ évoqueraient presque une sorte de Depeche Mode dépouillé avec une mélodie concentrée sur son essence sans sucre ajouté. D’autres de la trempe de ‘Octopus’ sonnent si modernes qu’on y verrait du feu sur les dancefloors en pensant que ces enregistrements sont récents. C’est la faculté d’une forme de vintage, se positionner hors du temps de par une spécificité identifiable d’emblée à laquelle, certes, on adhère ou non. Le plus ahurissant est qu’avec si peu d’éléments, le duo se renouvelle sans cesse; malgré la richesse de chaque cd rempli à ras bord, peu de sentiment de lassitude. Le groupe alterne ses sonorités, accentue ou non la mélodie, alourdit le feeling (‘Arabesque’), passe de l’instrumental au chanté, accélère le rythme ou non. Ecoutez donc ‘A broken dream’, ‘Terminus’, on croirait du Joy Division remixé, ralenti, épuré. Dirk Ivens chante plutôt bien au final même si son timbre se livre peu émotionnellement et demeure dans une gamme de sécurité mais ça fait largement le taf. Histoire d’ajouter à la diversité, Absolute Body Control osent parfois un zeste d’expérimentation, comme sur ‘Far too late’ ou ‘Game for a laugh’. Ca ne s’invente pas, il y a des gens qui ont le mojo, Dirk Ivens fait partie de ceux-là, lui qui ne cessera de se réinventer dans le minimalisme électronique avec nombre de projets passionnants, Eric van Wonterghem n’étant pas en reste lui non plus et ce n’est pas un hasard si régulièrement les deux hommes éprouveront le besoin de recroiser leurs machines pour notre bonheur.

note       Publiée le mardi 16 avril 2024

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

S Y Z Y G Y X - (Im)mortal

S Y Z Y G Y X
(Im)mortal

NNHMN - Tomorrow's heroine

NNHMN
Tomorrow's heroine

Liaisons Dangereuses - Liaisons dangereuses

Liaisons Dangereuses
Liaisons dangereuses

Boy Harsher - The Runner (original soundtrack)

Boy Harsher
The Runner (original soundtrack)

Bloodygrave & Die Lust - Bloodlust

Bloodygrave & Die Lust
Bloodlust

Deux - Agglomérat

Deux
Agglomérat

Joy Division - Closer

Joy Division
Closer

KaS Product - Try Out

KaS Product
Try Out

Depeche Mode - Speak and spell

Depeche Mode
Speak and spell

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Lost/found" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Lost/found".

    notes

    Note moyenne        1 vote

    Connectez-vous ajouter une note sur "Lost/found".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Lost/found".

    Shelleyan Envoyez un message privé àShelleyan
    avatar

    Oui, ils sont beaufs effectivement :0)

    Note donnée au disque :       
    born to gulo Envoyez un message privé àborn to gulo

    Taf'dac pour Ivens : faut le canoniser. Quand à Van Wonterghem : ils sont beaufs, je crois ?

    born to gulo Envoyez un message privé àborn to gulo

    Grave que c'est pertinent, et que le style vit, y a qu'à voir le nouveau "disque" d'Olivier Chesler.